Emmanuel Talvard reprend les rênes du Haras de Beaufay !

14/02/2020 - Actualités
Ayant longtemps travaillé aux côtés de son père, Pierre Talvard, au Haras du Cadran, avant de partir un temps à l’étranger, Emmanuel est revenu en France pour reprendre les rênes du Haras de Beaufay. Un site acheté et totalement rénové par l’industriel tchèque Jiri Travnicek, un passionné de chevaux qui tend à faire de cette structure un haut-lieu de l’élevage de chevaux de courses.

 

Jiri Travnicek n’est pas du genre à faire dans la dentelle ! En effet, ce magnat tchèque de la fibre géotextile, propriétaire-éleveur et passionné de chevaux depuis presque un demi-siècle, s’est porté acquéreur du Haras de Beaufay en 2016, dans la verte région de l’Orne en Normandie, après avoir bâti un autre haras et centre d’entraînement de renom – DS Pegas-  en sa République Tchèque natale. Une fois les travaux terminés fin septembre 2018, le haras jouxtant la commune du Sap André a pu ouvrir ses portes et accueille désormais des juments provenant des quatre coins du monde. Une dimension internationale qui n'est pas une option pour que le haras devienne "un haut lieu de l'élevage de pur-sang en France" dixit Jiri Travnicek.
 
 
 
Le Haras de Beaufay, sous le soleil normand !
 
 
Idéalement situé entre Gacé et Orbec et les principaux axes routiers, le domaine s’étend aujourd’hui sur plus de 50 hectares, avec tout le confort nécessaire au bien-être des chevaux –paddocks en sable de fontainebleau, boxes de poulinages, une unité de quarantaine, prairies verdoyantes, marcheur, rond de longe couvert- mais également à celui des femmes et des hommes qui s’en occupent tous les jours. Ambitieux et privilégiant la qualité à la quantité, la structure de l’homme d’Orphée des Blins, triple gagnante du Grand National de Pardubice, accueille donc une clientèle internationale, avec de nombreuses juments tchèques, bien évidemment, mais aussi venant d’autres pays et également d’éleveurs français afin de leur faire bénéficier de la qualité et de la fonctionnalité des nouvelles installations et des services proposés –élevage, poulinage, préparation aux ventes, transports aux saillies, formalités administratives.
 
 
 
Le Haras de Beaufay, paradis pour les Hommes...
 
 
 
... et les chevaux !
 

Dirigé à l’origine par Stéphane Delpeuch, homme de cheval ayant fait ses classes au Haras des Capucines et de Bois Carrouges, l’établissement passe désormais entre les mains du jeune Emmanuel Talvard, un visage bien familier du microcosme des courses. En effet, ce dernier est le fils de Pierre Talvard, l’homme qui a érigé pierre par pierre le Haras du Cadran, jusqu’à en faire aujourd’hui l’un des fleurons de l’élevage de chevaux de courses en France et l’un des principaux vendeurs de yearlings en août et octobre à Arqana. 

 

Talvard père et fils, des hommes de chevaux à l'oeil acéré !

 

Ainsi donc, on peut dire qu’Emmanuel « a une bonne souche », et que son expérience passée auprès de son père, jamais bien loin puisque le Haras du Cadran n’est qu’à une vingtaine de kilomètres du Sap André, ponctuée d’autres passages chez diverses structures françaises et étrangères lui seront bénéfiques pour accroître la réputation du Haras de Beaufay et ainsi nourrir l’ambition de Jiri Travnicek : faire de cet établissement l’un des nouveaux joyaux de l’élevage de pur-sang en France. C’est en tout cas tout le mal qu’on leur souhaite !

 

Emmanuel Talvard, le nouveau manager du Haras de Beaufay

 


Voir aussi...

Découvertes

Découvrez le Haras de Beaufay, nouveau joyau de l'élevage dans l'Orne

 Quand Jiri Travnicek se lance dans les travaux, il refait tout du sol au plafond ! Grand propriétaire éleveur en République Tchèque, multiple vainqueur du Velka Pardubice notamment avec Orphée des Blins, cet ancien directeur de Haras National devenu industriel du géotextile a construit un joyau de l'élevage sur une colline du Sap André dans l'Orne, où il accueille désormais une jumenterie extérieure.