Aujourd'hui : Cheltenham
Cheltenham December Sale

Ectot et Charm Spirit : le Haras des Monceaux roi du ring et des pistes

14/09/2014 - Grands destins
Alors que le Haras des Monceaux fête ses 10 ans d’activité, il domine non seulement sans partage le ring de Deauville, mais a frappé un grand coup sur la piste de Longchamp lors des Qatar Arc Trials 2014, avec les succès de ses élèves Ectot dans le Prix Niel et Charm Spirit dans le Prix du Moulin de Longchamp. Retour sur l'histoire du Haras des Monceaux sous l'ère de Luciano Urano et l'historique des achats de poulinières et de yearlings. Par Xavier BOUGON.
Ectot et Charm Spirit ont remporté les Prix Niel et du Moulin de Longchamp, tous deux élevés par le Haras des Monceaux.
 
Vue sur la cour principale du Haras des Monceaux ©Guy Thibault
 
Le jeune haras truste les top-prices aux ventes de yearlings à Deauville
En 2012, le Haras des Monceaux, dirigé par Henri Bozo, avait «fait» les trois premiers top-prices des ventes d’août. Cette année, il réédite en occupant les deux premières marches du podium et même la quatrième. Ce jeune haras, qui ne présente officiellement ses yearlings que depuis 2009, truste les titres honorifiques de tête des listes des vendeurs depuis trois ans.
 
Le nouveau Haras des Monceaux naît en 2004 après l’achat des lieux, l’année précédente par le calabrais Luciano Urano qui décide de monter un élevage haut de gamme en faisant l’acquisition de femelles, yearlings, sortant de l’entraînement ou déjà confirmées. Les Monceaux renaissent de leurs cendres après quelques années à l’abandon.
 
Au mois d'août 2014 aux ventes Arqana, le top-price (1.200.000 €) a été attribué à une pouliche de la dernière production de Monsun et de Sasuela (fille de Dashing Blade et sœur de Schiaparelli, Samum, Salve Regina). Cette tante de Sea The Moon (Deutsches Derby 2014) avait été achetée, pleine de Monsun, à l’amiable, en co-propriété avec le Haras de Saint-Pair, au Gestüt Karlshof (la famille Faust).
 
La pouliche yearling de Monsun et Sasuela avant son passage sur le ring, adjugée finalement 1,2M d'euros ©APRH
 
A 1.100.000 €, le poulain d’Invincible Spirit et de Prudenzia a fait le second top-price toujours pour les Monceaux. Prudenzia n’est autre que la mère de Chicquita (vendue 600.000 € en 2011). Elevée conjointement avec Lady O’Reilly, Prudenzia provient d’une mère, Platonic, achetée en décembre 2004, soit dès la première année du nouveau Monceaux.
Par Galileo, les petites-sœurs de Chicquita (Montjeu) avaient fait tomber le marteau à 1,1 M. € (Sinnamary adjugée à la Mise de Moratalla) et 1 M. € (Truth adjugée à M.V. Magnier).
 
A 850.000 €, la fille d’Invincible Spirit et de Tonnara décroche le 4ème top-price. Tonnara n’est autre que la mère d’Ectot et de Most Improved. Associée à Lady O’Reilly, Tonnara a mis au monde, cette année, son propre frère.
 
Note :
Chicquita est née, comme ses sœurs, à Castlemartin Stud, le haras irlandais de Lady O’Reilly-Goulandris avec qui Luciano est associé sur les produits de Prudenzia.
 
En 2004, un trotteur, tête de liste, débarque dans le monde du pur-sang.
Luciano (en photo portrait ci-contre ©APRH)), natif, en mars 1945, de Brancaleone (village touristique situé en Calabre, en face de la Sicile) est un véritable autodidacte. Ses parents, sans argent, émigrent en France en 1958. Il commence à travailler à 13 ans avec son père comme ouvrier sur une machine à coudre à domicile et dans le sous-sol d’une villa aux abords du champ de courses d’Enghien ; d’où sa passion pour la confection et les chevaux !
 
