A Cheval sur l'Histoire : on a retrouvé le vrai Monsieur X !

25/03/2020 - Découvertes
Dans le 3e épisode de notre rediffusion de la série A Cheval sur l'Histoire, vous allez découvrir qui était vraiment Monsieur X. Portant un nom très atypique qui fait penser selon sa culture à la plus célèbre des courses truquées, à une émission de radio ou à la dernière pièce avec Pierre Richard, Monsieur X fut en réalité...un étalon des Haras Nationaux à la personnalité et à la descendance totalement incrontrolable !

 

Quel drôle de nom pour une course: le Prix Monsieur X. Rend-on hommage au génial et mystérieux animateur de l'émission de France Inter qui a dévoilé pendant plus de 20 ans les dessous obscurs des affaires étouffées de l'Etat Français. Non. Y a -t-il un rapport avec la dernière pièce de théâtre avec Pierre Richard. Non plus. Est-ce un souvenir ému de goût douteux de l'incroyable Patrice Des Moutis, dit Monsieur X, resté tristement célèbre dans le monde des courses pour l'énorme trucage en 1973 du tiercé Prix Bride Abattue ? Encore moins...

 

 

Le fameux Monsieur X a un cross à son nom, sur l'hippodrome du Lion d'Angers tout près tout prèe de l'endroit où il mena sa carrière d'étalon. C'était un cheval tout à fait fantasque mais qui a marqué son époque en Anjou dans les années 70 et 80. Il aura  laissé des marques extrêmes. Avec lui, c’était soit formidable, pour les détenteurs des mâles comme Or Noir AC, le champion AQPS de Bernard le Gentil, soit terrible pour les héritiers des femelles. Celles-ci étaient folles à lier, dites "raides cinglées", pour rester poli...

 

Le fougueux champion d'Auteuil Or Noir AC, fils de Monsieur X



Tout debout depuis le fond de la cour

L'animal en lui-même n'était pas un cadeau, semblant avoir tout à fait compris l'envergure de son patronyme. Petit cheval épais, assez doué pour remporter le Prix du Lys en 1965 et se classer 4e du Grand Prix de Saint-Cloud, Monsieur X a été acheté par les Haras Nationaux et placé à la station ouverte alors à Châteauneuf/Sarthe, dans le Maine-et-Loire. Inoubliable pour les clients de l'époque. Il arrivait tout debout depuis le fond de la cour pour la saillie. Gare aux passants inattentifs.

 

 


Voilà qui était Monsieur X, en 1966



Souvenez-vous : Mannix

Cela ne l'a pas empêché de fort bien reproduire. Outre Or Noir AC, son chef d'oeuvre, il a donné moult vedettes dans l'ouest, de Timix, premier bon cheval de Guy Denuault, à Mannix, vainqueur de 19 courses pour Georges Bonsergent dont le dernier à 14 ans à Aubigny/Nère, en passant par Nadir de Frosse chez Raymond Godard, Miss Betty chez Jacky Chapdelaine, Nina des Brosses chez Gérard Margogne, L'X d'Angenais, superstar d'Hubert Bourgeais, ou encore Nuit d'Anjou, chérie de Jean-Marie Bidon pour qui elle a gagné 12 courses, les 2 dernières à 11 ans à Mauron et Bagnoles-de-l'Orne. Il a même fait des gagnants à Auteuil, Otway et Ocana IV, chose incroyable pour les campagnes de l'époque où les téléviseurs en noir et blanc trônaient souvent encore.

 

Monsieur X présenté en tant qu'étalon au Haras du Lion d'Angers, par un agent des Haras Nationaux très méfiant, puisque tenant le fougueux animal en respect avec sa cravache.
(Photo Y Lafosse David - Fond photographique HN)



Quelle période ! Les bons chevaux d'obstacle couraient en cross. Ils découvraient la discipline de l’obstacle...au saut de la 1e haie, commençaient à finir les tours à leur 4e course, à gagner à la 10e, et faisant sans frémir des carrières de 70 à 80 sorties, juste entrecoupées de longs mois passés dans les prés avec des bananes à la place des tendons.

 

Gildas Vaillant et Marc Aschero (casquette et cheveux gris), éleveurs des "Anjou"

 

Attention femelles dangereuses !

Le petit problème, c'est que les éleveurs rechignaient sérieusement à garder des filles de Monsieur X, qui étaient des psychopathes à mamelles. De fait, son nom a disparu des tablettes. Il est redevenu l'inconnu, le Monsieur X des souvenirs. Ou presque. En effet, quelques juments ont été conservées, dont une certaine Miss Hop Lala. Mauvaise en course, cette dernière est quand même devenue poulinière, ainsi que plus tard sa fille Sexy Volvone (tout un programme). Et finalement, cette Sexy Volvone, pour les associés Marc Aschero et Gildas Vaillant (l'éleveur de Princesse d'Anjou) a produit 2 très bons chevaux : tout d'abord, Gourmet du Cabre et Marie d'Anjou, puis un certain Orgueuil d'Anjou...Et c'est lui qui sans le savoir, a rendu cet hommage surprenant, 29 ans après sa mort, à son illuminé et mystérieux arrière grand-père quand il a remporté le Prix Monsieur X pour Etienne Leenders en 2009.