Fairyhouse - du 24/09/2019 au 25/09/2019
September Yearling Sale
Arcadia, Californie - le 25/09/2019
Santa Anita Fall Yearlings
Fairyhouse - le 26/09/2019
September Yearling Sale Part II
Timonium, Maryland - du 30/09/2019 au 01/10/2019
Midlantic Fall Yearlings
Kill - du 01/10/2019 au 02/10/2019
Orby Sale
Saint-Cloud - le 03/10/2019
Vente de Pur-Sang Arabes
Kill - le 03/10/2019
Sportsman's Sale
Saint-Cloud - le 05/10/2019
Vente de l'Arc

Star of Seville : une famille éparpillée aux quatre coins du monde, façon puzzle

22/06/2015 - Grands destins
L’origine maternelle de la gagnante du Prix de Diane est née en Angleterre puis un maillon de la famille est importé en Normandie par Alec Head pour repartir, trente ans plus tard, outre-manche. Deux ans après Trêve, voilà le Quesnay de retour. Par Xavier BOUGON.
Star Of Seville remporte le Prix de Diane 2015 ©APRH
 
VOIR LA LIGNEE MATERNELLE DE STAR OF SEVILLE
 
L’écurie Aland, à l’origine de la famille maternelle en France, il y a un demi-siècle
Star of Seville est issue, à la 5ème génération, d’Helvetie, une aïeule provenant de Normandie (Haras du Quesnay) après son importation d’Angleterre par Alec Head.
Fervent «supporter» de Klairon, Alec achète donc en 1966 à Newmarket, une de ses filles, encore yearling, Helvetie élevée par Jeremy Tree.
Elle intégrera les effectifs du Quesnay avant de partir à l’entrainement à Chantilly. Suite à sa seconde place dans le Prix Plaisanterie (St-Cloud) (de Shahinaaz), Alec Head la trouve digne de courir la Poule d’Essai (de Pola Bella) dans laquelle elle termine au 5ème rang. Elle s’adjuge ensuite, sur 1.600m., le Prix Fourire à Maisons-Laffitte, sous la monte de Freddy, puis devra se contenter de la 4ème place du Prix de la Calonne (Listed) à Deauville sous les couleurs de Mme Alec Head.
Pour l’association Roland de Chambure et Alec Head, elle rejoint le haras où elle ira à la rencontre de Barbare (un sire du Petit-Tellier, élevé par la famille Chambure) et de l’américain Dapper Dan (un fils de Ribot, une importation du Quesnay). Les résultats ne méritent pas que l’on s’y attarde.
 
Roland de Chambure et Alec Head en 1979 ©DR
 
Le quasi-débutant Habitat (seconde saison de monte) sera son troisième prétendant. Naîtra de cette union, Hamada pour la Société Aland (contraction des prénoms des co-propriétaires).
Gagnante du Prix de Sandringham (Gr.3 à l’époque) (devant Infra Green et Lunadix, future mère de Linamix) et du Prix de la Porte Maillot (devant Lianga), elle marquera l’élevage Aland par uniquement ses filles : Hapai (1978 Nijinsky), Hanna Alta (1979 Busted), Harifa (1981 Green Dancer) et Haitienne (1982 Green Dancer) (chapitre suivant).
 
Hapai : après trois victoires à 3 ans (1981) sur des hippodromes de seconde zone, elle sera vendue en 1986, pleine de Miswaki, à Keeneland pour $105.000. Elle est la mère de 5 vainqueurs, tous nés aux USA, dont un black-type (plat et obstacles), Mubadir (Nodouble).
 
Hanna Alta elle est gagnante du Prix Tahiti à St-Cloud puis va servir de leader à sa compagne de couleurs et d’entrainement, Harbour (la gagnante du Prix de Diane) dans le Prix Vermeille où elle termine au pied du podium, celui d’All Along. Elle quittera les effectifs Aland l’année suivante après sa vente en Irlande (Oldtown Stud). Revendue, elle va donner naissance à Elaine Tully dont descendent trois black-types anglo-irlandais en obstacles, Venalmar, One Gulp et Rule The World.
 
Harifa a gagné une édition du Prix Soya (Listed) à 2 ans puis s’est classée 3ème du Prix Robert Papin (Gr.1 à l’époque) (de Masarika) et du Critérium de Maisons-Laffitte (Gr.2) (de Procida). Une de ses premières filles (par Kris) sera vendue en Italie. Un de ses poulains, Heckly (1988 Shirley Heights) est vendu à Mme Arpad Plesch.
 
Ce sera le dernier foal pour l’élevage Aland puisque suite au décès du Comte Roland de Chambure (septembre 1988), la société Aland «liquide» le patrimoine équin. La vente de dispersion est programmée à Newmarket et à Keeneland où est adjugée, entre autres, Harifa, pleine de Blushing Groom, pour $600.000 à Darley (Cheik Moh.). Elle donnera 5 vainqueurs pour ses nouvelles couleurs mais aucun black-type.
 