Déterminé à devenir entrepreneur, la confection fait de lui le patron du groupe Vetura (l’anagramme d’Urano et de Hervet, nom de jeune fille de son épouse, Micheline, une normande), spécialisé dans le «discount», à l’image de Tati.
Il créé sa première entreprise à son retour du service militaire dans les parachutistes. Il ouvre son premier «bazar» en 1978 à Stains. Viendra plus tard, Fabio Lucci, la marque unifiant plus de 120 magasins.
De suite, le succès lui tend les bras, son empire lui permet de faire fortune et de prendre (quelques années plus tard) la moitié de Tati qui était en liquidation (fondé en 1948 par Jules Ouaki, un autre passionné d’hippisme). Il décide de prendre du recul avec ses activités professionnelles et cède ses parts à son associé, le groupe Eram, trois ans après. Mais le naturel revient au « galop », et c’est en 2008 qu’il rachète, au nez et à la barbe de Louis Le Duff (Del Arte) et du Groupe Bertrand, la grosse majorité des parts du groupe Pizza Pino (associé à l’un de ses fondateurs, André Sfez, l’autre fondateur étant son frère décédé). Voilà, ainsi résumé, l’activité professionnelle d’un immigré calabrais des années 50. Arrivé en Normandie, son père s’intéresse déjà aux chevaux et à l’élevage qu’il pratique quelques temps près de Forges les Eaux, au lieu-dit, Le Pommereux, dont de nombreux gagnants portent l’affixe.
 
Les chevaux et les courses restent un loisir pour Luciano. Mais la victoire d’un de ses protégés dans le Prix de l’Etoile 1999 est une sorte de déclic et l’encourage dans des investissements à plus grande échelle. Luciano investi donc dans l’achat d’un haras normand, près de Cabourg (Gonneville en Auge), le Haras de Retz qui fait naître ses trotteurs sous l’entité Ecurie des Charmes (agréée en plat en juillet 2001). Là aussi le succès est au rendez-vous (plusieurs fois leaders des propriétaires en France).
 
Tout en continuant de briller sur la cendrée de Vincennes, il étend sa passion aux pur-sang. Il décide de se lancer dans un projet ambitieux en faisant l’acquisition de feu, le Haras des Monceaux, laissé à l’abandon depuis quelques temps (l’Ecurie des Monceaux est créée en janvier 2004). Il acquiert donc quelques terres supplémentaires et rénove le haras. Sa politique est d’investir dans la qualité sur le long terme.
 
Ralph Beaver Strassburger,
créateur du Haras des Monceaux en 1925
 
 
Notes :
- Son amour pour la Normandie provient peut-être du XIème siècle (vers 1060), époque où les normands avaient envahi la Calabre (petite aparté historique).
- L’objectif est de faire naître dans un but commercial tout en gardant les femelles (comme le fait déjà l’une de ses futures associées, Lady O’Reilly) mais en vendant celles dont les familles sont déjà très présentes sur le haras.
 
Les Monceaux, une histoire de famille
Pour diriger le haras, le propriétaire des lieux fait appel à un jeune, à peine âgé de 30 ans, Henri Bozo (en portrait ci-dessous ©APRH), alors en poste au Haras du Mézeray. Luciano est si convaincant que le fils d’Antoine Bozo (l’ancien patron du Mézeray) accepte.
Au début, selon Henri, Luciano lui téléphone 3 ou 4 fois par jour pour prendre des nouvelles de la jumenterie qui est au nombre de cinq ou six: Shy Mail, Tango Queen, Peace Signal, Siksikawa, Pennyghael, Golden Queen et Reine de Romance (en pension dans le Kentucky).
Cinq ans après, le haras comptait une cinquantaine de juments et 10 ans plus tard, le haras héberge 70 à 75 génitrices dont certaines sont issues de mères achetées, pour la plupart, lors de ventes publiques par Meridian International, l’agence de courtage de Ghislain Bozo, le frère d’Henri. Les juments, foals et yearlings occupent les paddocks d’une superficie de 250 ha (125 ha à l’origine, en 1925) suite aux différents achats avoisinants.
 
Siksikawa est achetée à 4 ans, pleine de Barathea en décembre 2003 pour 170.000 Guinées. Elle est la sœur de Labeeb, de Fanmore, d’Alrassaam. Son premier produit, Sweet Love, est née en février 2004 et se trouve donc être le premier foal né aux Monceaux. Siksikawa sera revendue après son 6ème produit. Entre temps, Catanzaro (fils de Montjeu), à l’entrainement chez J.C. Rouget, va porter victorieusement les couleurs d’Ottavia Roffi (la fille de Luciano).
 
