Fragrant Mix, Honolulu et Crossharbour à Corlay en 2013

28/11/2012 - Mercato des étalons
Pour sa 2e année d'exercice de façon autonome sous la direction d'un nouveau collectif d'éleveurs bretons qui a repris l'activité d'étalonnage derrière les Haras Nationaux, le Haras de Corlay change intégralement son parc de reproducteurs.

Crée en urgence pour assurer la saison de monte 2012 à la cessation de l'activité d'étalonnage des Haras Nationaux à la station de Corlay dans les Côtes d'Armor, le collectif animé par une quinzaine d'éleveurs locaux dont le nouveau membre du conseil d'administration de l'Assocation Nationale des AQPS, Guillaume Thomas, gendre de Michel de Gigou qui travaille à Equideos à Loudéac, a passé cap de la 1e saison. Le Haras de Corlay dont l'étalonnier Marc Jacob est resté en place avait débuté avec 4 étalons loués dans le privé (Grand Couturier, Lord du Sud, Milanais et Réfutation). Pour 2013, le parc a été intégralement renouvellé en puisant cette fois dans la source des 22 étalons dont dispose France Haras.


" La volonté de travailler avec France Haras"

 

" C'est une volonté très claire de travailler en partenariat avec France Haras qui a eu bonne ressource d'étalons " explique Eric Bouétté, le nouveau président de l'Association. Cela tranche totalement avec la politique de son prédécesseur Jean-Claude Ollivier, le premier président qui est resté un an en poste et qui souhaitait travailler avec des chevaux privés. " Mais bien entendu, nous ne fermons pour autant la porte aux étalons privés " précise Eric Bouétté. " Nous avons chez nous une jumenterie assez massive et des produits plutôt tardifs. C'est pourquoi nous avons cherché des chevaux capables d'équilibrer les modèles. Par exemple, nous avons été intéressés par Khalkevi, qui est un petit cheval. Nous avons un potentiel de 100 à 120 juments sur un secteur proche. Pour travailler en confiance avec France Haras, qui a accepté de baisser le prix de Fragrant Mix, nous devons remplir des objectifs qui sont raisonnables. " Ainsi, Fragrant Mix doit saillir 35 juments, les 2 autres doivent passer le cap des 15 prétendantes. Vu les profils des chevaux et les tarifs demandés, cela ne devrait pas être un problème.

A la recherche d'un étalon confirmé, le collectif a jeté son dévolu sur Fragrant Mix, qui sera accompagné de 2 chevaux plus jeunes : Crossharbour et Honolulu.

FRAGRANT MIX :

Très confirmé fils de Linamix, ce gagnant du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr.1) né d'une grande souche Lagardère a fait ses preuves en obstacle et parmi les AQPS. Il faut noter qu'il a toujours mieux réussi, ce qui est d'ailleurs très logique, avec la jumenterie plus "carossière" du Centre que celle plus légère de Normandie ou de l'Ouest. Après une saison à Châteaubriant, il retrouve donc une place plus adaptée en Bretagne, dont la jumenterie AQPS est en général assez massive. Lui apporte le punch de Linamix.

 

Fragrant Mix



CROSSHARBOUR :

Doté d'un fort modèle (1,68 m), ce fils de Zamindar entame sa 4e saison. Il traverse la France après avoir débuté dans la Nièvre et réalisé sa 3e saison en 2012 dans l'Allier. Ce n'est autre que le frère du champion Rail Link, vainqueur de l'Arc de Triomphe. Lui-même fut un excellent compétiteur, triple gagnant de groupe. Vainqueur à 2 ans malgré son grand modèle, Crossharbour a remporté La Coupe (Gr.3) sur 2000 m devant Spirit One et le Prix du Conseil de Paris (Gr.2) du 2400 m à 3 ans. Puis il est revenu sur 2000 m pour enlever un nouveau Gr.2 à 4 ans, le Prix Gontaut-Biron. Bref, un cheval polyvalent.

 

Crossharbour



HONOLULU :


Voilà un cas très intéressant car pour l'instant pas jugé à sa juste valeur. Il est né de 2 gagnants de Gr.1, fils de Montjeu et Cerulean Sky, lauréate du Prix Saint-Alary et issue de la grande souche maternelle d'Arctic Melody chez RC Strauss, qui a donné le bon étalon d'obstacle Antarctique. Gagnant de Listed sur 2200 m à 3 ans, Honolulu a gagné la course plate la plus longue d'Angleterre (4300 m) à Royal Ascot, puis remporté la convoitée Doncaster Cup (Gr.2) sur 3600 m. Il produit des poulains racés et droits. Après des débuts au Lion d'Angers, puis un déplacement à Châteaubriand et une saison à Cercy-la-Tour, il arrive en Bretagne tandis qu'il aura sa 1e génération de 3 ans en 2013.

 

Honolulu


On en parle dans l'article

Voir aussi...