La dispersal Aland, l’élevage à l’origine du Derby-winner Erhaab, famille de Star of Seville
A Newmarket en décembre 1988, la dispersion d’une partie des poulinières Aland est l’attraction de la vente dont les résultats font afficher 7 des 11 Top-prices (voir le tableau ci-dessus) avec les deux premiers prix, deux records européens, 1.600.000 Guinées pour Reine Mathilde (pleine de Kris) et 1.400.000 Guinées pour Ravinella (encore à l’entrainement). Reine Mathilde est achetée par l’association Sangster-Barronstown Stud (David Nagle) et Ravinella rejoint les effectifs d’Allen Paulson.
 
Ravinella a été l'une des portes-étendards de l'Ecurie Aland et du Comte de Chambure en arrière-plan ©DR
 
Lors de cette vente, une petite-fille d’Helvetie, Hispanolia (Kris) est vendue pour 280.000 Guinées alors que sa mère, Histoire, avait fait partie des lots vendus, quelques semaines plus tôt, le 12 novembre à Keeneland.
 
- A Keeneland donc, 9 des 13 Top-prices sont à mettre à l’actif des lots estampillés Walmac International, consigner pour l’Ecurie Aland dont Histoire (Riverman) qui est vendue, pleine de Nureyev, pour $1.000.000 à Shadwell (Hamdan Al Maktoum). Histoire va mettre au monde au printemps suivant Oumaldaaya, gagnante du Premio Lydia Tesio (Gr.2 à l’époque). Oumaldaaya est ensuite la mère de Haami (1995 Nashwan) et grand-mère de Akmal (2006 Selkirk).
 
Erhaab, un fils de Chief's Crown et d'Histoire ©DR
 
Deux ans plus tard, Histoire va donner naissance à Erhaab (Chief’s Crown), le premier classique de cette famille maternelle (avant Star of Seville) en enlevant le Derby d’Epsom 1994 à l’entrainement chez John Dunlop, monté par Willie Carson (âgé de 52 ans). Suivra une pouliche de Dayjur qui donnera naissance à Chaibia (Peintre Célèbre) bien connue sur les pistes françaises (Prix de Psyché) avant d’être revendue en fin de saison de ses 4  ans à Keeneland, $1.400.000.
 
Chaibia, montée par Dominique Boeuf ©DR
 
Parmi les lots présentés à Keeneland, figuraient Really Lucky (mère de Ravinella et pleine de Mr Prospector, vendue $1.350.000 à William Farish, Lane’s End Farm), Rivermaid (pleine de Nureyev, vendue $1.100.000), Sigy (pleine de Nureyev, achetée $1.300.000 par Darley), Tropicaro (pleine de Nureyev, achetée par Juddmonte, $1.125.000), Miss Summer (pleine d’Alydar, achetée $1.150.000 par Juddmonte), El Fabulous (pleine d’Alydar, vendue $950.000 à Darley), Louisville (pleine de Lyphard, vendue $950.000 à Juddmonte)....
 
Notes :
Klairon (petit-fils de Djebel, côté paternel en photo ci-dontre ©DR), vainqueur de la Poule d’Essai et du Prix Jacques Le Marois pour Martin Fabiani, a débuté sa carrière d’étalon en 1957 au Haras de Chemoitou (famille Champion) puis intègre le parc d’étalons anglais (septembre 1962) à Lambourn Stud (dans le Berkshire, futur Kingwood Stud). Il avait déjà produit quelques bonnes pouliches (Monade, Altissima, Isoline, entre autres) quand Alec Head se penche de plus près sur sa litière. Comme père de mère, Klairon va se distinguer avec les poulinières Wertheimer et consorts avec entre autres, Saquebute, Irish Star, Kaliopi......Helvetie fait partie de la même génération qu’un certain Luthier ou Lorenzaccio...
 
Il est amusant de constater que Klairon a, pour ascendant lointain (Queen Bertha), les mêmes ancêtres que sa fille Helvetie.
 
Jeremy Tree (en photo ci-contre ©DR) est surtout connu pour avoir été le premier entraineur du prince Khaled Abdullah, mais il a été également éleveur après avoir hérité d’un haras, Mereworth Castle Stud, situé dans le sud-ouest de l’Angleterre (C°Kent) et de la jumenterie de Peter Beatty (demi-frère de son père Arthur Tree). L’immense domaine remonte à l’année 1723 sur lequel Evelyn Boscawen, 6ème Lord Falmouth crée un haras en 1845 où seront élevés pas moins de 19 « classics » anglais au 19ème siècle. Pour l’anecdote, Peter Beatty avait acheté Bois Roussel (le cheval) à Léon Volterra quelques jours avant son succès dans le Derby 1938.
Atteint de cécité, il est décédé tragiquement à 39 ans, en octobre 1949, à la suite de la chute d’une fenêtre du 6ème étage de l’Hôtel Ritz à Londres.
 