Peace Signal, inédite sur la piste, est une sœur de Peintre Célèbre. Elle est achetée, à l’âge de 7 ans, en novembre 2003, pleine de Fasliyev, 170.000 Guinées. Elle deviendra, le 9 avril, la mère de Pertinence (rachetée yearling 60.000 € et future mère de La Peinture). Peace Signal sera revendue, pleine de Zamindar, en décembre 2007 pour 70.000 €, présentée par le Haras du Mézeray.
 
Tango Queen est achetée, à l’âge de 7 ans, en novembre 2003, pleine de War Chant, pour $ 150.000 (c’est la famille de Mrs Penny et de Hatoof). La pouliche qui naît le 29 avril suivant, Tanguista, sera conservée (3ème du Prix La Sorellina) et donnera naissance ensuite à Tribune (Prix Ronde de Nuit après avoir été rachetée yearling, 57.000 €). Tango Queen sera vendue en décembre 2008, pleine de Zamindar pour 45.000 €.
 
En février 2005, Shy Mail (une 4 ans, d’origine argentine dénichée par Carlos Lerner en juillet 2003) est suitée d’une pouliche de Verglas.
 
Golden Queen (Gold Fever) est une sœur de Slipstream Queen (la mère de Slickly). Inédite, elle arrive de Keeneland (novembre 2003), pleine d’Orientate. Payée $190.000, elle donnera naissance, en mai 2004, à un poulain vendu yearling 85.000 €.
 
Pennyghael (une 3 ans en provenance de chez Darley), sera achetée en décembre 2003 pour 130.000 Guinées mais ne donnera naissance à son premier produit qu’en 2006, un poulain d’Anabaa vendu yearling. L’année suivante, Pennyghael est vendue, pleine de Green Tune, pour la Turquie.
 
Quant à Reine de Romance (3ème Del Mar Oaks), elle avait été achetée à 5 ans par Meridian (Ghislain Bozo) à Keeneland en novembre 2003, pleine de Johannesburg pour $370.000. Le terme étant proche, elle restera sur place et pouline, en janvier suivant, d’une pouliche. Reine de Romance rejoindra la France après avoir été saillie par Diesis, en station dans le Kentucky. La pouliche de Johannesburg, nommée Rockmanella, sera conservée à l’entraînement chez Jean-Claude Rouget. Gagnante à deux reprises, elle sera présentée par le Haras du Mézeray et vendue lors des ventes de l’Arc pour le Qatar (déjà !). Il s’agit de la première vente pour les Monceaux, propriétaire-éleveur.
Diesis et Reine de Romance donneront naissance en 2005 à Une Romance (née aux Monceaux) et vendue yearling (présentée par le Mézeray) à J-C. Seroul pour 130.000 €.
 
Des débuts difficiles en tant que propriétaire
Mais revenons au tout début de l’Ecurie des Charmes, lorsqu’en août 2001 à Deauville, le marteau tombe pour la première fois en faveur de Luciano Urano. Ce yearling de Singspiel, nommé Navaron Charms, est adjugé pour 1.400.000 F. (213.000 €). Sa mère n’est autre que la sœur de Princess Pati (Irish Oaks), deux filles de la championne Sarah Siddons (Irish 1000 Guinées, Yorkshire Oaks, 2ème Irish Oaks, Prix Vermeille). La qualité est donc au rendez-vous. Mais le poulain ne débutera qu’à 4 ans chez Charles Gourdain sans laisser de souvenirs impérissables.
 
Highest Star sera le premier partant en plat pour l’Ecurie des Charmes après avoir été achetée à réclamer, le 19 août 2001, à Deauville pour l’équivalent de 38.000€. C’était une élève de Jean-Claude Rouget. En décembre suivant, sous la coupe de Jean Lesbordes, elle gagne sa course de haies à Pau, la toute première victoire (plat et obstacles confondus) pour Luciano et l’Ecurie des Charmes. Elle sera revendue par la suite et rejoindra le haras sans engendrer de phénomènes.
 
