Aujourd'hui : Deauville
Vente de Yearlings d'Août
Demain : Ascot
Ascot August Sale
Demain : Deauville
Vente de Yearling V2
Doncaster - du 27/08/2019 au 28/08/2019
Premier Yearling Sale
Doncaster - le 29/08/2019
Silver Yearling Sale
Baden-Baden - le 30/08/2019
Jährlings Auktion
La Teste - du 03/09/2019 au 04/09/2019
Vente de Yearlings

Balkan, Aragorn, Ubac...les anglos montent Ă  Auteuil

29/04/2018 - Infos générales
Ces derniers jours à Auteuil, les anglos ont réussi une poussée exceptionnelle sur la Butte Mortemart, y compris dans les deux plus gros handicaps de l'année. Car il le faut bien rappeler que Balkan du Pécos, AQPS, est issue d'une mère qui est bel et bien AA !


Balkan du Pécos sur le Rail-Ditch (Photos APRH)

 

Contrairement à une idée reçue, les AQPS ne proviennent pas uniquement des anciennes souches de Selle Français mais, au moins pour la moitié d'entre-eux, des anglo-arabes. En effet, une foule de sauteurs sont Autre Que Pur Sang car il ont dans leur dans leur origine un pourcentage, si faible soit-il (parfois moins de 1%) de sang arabe. Cela provient d'un croisement avec un jument ou un étalon anglo-arabe, notamment à l'époque où les Haras Nationaux entretenaient un grand nombre de ces reproducteurs AA un peu partout en France. Ensuite, recroisés avec des étalons PS, les chevaux ont quitté les rangs AA pour se retrouver tout naturellement chez les AQPS qui accueillent tous les "impurs". 

 


Patrick Davezac (à gauche), l'éleveur de Balkan du Pécos.

 

C'est exactement le cas de Balkan du Pecos, le lauréat du Prix du Président de la République (Gr.3) en 2018, le plus grand handicap de l'année en France sur le steeple-chase d'Auteuil. Il provient de la célèbre famille du Haras du Pécos de Patrick Davezac. Sa mère Fiesta du Pecos, par le PS Panoramic, était encore qualifiée AA, car portant 14,87% de sang arabe, mais son fils par un autre PS Balko est entré mécaniquement dans le giron AQPS. Il n'empêche que Balkan du Pécos reste fortement marqué de l'empreinte anglo, à 7,43%. C'est en quelque sorte un "émigré de 1e génération...".

 


Aragorn d'Alalia ne s'incline que d'un nez face à Farlow des Mottes dans la Grande Course de Haies de Printemps (Gr.3).

 

Entrainé par Jean-Marie Lapoujade, Balkan du Pécos porte la casaque de Jean-Marie Lapoujade, amateur de très longue date des anglos-arabes dont l'épouse Martine est d'ailleurs très impliquée dans le Syndicat AngloCourse. La même équipe a réussi un doublé historique seulement 6 jours plus tard en gagnant dans le foulée la Grande Course de Haies de Printemps (Gr.3), équivalent du Président sur les balais, avec Farlow des Mottes. Ce fils de Maresca Sorrento a battu de très haute lutte et par le plus court des nez un anglo-arabe "pur jus" à l'ancienne : Aragorn d'Alalia. Fils d'Iris de la Brunie avec une mère par Zeffir, Aragon d'Alalia porte 27,69% de sang arabe. Il est né en Corse, qui n'a pas d'élevage PS mais abrite depuis des lustres un piquet de juments AA saillies par des étalons qui étaient envoyés par les Haras Nationaux, dans le temps. Arrivé chez François Nicolle après un début de carrière en plat sur l'Ile de Beauté, le grand bai très élancé a gagné sa Listed à Auteuil le jour du Grand Steeple-Chase de Paris 2017 dans le Prix Wild Risk et porte haut les couleurs du Syndicat AngloCourse dans le temple de l'obstacle.

 


Ubac des Places remporte le Prix Maurice de Nexon.

 

En clôture de cette journée de luxe du samedi 28 avril à Auteuil, le vieux Ubac des Places, 10 ans, a décroché la victoire dans le Prix Maurice de Nexon en steeple, sous la casaque de Paul Couderc. Co-élevé par Marie-Pierre Lejeune et Thierry de Laurrière, son entraineur, cet AA à 14%, né avant la réforme du stud-book donc considéré AC par France Galop, venait de remporter le Grand Steeple-Chase de Toulouse à grosse cote. C'est le frère des très bons Quick Lauteix et Reine Lauteix par Kutub, un étalon pourtant décevant.

Osez l'anglo, osez Auteuil...La nouvelle devise du Syndicat AngloCourse n'est pas galvaudée car elle se confirme par les faits et des résutats concrets.
 


On en parle dans l'article