Haitienne, fille d’Helvetie, vendue outre-manche à la fin de son année de 3 ans
Dès le lendemain de sa seule victoire de sa carrière dans un handicap à Maisons-Laffitte (29 novembre 1985), Haitienne, âgée de 3 ans, prend la direction des Iles britanniques pour l’éléveur Bishop’s Down Farm qui donnera naissance à une pouliche, Haut Volee (1989 Top Ville), gagnante en Allemagne puis mère elle-même d’une black-type, Eastern Appeal (2003 Shinko Forest, gagnante de Gr.3 en Irlande) et d’une fille de Shirley Heights, La Peregrina, d’où La Sabana (2ème Prix Mélisande et Mme Jean Couturié) et La Hernanda (2ème Prix de Royaumont) pour le franco-suisse, Marcello Randelli.
 
Haitienne va donner naissance en 1992 à Park Charger (Tirol) qui une fois vendue yearling (44.000 Guinées) à Seamus Burns (Lodge Park Stud) va prendre du caractère demi-gras en Irlande à l’entrainement chez Aidan O’Brien pour les couleurs de Patrick H. Burns (frère de Seamus). Direction le haras où elle va engendrer 9 foals, tous vendus yearling dont Pakhoes, Park Romance et Rum Charger (Spectrum) gagnante de Gr.3 à Leopardstown (pour Bertram Firestone) et future mère de Winchester, vainqueur de Gr.1 aux USA, Secretariat S., Turf Classic, Sword Dancer H., Manhattan H.
 
Notes :
- Lodge Park Stud s’est distingué en octobre 2013 à Newmarket en vendant une yearling, fille de Galileo et d’Alluring Park (sœur de New Approach), vendue 5.000.000 Guinées (un record mondial pour une femelle), un achat signé Mandore International pour Cheik Joaan Al Thani. L’underbidder n’était autre que Coolmore.
 
Bishop’s Down Farm est également l’éleveur de Fly The Stars, vendu yearling.
 
Stage Presence, l’une des dernières poulinières de Robert Sangster
Alpine Park (Barathea), l’ainée de la fratrie (née de Park Charger) restera au sein de l’effectif Burns (après avoir été rachetée yearling). Par contre, sa sœur née l’année suivante, Stage Presence (Selkirk) quittera le ring de Goffs, achetée pour 40.000 Livres irlandaises par la BBA pour le compte de Robert Sangster. Après 2 victoires à 3 ans, elle donnera naissance à English Ballet, entre autres, pour le compte de Swettenham Stud. Vendue yearling, elle s’adjuge les Sweet Solera St (Gr.3) et doit se contenter de la seconde place des May Hill St. (Gr.3) et de la 3ème place des Fillies’Mile (Gr.1).
 
Stage Presence est revendue en novembre 2004 pour 49.000 Guinées à Horse France pour un propriétaire irlandais bien connu (Lynch Bages Ltd et Edgeridge Ltd).
L’une de ses filles, Stage Performance (2006 Danehill Dancer) est achetée yearling par Hugo Lascelles pour 375.000 Guinées......première incursion dans cette famille maternelle pour Lady Bamford, sans succès, puisqu’elle sera incapable de prendre la moindre livre. Elle est exportée en Argentine.
 
Note :
Robert-Edmund Sangster est décédé en avril 2004 à 67 ans, 44 ans après avoir acheté son premier cheval, Chalk Stream, en mai 1960. Il était le fils de Vernon Sangster qui, avec 400 livres en poche, fonde en 1926 le réseau de bookmaking Vernons Pools, vendu ensuite à Ladbrokes.
 
Lady Bamford méritait bien cette victoire de Star of Seville
L’année suivante, en décembre 2007, Lady Bamford, pas rancunière, signe un chèque de 475.000 Guinées pour Stage Presence, pleine de Danehill Dancer. Au printemps suivant, nouvel échec puisque le foal meurt à la naissance. Laissée au repos, elle rencontrera l’année suivante Galileo dont elle restera vide ! Saillie par Oasis Dream, Lady Bamford est récompensée de sa patience. Stage Presence met au monde un mâle qui débutera victorieusement à Nottingham à l’entrainement chez John Gosden. Mais ce succès reste sans lendemain. Vient enfin la naissance de Star of Seville et les résultats que l’on connaît.
Sa mère a donné naissance en 2013 à une fille d’Oasis Dream, restera vide d’Holy Roman Emperor en 2014 et vient de pouliner (25 avril) d’un mâle par Oasis Dream, à nouveau.
 
En un mot, pas un coin du monde, même le plus retiré, a accueilli au moins un membre de cette famille maternelle. (Un titre tiré des dialogues des Tontons flingueurs).
 
Lady Carole Bamford et son mari patron de JCB Lord Bamford