Le troisième achat provient également d’un réclamer, fin septembre à Auteuil. Crequoise, pouliche de Tony Clout, termine seconde et Jean Lesbordes l’obtient pour l’équivalent de 22.189 €. Le 18 novembre 2001, elle sera le premier partant en obstacles de Luciano en terminant 3ème du Prix Lycoming à Auteuil. Elle sera revendue également pour une carrière de piètre poulinière.
 
Carlos Lerner fut l'un des premiers entraineurs de l'Ecurie des Charmes puis de l'Ecurie des Monceaux
 
En 2002, Carlos Lerner achète deux yearlings mâles, Antananarivo (Anabaa) pour 77.000€  et One of The Best (Vettori) pour 72.000 €. Le premier va se distinguer à 2 ans mais décédera lors de l’hiver suivant, l’autre va gagner sa course de haies à Fontainebleau.
 
Le 21 septembre 2003, l’Ecurie des Charmes remporte sa première victoire en plat avec Shy Mail (qui deviendra l’une des premières poulinières des Monceaux), entraînée par Carlos Lerner. Au total, l’Ecurie des Charmes comptabilise 4 victoires en plat et 1 en obstacles. C’est en mai 2004, que l’Ecurie des Monceaux prendra le relais.
 
Notes :
- Deux gagnantes de Luciano Urano (Frenesia et Riquita, à l’entrainement chez Carlos Lerner) ont porté une casaque rose, épaulettes noires, toque à damier rose et noir.
- Sa fille Ottavia, qui a épousé Fabio Roffi, est également passionnée. Depuis 2008, ses pensionnaires portent la casaque rose, bande noire, toque à damier rose et noir.
Micheline Hervet, la compagne de Luciano, a également ses couleurs (rose, toque à damier rose et noir).
L’Ecurie des Monceaux a repris les couleurs de l’Ecurie des Charmes en mai 2004 (damier rose et noir, toque à damier rose et noir).
 
Les fruits de ses investissements
 
Un mois plus tôt (août 2003), Luciano Urano fait son marché sur les principaux rings de ventes du monde, Deauville, Keeneland, Tattersalls, Goffs, Baden-Baden. Il sort le carnet de chèque pour une quinzaine de yearlings, des achats signés Meridian, Mme Head (Quesnay), Carlos Lerner et Frédéric Sauque. Certains de ses achats deviendront la base de certaines des lignées maternelles des Monceaux :
 
- A Deauville, Elodie des Charmes (Diesis, 370.000 €, petite-fille de Luth de Saron), L’Enjoleuse (Montjeu, 85.000 €), Celinde (Anabaa, 200.000 € en provenance d’un autre tout jeune haras, La Perelle et sœur de Caesarion), Private Banking (Anabaa, 90.000 €), Rosewater (Winged Love, 26.000 € en provenance du Gestüt Karlshof et sœur de Norse Dancer), Woman Secret (Sadler’s Wells, 320.000 €), Jules Cesar (m.Sinndar, 100.000 €), Julliano (m. King’s Best, 225.000 €, décédé à l’aube de ses 2 ans), Pacha de Retz (petit-fils de Kingmambo, 115.000 €). 
- Chez Goffs, Noblesse de Charme (Fasliyev, 100.000 €), Parole de Star (petite-fille de Mr Prospector, 48.000 €).
- Chez Tattersalls, Naissance Royale (Giant’s Causeway, 310.000 Gns), Quinmaster (m. Linamix, 150.000 Gns).
- A Keeneland, Tulipe de Charme (Boundary, $120.000).
- A Baden-Baden, Royal Highness (par Montjeu, 130.000 €).
- A l’amiable, Senderlea (Giant’s Causeway, élevée par le Mézeray).
 
Sans une blessure au printemps de ses 3 ans, L'Enjoleuse aurait été une prétendante classique 
 
Aux ventes d’élevage 2003, achat de Tango Queen (7 ans), Peace Signal (7 ans), Siksikawa (4 ans), Pennyghael (3 ans), quatre des premières juments du haras (relatées plus haut).
 
Dès la première année, donc, deux des premiers achats vont briller au haut niveau. Royal Highness (en photo ci-dessous) et Naissance Royale débutent en France sous la coupe de Pascal Bary, pour la première, sous celle de Mme Ch. Head pour la seconde. Puis elles sont, toutes les deux, exportées chez Christophe Clément. Leurs performances respectives vont leur permettre d’être promises aux meilleurs étalons et ainsi d’attirer d’éventuels gros acheteurs de yearlings.
 
