Mekthaal, du beau et du bon gagnant de Gr.1

28/04/2020 - Zoom Etalon
Un tel animal ne laisse pas indifférant dès qu'il entre dans un scène, rien que par son physique. A sa beauté plastique et son origine aussi belle que libre de Sadler's Wells et Danehill, Mekhtaal ajoute les preuves concrètes de son talent, avec le Prix Hocquart (Gr.2) par 6 longueurs à 3 ans et bien sûr la palme de Gr.1 dans le Prix d'Ispahan à 4 ans. Il effectue sa 2e saison de monte au Haras de Bouquetot en 2020.


Mekhtaal, un modèle magnifique au Haras de Bouquetot

L'envolée de Mekthaal dans le Prix Hocquart (Gr.2) à Deauville en mai 2016 reste marquée comme une des plus belles impressions visuelles de la saison. Avec son immense action, cet alezan sculpural laissait alors dans le lointain ses rivaux et passait le poteau avec 6 longueurs d'avance. Avec certitude, Al Shaqab tenait là un "pur" capable de décrocher une grosse timbale. Si ce ne fut pas le cas dans le Jockey-Club, Mekthaal a conclu 4e tout près du Grand Prix de Paris (Gr.1) et 2e battu simplement d'une courte tête dans le Prix Prince d'Orange (Gr.3). Jean-Claude Rouget pouvait donc l'intégrer à son piquet de chevaux conservés à l'entrainement à 4 ans pour atteindre son objectif. Comme attendu, Mekhtaal, sans doute encore meileur avec un an de plus, a décroché la course visée, le Prix d'Ispahan (Gr.1). Ce jour là à Chantilly, il devançait un combattant célèbre, Robin of Navan, devant Usherette, Dicton et Zarak. Parti aux Etats-Unis au 2e semestre, il a terminé sa carrière par une 2e place en septembre 2018 à Woodbine au Canada dans les Northern Dancer Turf Stakes (Gr.1) derrière Johnny Bear, d'ailleurs le tenant du titre. 

 

 

Mais avant même ses succès sur les pistes, Mekhtaal s'était fait remarquer lorsqu'il était yearling, laissant une magnifique impression aux observateurs avant la vente d'août Arqana, pour les deux raisons les plus valables à ce stade. D'une part c'était un poulain au physique remarquablement équilibré malgré sa taille déjà imposante. Comment souvent chez les produits de Sea The Stars, le jeune Mekhtaal dégageait une sensation d'assurance et de facilité sereine qui fait la marque de chevaux de courses aussi doués que "pratiques", selon un terme flatteur souvent utilisé par les entraineurs.

 


Victoire de Mekhtaal par 6 longueurs dans le Prix Hocquart (Gr.2).

 

Nicolas de Watrigant (Mandore International) avait aussi repéré ces avantages et signé le bon d'achat pour 300.000 € en ce 16 août 2014. Les amateurs de grilles de pédigrée et d'Antoine Houdar de la Motte, l'auteur du fameux " l'ennui naquit un jour de l'uniformité" (merci Google), auront aussi remarqué l'intérêt que la généalogie du cheval soit totalement libre des Sadlers's Wells et Danehill qui ont tendance à standardiser une vaste gamme d'étalons conçus dans la cour de Coolmore. La 3e ligne du tableau des pères est ainsi composée de Green Desert, Miswaki, Roberto et Theatrical, c'est à dire un quatuor tout à fait réjouissant sortant des sentiers battus.

 


Mekhtaal lors de sa victoire dans le Prix Jean Prat (Gr.1)

 

On ne présente plus le père, Sea The Stars, unanimement reconnu comme un grand étalon, vecteur de talent et de solidité tant physique que mentale, mais aussi un jeune père de pères enthousiasmant. La mère Aiglonne (Silver Hawk) est la meilleure poulinière du Haras de Mézeray. Née de la souche de White Muzzle et Almutawakel et Germance (autre fille de Silver Hawk), Aiglonne a tout réussi dans sa vie. Gagnante du Prix Fille de l'Air (Gr.3) et du Prix Panacée (L), elle a donné naissance à 9 vainqueurs dont 5 black-type, parmi lesquels Démocrate (Prix Hocquart, Gr.3), Aigue Marine (Long Island Hp, Gr.3) et donc Mekhtaal. Désormais âgée de 23 ans, Aiglonne est toujours en activité, déjà pleine cette année de Cloth of Stars, sans doute pour refaire le croisement avec Sea The Stars. Son 3 ans Whispering Ocean (Le Havre) est à l'entrainement en Norvège et le 2 ans non nommé également par Le Havre est déclaré chez Stéphanie Nigge sous la casaque de Gerard Thomas Ryan.

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Zoom Etalon

Ruler of The World : le Derby d'Epsom à portée de bourse

Au coeur de l'éternel débat entre les adeptes de la vitesse pure et les classiques, le palmarès du Derby d'Epsom, sommet de la tradition hippique mondiale, continue de fournir des grands étalons d'hier à aujourd'hui, et forcément demain. Vainqueur en 2013, Ruler of The World a été la recrue surprise du Haras de Bouquetot fin 2019, annoncé quelques jours seulement avant la victoire de sa fille Iridessa dans la Breeders'Cup.