Aujourd'hui : Cheltenham
Cheltenham November Sale
Aujourd'hui : Boulogne-Billancourt
Election de France Galop - 15H00
Demain : Fairyhouse
Flat Foal & Breeding Stock Sale
Kill - du 18/11/2019 au 20/11/2019
November Foal Sale Part. 1
Deauville - du 18/11/2019 au 20/11/2019
Vente d'Automne
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals

Alain Regnier passe les rênes à Tangi Saliou au Haras de Haie Neuve

22/08/2017 - Focus éleveurs
L’annonce a été officialisée par les deux hommes lors des ventes Arqana d’août, le Haras de la Haie Neuve va changer de propriétaire d’ici au 1er janvier 2018. Tangi Saliou reprendra ainsi les rênes laissées par Alain Regnier. Voir l’interview.
Alain Regnier et Tangui Saliou expliquent la transmission du Haras de la Haie Neuve
 
Le visage du patron changera mais l’esprit restera le même que celui du Haras de la Haie Neuve à Mondevert aux portes de la Bretagne dans l’Ille-et-Vilaine. C’est en 1992 qu’Anne-Marie et Alain Regnier se sont installés et ont créé le haras avec au départ 30 hectares de terre qui ont été doublées désormais. L’homme qui a façonné Verglas mais aussi accueilli High Yield ou encore Della Francesca et Hurricane Cat a décidé de tout vendre.
 
Mais Alain Regnier restera éleveur et copropriétaire de juments avec son associé Emmanuel de Seroux (Narvick International). L’affixe "Béré", la contraction des noms de famille Regnier (Alain) et Béguin (Anne-Marie), restera lui aussi, l’équipe en place également de même que Pedro The Great qui réussi ses débuts d’étalons. Des offres d’achats pour le jeune étalon ont même déjà été repoussées.
Tangi Saliou, ex responsable aux Haras Nationaux et depuis de nombreuses années au Haras de Montaigu, et sa femme Dorothée, originaires de Bretagne, vont peu à peu se constituer leur propre jumenterie avec un nouveau parc d’étalons aussi bien de plat que d’obstacle.

On en parle dans l'article