L’Enjoleuse (Montjeu) va s’imposer dans une « B » à Chantilly sous l’entraînement de Carlos Lerner et mettra au monde, Charm Spirit, un fils d’Invincible Spirit, qui, une fois vendu yearling (140.000 € en octobre), va remporter son Groupe 1. L’Enjoleuse est suitée d’un poulain par Myboycharlie.
 
Woman Secret (Sadler’s Wells), petite-fille de Miesque et sœur de Rumplestiltskin (la future mère de Tapestry), restera inédite. Au haras, elle donnera naissance à Wadjeka (Oasis Dream), son premier produit qui sera conservée et entraînée par Yves de Nicolay. Son 3ème produit, Wild Wind (Danehill Dancer), sera vendue 260.000 € à l’équipe de Coolmore qui va lui donner du caractère gras. Sa pouliche de 3 ans Wadjet, par Shamardal, a été rachetée yearling 210.000 €. Elle n’a pas débuté et a pris la direction du haras.
 
Private Banking (une pouliche du Haras des Sablonnets par Anabaa), fille d’Aka Lady donc sœur aînée de Dancing Lady, s’est imposée (chez Pascal Bary) à deux reprises lors de ses deux premières sorties (dont une « B » à Deauville). Elle est aussitôt vendue à l’amiable aux USA où elle s’est distinguée pour Arnold Zetcher. Elle est ensuite entrée au haras.
 
Senderlea (Giant’s Causeway et sœur de Quest For Honor) inédite, elle fera carrière au haras des Monceaux où elle donnera naissance à, entre autres, à une fille de Monsun, vendue 200.000 €, yearling.
Elodie des Charmes sera vendue en décembre 2011, pleine d’Elusive City, pour 21.000 €.
 
A l’été 2004, des achats qui donneront le premier black-type de son élevage
 
Les Monceaux enregistrent les arrivées de certains yearlings dont une fille de la première production d’un certain Galileo, Rose Melody (12ème foal d’Horphaly, mère également de Gold and Steel), payée 250.000 € à son éleveur, Gérard Rollain. A l’entraînement chez Carlos Lerner, elle va s’imposer à deux reprises à 2 et 3 ans (Clairefontaine et Chantilly) et prendre les accessits des Prix Casimir Delamarre et Charles Laffitte. Elle va ensuite faire parler d’elle en étant la mère du tout premier yearling, né et présenté par les Monceaux, à être vendu à Deauville (Lot N°4 des ventes d’août 2009). Ce Target Point, issu de l’étalon américain Smart Strike, sera payé 500.000 € par John Ferguson. L’année suivante, son frère (par Oasis Dream), Hard Dream, va «faire » le top-price des ventes d’octobre 2010 en étant adjugé 300.000 € à MAB Agency (pour le compte d’Anthony Forde, de Pandora Stud et un tiers gardé par Luciano). A l’entrainement chez François Rohaut, il va gagner le Prix Noailles avant d’être exporté à Hong-Kong. Hard Dream est donc le premier black-type vendu par l’élevage des Monceaux.
 
Target Point sur le ring Arqana le 14 août 2009
 
Summer Melody (War Chant), en provenance de Keeneland, fait partie également des yearlings achetés ($200.000). Seconde du Prix Yacowlef (de New Girlfriend) et du Critérium du Béquet (J.C. Rouget), elle rejoint très tôt le haras puisqu’elle sera saillie dès l’âge de 3 ans (2006) par Danehill Dancer. Après le rachat de son premier produit, Sardaigne, présentée par le Haras de la Reboursière, elle sera finalement vendue, pleine de Muhtathir, à Sylvain Vidal pour 90.000 € (décembre 2009).
 
Rose des Charmes (Cozzene) fait également partie du contingent de yearlings américains (payée $75.000). Inédite, elle donnera naissance en 2009 à une fille de Slickly, Reality (Prix de la Californie) qui à son tour intégrera très vite le haras (après s’être accidentée à Cagnes) où elle est mère d’un yearling par Sea The Stars (en association avec la famille Tsui et Didier Prod’homme, son ancien entraineur). Elle est actuellement suitée d’un mâle par Lawman. Quant à Rose des Charmes, elle est vendue en décembre 2011, pleine de Whipper.
 
