Demain : Fairyhouse
September Yearling Sale
Arcadia, Californie - le 25/09/2019
Santa Anita Fall Yearlings
Fairyhouse - le 26/09/2019
September Yearling Sale Part II
Timonium, Maryland - du 30/09/2019 au 01/10/2019
Midlantic Fall Yearlings
Kill - du 01/10/2019 au 02/10/2019
Orby Sale
Saint-Cloud - le 03/10/2019
Vente de Pur-Sang Arabes
Kill - le 03/10/2019
Sportsman's Sale
Saint-Cloud - le 05/10/2019
Vente de l'Arc
Newmarket - du 08/10/2019 au 10/10/2019
October Yearling Sale - Book 1

Le Jockey-Club d'Almanzor et d'Etreham "Allez Eyquem !"

06/06/2016 - Grands destins
« Allez Eyquem, allez Eyquem ! » Franck Champion du Haras d’Etreham n’en croyait pas ses yeux quand Alamanzor, entrainé par Jean-Claude et élevé par le célèbre haras normand, a remporté la 175ème édition du Prix du Jockey-Club. Ces encouragements fanatiques, passionnés et légitimes étaient bien sur à destination de Jean-Bernard Eyquem, le jockey d’Almanzor qui remporte son premier classique cantilien.

 

Almanzor et Jean-Bernard Eyquem triomphent dans le Prix du Jockey-Club 2016 et apportent un nouveau classique aux propriétaires Antonio Caro et Gérard Augustin-Normand après Avenir Certain et La Cressonnière ©APRH

 

Jean-Claude Rouget avait deux partants dans cette édition 2016 du Prix du Jockey-Club. Le poulain le plus joué Mekhtaal, élevé par le Haras du Mezeray et favori de l’épreuve a cependant laissé place au vainqueur Almanzor issu de la première génération de son père Wootton Bassett. Après le forfait de dernière minute du cheval allemand (non partant pour problème de fiche signalétique), ils n’étaient plus que 16 à s’élancer au départ du classique cantilien pour poulains de 3 ans. Après 500 mètres de course, Jean-Bernard Eyquem voit une place libre côté corde derrière le poulain irlandais Black Sea. Il prend directement son sillage et se laisse emmener jusqu’au 300 mètres, moment où le couple Almanzor / Eyquem sort du peloton et commence à se détacher en battant Zarak, le fils de Dubawi et Zarkava gai comme un pinson avant course, et Dicton, l’ancien cheval issu des courses à réclamer.

 

Franck Champion, directeur commercial du Haras d'Etreham, est ivre de joie après le succès de son poulain Almanzor. Il a vivement soutenu le cheval tout au long de la dernière ligne droite en criant à tue-tête "Allez Eyquem, allez Eyquem" (ps : excusez la mauvaise qualité de la photo prise sur le vif)

 

 

Almanzor a vu le jour le 11 mars 2013 au Haras d’Etreham où il a été élevé. La famille de Chambure, propriétaire du haras, avait acheté sa mère Darkova en décembre 2011 pour 16.000€ alors présentée par les Aga Khan Studs. Darkova a été élevée par la Princesse Zahra Aga Khan mais est restée inédite. Fille de Maria’s Mon, dont la saillie a culminé à $60.000 en 2007, année de sa mort en septembre et de la conception de Darkova, cette dernière avait été achetée pour soutenir le carnet de bal de la première saison de monte de Wootton Bassett. Ce fils d’Iffraaj faisait ses débuts d’étalon en 2012 après avoir été un champion 2 ans, invaincu en 5 sorties dont le Prix Jean-Luc Lagardère (Gr.1).

Note : Les Aga Khan Studs ont gagné le Derby d'Epsom 2016 avec une souche achetée (lire l'article) ainsi que le Prix du Jockey-Club 24 heures plus tard avec une souche vendue!

 

Le baiser gagnant de Jean-Bernard Eyquem à Almanzor ©APRH

 

Almanzor a déjà été le premier gagnant de Listed pour son père dans le Grand Critérium de Bordeaux puis son premier vainqueur de groupe lors de son succès dans le Prix de Guiche (relire l’article et revoir la photo d’Almanzor yearling). Ses premiers gagnants de 2 ans le furent dès le mois de mai l’an passé et ses premiers yearlings s’étaient vendus jusqu’à 130.000€ en 2014 et 110.000€ en 2015 (cf la propre sœur d’Almanzor, voir plus bas).

C’est d’ailleurs aux ventes de yearlings que le destin d’Almanzor a changé puisqu’il a été acheté 100.000€ à Arqana en août 2014 par Jean-Claude Rouget qui pensait le payer autour de 50.000€ …! Voilà une autre similitude avec Le Havre. Le maître entraineur nous a expliqué : « Acheter est ma passion première, peut-être même avant celle d’entrainer. J’aime chiner et faire les brocantes. Quand j’étais plus jeune, j’achetais déjà des chevaux mais quand je revenais à la maison, mon père était prêt à me donner une claque ! ».

