Les nouvelles PHOTOS d'Alex The Winner

18/05/2017 - Zoom Etalon
Alors qu’il est le père de Zonza, l’une des meilleures 2 ans actuelles, Alex The Winner se dévoile au Haras des Rouges Terres chez Louis Baudron dans l’Orne. Voir les nouvelles photos du fils de Storm Cat.
Alex The Winner
 
Longtemps étalon le plus cher au monde à un tarif de $500.000 la saillie, Storm Cat a aussi souvent été dans les tops classements mondiaux de par sa production. En 2017, il n’a pourtant que deux fils directs qui sont étalons en France : Alex The Winner et Cat Junior. Honneur au premier nommé qui fait la monte depuis cette année chez Louis Baudron qui le soutient beaucoup en lui apportant une jumenterie mixte à l’image de sa production. En effet, ses premiers produits, pourtant limités en quantité, se sont illustrés à tous les âges, dans toutes les disciplines et sur des distances allant de 1000m en plat à 3400m sur les obstacles.
 
Actuellement, Alex The Winner est dans le feu des projecteurs au travers de sa fille Zonza. Cette dernière est restée invaincue après sa deuxième sortie ce mercredi dans une classe 1 à Maisons Laffitte sous l’entrainement de Didier Guillemin et la monte du jockey classique Cristian Demuro. Co élevée par Hugues Rousseau et Jean-Pierre Dubois (qui avait acheté Alex The Winner yearling $600.000), Zonza a suscité les intérêts d’Alain Jathière et Gérard Augustin-Normand qui sont rentrés dans la copropriété de la pouliche après ses débuts victorieux à Bordeaux.
 
Toisant 1,63m, Alex The Winner fait la monte à 2.000€ HT en 2017. Son pedigree maternel vaut largement celui de son père. Il est ainsi le frère de 5 chevaux de Stakes et notamment le propre frère de Bluegrass Cat, un gagnant de Gr.1 chez Todd Pletcher aujourd’hui étalon et père de chevaux de Stakes. De plus, Alex The Winner a comme cousin un gagnant du Kentucky Derby nommé Super Saver et les vainqueurs de Gr.1 Got Lucky, Imagining et Callback. Son oncle Girolamo (AP Indy) est gagnant…de Gr.1 et étalon à Darley USA.
 
 
 
 

Voir aussi...

Mr Sidney s'en va aux Etats-Unis en 2015

Le fils de Storm Cat, Mr Sidney retournera aux Etats-Unis en 2015 pour y faire la monte à Walmac Farm à Lexington dans le Kentucky. Né en Amérique en 2004, Mr Sidney est issu d'un croisement en or : fils de Storm Cat qu'on ne présente plus, sa mère Tomisue's Delight est une double lauréate de Gr. 1 et sextuple placé de Gr. 1 dont 2ème des Kentucky Oaks. Par AP Indy, la mère de Mr Sidney est également la mère du champion Mineshaft. Lauréat de Gr. 1 à l'âge de 5 ans sur le mile et sur le gazon, Mr Sidney ou Monsieur Sidney avait été acheté 3,9 millions de dollars yearlings. Importé en 2010 au Haras du Quesnay, Mr Sidney fera la monte en 2015 aux côtés de Succesful Appeal. Alec Head a ajouté "Nous continuerons de lui envoyer nos poulinières aux Etats-Unis ainsi que quelques uns de ses produits pour les faire courir" ce qui est déjà le cas de la pouliche de 3 ans Trophée, une fille de Mr Sidney et soeur de Treve, envoyée aux Etats-Unis.

Une pouliche de 2 ans vendue pleine à Keenland pour $2.850.000!

Souvenez-vous de The Green Monkey, le pur-sang le plus cher jamais vendu sur un ring de vente. Ce fut en février 2006, le poulain était alors âgé de 2 ans. Au bout d'une incroyable bataille d'enchères, Coolmore avait finalement eu le dernier mot à $16,000,000 ! Lors des actuelles ventes de Keenland, qui ont débuté mardi 4 novembre, une autre 2 ans, une pouliche, a été adjugée $2,850,000 alors présentée pleine de Distorted Humor et achetée par Don Alberto Corp du Haras Don Alberto basé au Chilie. Déjà toute blanche, cette pouliche nommée Modeling née dans la pourpre (voir le pedigree ci-dessous) le 14 Mai 2012 était présentée par Hill'n'Dale Sales Agency, l'un des consigners leaders du marché américain.

Storm Cat : cela commence bien mal, et pourtant !

Il venait de fêter ses 30 ans, le 27 février dernier et moins de 2 mois plus tard, le fils de Storm Bird nous a quittés. Son enfance ne se présente pas sous les meilleurs auspices. Quoiqu’inscrit aux July Selected Yearling Sale de Keeneland, l’organisme de ventes refuse son passage sur le ring suite à un contrôle positif à l’Artérite Virale Equine. Et pourtant, quelques années plus tard, il aura engendré quelques 176 «blacktype winners ».