Note :
A ces ventes d’août 2009 (date officielle de son entrée sur le marché des vendeurs de yearlings), il sera proposé aux éventuels acheteurs 12 yearlings. Parmi les 8 vendus, la future Wild Wind (fille de Woman Secret, vendue 260K€ à Coolmore, 3ème de Golden Lilac dans la Poule d’Essai des Pouliches, elle est la seconde black-type des Monceaux-vendeur), Elzebieta (fille de Monsun, 200K€) et le premier produit d’une certaine Tonnara (en association avec Lady O’Reilly), Merville, payée 160.000 € par Sylvain Vidal.
 
En décembre 2004, Patricia Boutin (Suprina) se fait adjugée pour 100.000 Guinées, Platonic (Zafonic), pleine de Dansili après avoir terminé sa carrière sur une victoire à La Gacilly (pour l’entraînement de Guy Henrot). L’association O’Reilly-Les Monceaux n’aura pas à le regretter. Le foal à naître s’appellera Prudenzia (en photo à droite avec Thierry Thulliez) qui deviendra un pilier de l’élevage des Monceaux après une victoire dans le Prix de la Seine (chez Pascal Bary). Avec Montjeu, Platonic donnera, trois ans plus tard, Pacifique. A l’entrainement chez Alain de Royer-Dupré, elle a gagné le Prix de Lutèce (Gr. 3) après avoir été devancée dans le Prix Minerve par Shareta. Elle a mis au monde cette année un premier produit, un mâle de Dubawi. Platonic est suitée, depuis le mois de février, d’une femelle par Frankel.
Quant à Prudenzia, elle a eu un premier produit par Montjeu, Chicquita (vendue 600.000€ yearling et revendue en décembre 2013 à Coolmore pour 6.000.000€ chez Goffs) puis un second produit, une pouliche de Galileo (Sinnamary, vendue 1,1M €) puis sa propre sœur (Truth, vendue 1M €) et son  yearling est un mâle (le premier) vendu dimanche dernier (1,1M €).
 
En août 2005, Ghislain Bozo (Méridian) remporte les enchères pour une fille de Zamindar (le père de Zenda, future mère de Kingman puis l’année suivante père de Zarkava) en provenance du Haras du Mézeray. Payée 70.000€, Coquerelle va donner aux couleurs roses et noires, sa première victoire de Groupe 1, le 20 mai 2007 dans le Prix Saint-Alary (à l’entraînement chez Jean-Claude Rouget et en photo à gauche) trois mois avant la victoire de Royal Highness dans les Beverly D. à Chicago.
Née en 2009, la première fille de Coquerelle, Carcassonne (Montjeu) sera conservée. Elle est poulinière sans avoir couru. La seconde fille, par Galileo, est vendue 200.000€ et la troisième, née en 2011 par Oasis Dream, n’a pas débuté. Coquerelle aurait, depuis, pris la direction du Japon.
 
 
 
 
 
Au cours des années 2006 et 2007, une quinzaine de yearlings intègrent le giron des Monceaux (huit en provenance de Keeneland pour $2,3 M.) dont Alsace (King’s Best, 115.000€), Dordogne (sœur de Spain, par Thunder Gulch, $350.000), Garden City (petite-fille de Green Desert, 70.000€), Lune Rose (en association, sœur de Célimène), Birmanie (Aldebaran, $350.000), Celestina Agostino (Street Cry, $200.000), Houblonnière (Seeking The Gold, $200.000), Manerbe (Unbridled’s Song) et surtout Quetsche. Une poulinière de 12 ans, pleine de Cape Cross, Khumba Mela rejoint la cour des Monceaux en provenance du Mézeray ainsi que May (Montjeu) en provenance de Keeneland, inédite âgée de 4 ans et pleine de Pivotal, payée $400.000.
 
Dordogne n’a pas couru et mettra au monde un fils de Galileo, Amiens, vendu 150.000€. Malheureusement, elle décédera peu de temps après la naissance de son seul foal.
 