 

Le podium 2016 du Prix du Jockey-Club est bien fourni. De gauche à droite, Nicolas de Chambure du Haras d'Etreham, Jean-Bernard Eyquem, Sylvain Vidal, manager de Gérard Augustin-Normand, Hervé Bunel, manager d'Antonio Caro, Jean-Claude Rouget et Bernard, le cavalier d'entrainement d'Almanazor ©APRH

 

Poulain endurci, c’est ce qui a manqué à Mekhtaal, Almanzor a débuté à La Teste puis a couru à Clairefontaine, Bordeaux et enfin à Saint-Cloud dans le Critérium International dont la performance était à oublier. Avant, il était tout simplement invaincu. Troisième du Prix de Fontainebleau (Gr.3) pour sa rentrée puis brillant lauréat du Prix de Guiche (Gr.3), Almanzor a offert un nouveau succès dans le Prix du Jockey-Club à son éleveur le Haras d’Etreham, un deuxième sacre pour Jean-Claude Rouget, 7 ans après Le Havre et un premier triomphe pour Jean-Bernard Eyquem.

 

Jean-Benard Eyquem savoure sa victoire, au bon goût de champagne ©APRH

 

Alors qu’il montait son premier Prix du Jockey-Club, Jean-Bernard Eyquem, 40 ans, a salué Jean-Claude Rouget après sa victoire : « Mes premières pensées vont à Jean-Claude Rouget. Pendant mon parcours aux 1600m, j’ai vu une place disponible côté corde que j’ai prise immédiatement. A 300m, j’ai déboité, à 250m j’avais beaucoup de gaz et à 150m je me voyais gagner. » Habitant à La Teste à l’âge de 6 ans, Jean-Bernard s’est souvent rendu au poney-club local, à un kilomètre de l’hippodrome. L’année suivante, il décide de devenir jockey après un essai à l’entrainement chez Jean-Claude Maurand. Après avoir travaillé pour Patrick Biancone et Nicolas Clément qui lui avait souvent envoyé « son 46 dans le postérieur » selon ses dires, Jean-Bernard est retourné dans son sud-ouest natal. Alors qu’il a été jockey pour l’écurie Rouget, Jean-Bernard a fait « une sortie de route » selon les propos de Jean-Claude pour rejoindre l’écurie Rohaut mais est revenu au bercail il y a 7 ans maintenant.

 

Absent de l'hippodrome de Chantilly en ce jour du Jockey-Club, voilà les propriétaires d'Almanzor Antonio Caro et Gérard Augustin-Normand ©DR

 

Enfin, Almanzor a surtout permis au Haras d’Etreham d’élever un nouveau gagnant de Jockey-Club, 15 ans après le succès d’Anabaa Blue. Franck Champion et Nicolas de Chambure nous ont confié que Darkova a été testée pleine de Le Havre cette année après avoir pouliné d’un propre frère d’Almanzor le 8 mars dernier. Le mâle yearling par Falco a été inscrit pour les ventes d’août. Quant à la propre sœur âgée de 2 ans et nommée Troarn , elle est à l’entrainement chez Jean-Claude Rouget qui l’avait achetée 110.000€ à Arqana en août 2015. Elle va porter comme son illustre grand-frère les couleurs  de l’association Antonio Caro, Gérard Augustin-Normand, les propriétaires des pouliches classiques Avenir Certain (vendue entre temps à Teruya Yoshida) et de La Cressonnière.

 

Le 28 mai dernier, le Haras d'Etreham avait eu l'excellente idée de poster cette photo sur twitter. Il s'agit du propre frère d'Almanzor et de sa mère Darkova en arrière plan

 

Pour finir, précisons que Darkova est une fille de Darkara, gagnante du Prix des Tourelles (Listed), petite-fille de Daralbayda, une placée de Listed qui fut la première gagnante de la casaque de la Princesse Zahra Aga Khan ainsi qu'une arrière petite-fille de Daralinsha (Prix Minerve Gr.3). Cette dernière est devenue plus tard la grand-mère de Darsi, gagnant du Prix du Jockey-Club 2006 pour la casaque "Aga Khan" avec la corde 7, cette même place d'où s'est élancé Almanzor. Darkova est aussi et surtout la cousine de la championne Darjina, triple gagnante de Gr.1 et multiple placée au même niveau contre les mâles et mère du jeune étalon Djidani, acheté par Caroline Bressou pour la saison de monte 2016.


On en parle dans l'article