Le guerrier Bamiyan étalon au Haras des Rocs en 2021

13/02/2021 - Mercato des étalons
Unique fils du roi des statistiques Kouroun proposé au Haras, Bamiyan rejoint le Haras des Rocs de la famille Becerra pour la saison 2021. Gagnant de listed sur le mile et de Gr.3 sur 1400m, il présente un pedigree tout à fait intéressant pour les deux disciplines. 

Le magnifique Bamiyan rejoint le Haras des Rocs (APRH)

 

Bamiyan a été un cheval très important dans la carrière de son entraîneur Thierry Lemer, sportivement comme sentimentalement.  Bamiyan fait partie des derniers représentants en piste de la famille de La Chauvelais, à laquelle était très attaché Thierry Lemer. Suite au décès d'Henri de la Chauvelais en 2015, et de sa femme Marie France en 2018, plusieurs de leurs élèves ont été rachetés en totalité ou en partie par T.Lemer, dont Bayoun, coursier ultra-régulier à bon niveau, et qui est d'ailleurs le propre frère de Bamiyan. S'il a quitté les pistes depuis 2017, Thierry Lemer voulait offrir à sa star l'opportunité de reproduire. C'est chose faite, puisqu'après avoir sailli de manière privée au Haras de Galouin, il est proposé désormais au public en 2021 au Haras des Rocs. Situé à Hagetmau, entre Mont de Marsan et Pau, l'établissement a été créé par Denis Becerra, le fils du propriétaire bien connu Serge Becerra, et accueille déjà Galikeo et Prince Nomad

 

Henri de la Chauvelais, un propriétaire éleveur aux nombreux succès (APRH)

 

Bamiyan est un produit 100% de La Chauvelais, puisqu' il est issu de son étalon Kouroun, qu'il a élevé, avant qu'il ne gagne le prix Daphnis (Gr.3) chez Jean-Marie Béguigné. Conservé étalon, Kouroun est au Haras du Camp Benard, et n'a jamais beaucoup sailli, se montrant tout de même diablement efficace. Ses 144 produits déclarés sur France Galop ont gagné 125 courses en France, parmi lesquels Bayoun, Metramo, Pink Gin, Bleu Intense, tous gagnants ou placés de stakes, et bien sur Bamiyan, son meilleur produit, cousin du gagnant de listed Kourkan. Bamiyan a couru 34 fois pour 10 victoires et 18 places, totalisant plus de 210 000 € de gains. Débutant en mars de ses 3 ans, il gagnera à l'automne du même âge le prix Millkom (listed) à Toulouse, et remportera son plus beau titre à 4 ans dans le prix du Pin (Gr.3), en battant American Devil, Blue Soave, Desert Blanc ou encore Noozhoh Canarias. Bamiyan a encore gagné jusqu'à l'âge de 7 ans, preuve qu'il était un vrai guerrier, une qualité souvent recherchée par les éleveurs. 

 

Kaldoun, le grand-père de Bamiyan, a été un étalon à succès de son vivant, mais a laissé un bel héritage 

 

Avec Bamiyan, Denis Becerra espère amener un peu de "speed" à ses juments d'obstacle, tout en le soutenant avec des juments de plat. Malgré sa carrière de plat sur des distances plutôt courtes, Bamiyan est un petit-fils de Kaldoun, grand ami des éleveurs qui a très bien été représenté via ses fils, avec Kaldounevees, Smadoun ou encore April Night, des étalons à caractère obstacle. Si la famille de Bayoun est revenue vers la vitesse, on notera que son arrière-grand-mère Baena avait gagné à Auteuil, tout en donnant naissance à plusieurs performers en obstacle... Bamiyan ne pouvait qu'être gris, puisque sa mère est par Verglas. Inbred sur Northern Dancer et Sicambre, il l'est aussi sur le fameux Grey Sovereign (le "fondateur" des gris), dont descendent  Kouroun et Verglas. Le sang de Lyphard, très fameux à l'obstacle, est aussi présent chez Bamiyan. En bref, sa carrière nous dit plat mais ses aieux peuvent crier obstacle...

 

Avec une telle longévité, Bamiyan a évidemment des fans, qui pourront s'offrir ses services au tarif de 2000 € HT/PV en 2021 ! Ces conditions seront négociables si vous amener plusieurs juments. Facile à croiser, représentant des courants de sang prouvés, dur, rapide, le magnifique gris mérite sa chance au Haras. Thierry Lemer et la famille Becerra lui offre cette seconde carrière au soleil du Sud-Ouest, en espérant vous y accueillir nombreux ! 

 

Thierry Lemer et Bamiyan continuent leur belle histoire...(APRH)


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Mais qui est Fandsy, le père de Daytona Beach ?

Récente lauréate d'un bon steeple à Pau, un an après y avoir remporté le Grand Steeple des 4 ans AA, Daytona Beach est née d'un étalon totalement inconnu du monde des courses. Et pour cause, c'est une vedette du concours complet en Allemagne ! Découvrez l'incroyable histoire de Fandsy, qui provient en fait d'une souche Davezac, et des éleveurs de Daytona Beach qui débarquent quand à eux des clubs hippiques ! Source www.anglocourse.ccom