Quetsche (Gone West) est la fille de Que Belle (Seattle Dancer), gagnante des Oaks allemandes devant la championne Borgia. Elle est achetée en septembre 2007 à Keeneland par Patricia Boutin (Suprina) en présence de Luciano Urano qui venait pour la première fois à ces ventes. Payée $450.000 à Spendthrift Farm, elle va remporter le Prix de Royaumont (devant une fille de Borgia arrivée 4ème) et le Prix Caravelle sous l’entrainement de Jean-Claude Rouget. Son second foal, (une pouliche d’Oasis Dream) est vendue 400.000 € et son yearling par Galileo était absent le mois dernièr.
 
Quetsche, gagnante sur cette image du Prix de Royaumont Gr. 3
 
Birmanie va faire parler d’elle en montant sur le podium des top-prices 2012 n’étant devancé que par deux autres élèves des Monceaux, Alpine Rose et Prudenzia. Birmanie est suitée d’un poulain par Galileo.
Deux produits de May (Montjeu) porteront les couleurs de Mme Micheline Hervet et son yearling 2012 (par Duke of Marmalade) sera vendu 145.000 € en octobre. Elle sera revendue en décembre 2012, pleine de Canford Cliffs, 20.000 €.
 
En décembre 2008, une pouliche de 3 ans, propre sœur de Fragrant Mix, est présentée par les Aga Khan Studs. Cette fille de Linamix, Alpine Rose, s’est classée 3ème du Prix Minerve pour l’entrainement de Jean-Claude Rouget. Suprina va signer le bon de 550.000€ pour l’association Monceaux (50%), Lady O’Reilly et Mme Paul de Moussac. Sous l’entraînement d’Alain de Royer-Dupré, elle va gagner son Gr. 1, le Prix Jean Romanet après son succès du Prix Corrida (Gr. 2) et sa place de première dauphine dans le Grand Prix de Saint-Cloud.
 
Alpine Rose était en chaleur lors de sa victoire dans le Gr. 1 Prix Jean Romanet
 
Au haras, ses deux premiers produits font l’actualité avec les 1,2M € pour son premier produit, un fils de Sea The Stars (adjugé à Mandore), et les 1M € pour son second, une fille de Galileo (pour Coolmore). Vide en 2013 de Galileo, elle est suitée d’une pouliche de Redoute’s Choice.
 
En décembre 2009, Sail (Sadler’s Wells) est achetée, pleine de Duke of Marmalade, pour 280.000 Guinées. Elle est la fille de Pieds de Plume, une jument que les Wertheimer avait vendu à l’amiable (semble t’il) à Coolmore à la fin de son année de 3 ans. Elle fait partie de la superbe famille Rothschild, tout d’abord et Wertheimer ensuite. Elle descend de Lady Berry et de Featherhill (sa grand-mère, achetée par St Léonard en octobre 1981).
 
En août 2010, Meridian International signe le bon à la tribune d’Arqana d’un montant de 150.000€ pour la fille de Sasuela, Samba Brazil. Elle va débuter dans le Sud-Ouest sous la responsabilité de Jean-Claude Rouget. Luciano Urano s’associe à l’éleveur de la pouliche, Mme Michaela Faust (Gestüt Karlshof). Gagnante à Lyon à 2 ans et à Pau (en février de ses 3 ans), elle va regagner sa terre natale sous les ordres d’Andreas Wohler.
 
Samba Brazil a d'abord débuté sa carrière sous les couleurs des Monceaux puis est retournée en Allemagne pour la casaque de ses éleveurs, gagnante de Gr. 3 et de Listed, sur cette image, à Baden le 2 septembre 2012 sous la selle de Mirco Demuro
 
En 2012, un des achats a justement un rapport avec Samba Brazil. Luciano Urano s’entichait de sa mère Sasuela (Dashing Blade) (outcross du sang de Northern Dancer) qui était aussi celle de Seismos (Dalakhani). Il va donc l’acquérir à l’amiable (en association avec le Haras de Saint-Pair) pleine de la dernière production de Monsun (décédé en septembre 2012). La pouliche à naître va donc faire le top-price de ces dernières ventes. Malheureusement, elle était vide ensuite de Dansili. Le prochain foal devrait être le résultat des amours avec Frankel.
Rappelons que Sasuela est la sœur des produits de Monsun, Schiaparelli, Samum, Salve Regina, Sahel (mère de Sortilège) et Sanwa, la mère de Sea The Moon (Sea The Stars), vainqueur du dernier Derby allemand ce qui fait de lui l’un des favoris du prochain Arc de Triomphe.
 
Les ventes de yearlings chez Arqana (vendeur ou consigner)
 
Les débuts officiels des Monceaux-vendeur à Deauville remontent aux ventes d’août 2009.
- Cette année-là, le haras présente 12 yearlings (dont certains comme consigner) et va en vendre 8 dont un fils de Rose Memory (500.000 €, le 7ème top-price de la vente). Les Monceaux terminent au 8ème rang des meilleurs vendeurs.
 
Août 2010, 17 présentés, 14 vendus dont la fille de Delicieuse Lady pour 400.000€. Les Monceaux terminent au 3ème rang des meilleurs vendeurs.
 
Août 2011, 18 présentés, 15 vendus dont Chicquita (600K€), Synchronic (fille de Platonic, 500K€) et King of England, fils de Galileo et Royal Highness (500K€). Ils ne seront devancés que par les 1,7M € de la pouliche de Galileo et Sanjida (de La Perelle). Le Haras des Monceaux termine au second rang des meilleurs vendeurs derrière le Haras d'Etreham (qui présente le double de yearlings)
 
Août 2012, le podium des top-prices revient à l’Ecurie des Monceaux : les 1,2M €(m. Sea The Stars et Alpine Rose) devant les 1,1 M € ((f. Galileo et Prudenzia) et les 650.000 € (m. Montjeu et Birmanie. Le haras des Monceaux termine au 1er rang des meilleurs vendeurs avec 24 yearlings vendus sur 27 présentés devant Etreham.
 
Août 2013, un « sans-faute » avec 24 vendus sur 24 présentés dont les seconds top-prices, la fille de Galileo et Prudenzia (1M€ par Coolmore, nommée depuis Truth) et celle de Galileo et Alpine Rose (1M€). La fille de Royal Highness, par Dubawi « fait » 500.000€ (adjugée à John Ferguson). Les Monceaux terminent au 1er rang.
 
Août 2014, trois des 4 premiers top-prices sont à mettre à l’actif des Monceaux (relatés plus haut). La fille de Sea The Stars et Vedela (achetée 115.000 € pour l’association O’Reilly-Urano) est partie pour 700.000 €. Les deux filles de Galileo par Royal Highness et Naissance Royale ont été adjugées respectivement à 620.000 € et 560.000 €. Les Monceaux terminent au 1er rang.
 
Bilan sur les 6 années de présence : 3 tête de liste, une seconde et une troisième place !
 
Vue sur la cour du Haras des Monceaux aux ventes Arqana
 
Le marché d’Octobre
Les ventes d’octobre débutent par deux «sans-faute », le premier en 2009, 5 yearlings présentés, 5 vendus, puis en 2010, 11 sur 11 avec le top-price à 300.000€ pour Hard Dream, le fils d’Oasis Dream et Rose Memory. Il est présenté en octobre du fait de sa naissance tardive, le 13 mai. Les Monceaux terminent au 1er rang des meilleurs vendeurs.
 
En 2011, 13 vendus sur 15 présentés, en 2012, 19 sur 20 (3ème vendeur). En 2013, 26 sur 28 avec le top-price à 320.000 € pour le fils de Mastercraftsman et Pertinence (acheté par Coolmore). Le haras des Monceaux termine au 1er rang.
 
Les ventes d’élevage dès l’année 2005
En décembre 2005, le Haras des Monceaux fait son entrée avec 3 ventes dont deux des yearlings achetés en 2003, Celinde (pleine de Dashing Blade, 60.000€) et Rosewater (sortant de l’entrainement, 50.000€).
Six ans après (2011), Le Haras des Monceaux (vendeur ou consigner) vend 21 sujets contre 17 en 2012 et 21 en 2013.
 
 
Buena fortuna, signore Luciano.
 
A découvrir :
 
Tableau historique des ventes de yearlings du Haras des Monceaux
 
Tableau des achats de yearlings du Haras des Monceaux
 
Tableau des achats de poulinières du Haras des Monceaux

On en parle dans l'article