Première en steeple de Nambiti et Ironique: Royan et Maisons-Laffitte dans la même foulée

12/10/2021 - Actualités
Disputé en aval du Grand Cross, le Prix Pierre Le Ponner a été le théâtre d'une arrivée pour le moins extrêmement serrée, à tel point qu'il a été impossible pour les commissaires du Pin-au-Haras, malgré l'utlisation de la photo numérique, de départager qui de Nambiti ou d'Ironique est parevnu à s'imposer, ces pensionnaires d'Isabelle Pacault et Hector de Lageneste & Guillaume Macaire faisant donc afficher "dead-heat" à l'arrivée.  

 

Quand on annonce "photographie" pour les première et deuxième place d'une épreuve, qu'elle soit de trot, de plat ou d'obstacle, les minutes s'égrenant jusqu'au verdict final paraissent interminables. Non seulement pour les entourages respectifs des chevaux concernés. Mais également pour les commentateurs sur place qui, après avoir analysé la course dans ses moindres détails, philosophé certes pas avec la même sagesse qu'un Arsitote ou un Socrate, et épuisé tout leur stock d'anecdotes et blagues en tout genre - drôles, cela va de soi ! -, ne peuvent que très difficilement continuer à "meubler" si le résultat définitif n'arrive pas encore à être établi.  

 

Qui donc est parvenu à s'imposer dans le Prix Pierre Le Ponner hier au Pin-au-Haras: Nambiti ou Ironique ? Ironique ou Nambiti ? Les deux, mon capitaine !

Une expérience vécue pas plus tard que ce dimanche 10 octobre sur l'hippodrome du Pin-au-Haras avec Jean-Baptiste André, la "voix" du champ de courses de la Bergerie, avec qui nous avons longuement patienté pour connaître l'arrivée finale du Prix Pierre Le Ponner. Un steeple-chase pour pouliches et poulains de 3 ans qui a finalement été remporté non pas par un, mais deux concurrents, Nambiti et Ironique, qui n'ont pu être départagés par les commissaires après lecture (très) approfondie de la photographie numérique.

 

Voici une copie de la "photo finish" du Prix Pierre Le Ponner édition 2021: bien malin qui pourra dire qui de Nambiti ou d'Ironique est parvenu à passer le premier le poteau d'arrivée

 

Déjà pendant le parcours, ces protégés respectifs d'Isabelle Pacault et Hector de Lageneste & Guillaume Macaire, montés par Baptiste Même et Adrien Fouchet, ont pratiquement toujours été vus ensemble, le premier cité galopant en avant-dernière position du peloton, juste dans le dos du second. Ces deux concurrents ont ensuite privilégié l'option de la corde sitôt le dernier obstacle franchi pour prendre le meilleur sur Easter Sunday (Sunday Break), animateur de la première heure, ralliant ainsi le poteau d'arrivée dans la même foulée. 

 

Arrivée définitive du Prix Pierre Le Ponner hier au Pin-au-Haras: premiers, Ironique et Nambiti, troisième, Easter Sunday

 

Restant comme le tout premier gagnant de son père, Elliptique, et appartenant comme ce dernier à Édouard de Rothschild, Ironique est né et a grandi dans les prés nivernais d'Andrée et Jacques Cyprès, étant le cinquième produit de l'AQPS Teskaline, une cousine du bon Flying Startandco (Finot des Poulains, L. et Prix Dominique Sartini, L.) ayant pour frère le non moins doué Vieux Morvan (Prix Général Donnio, L. et Prix Wild Risk, L.) et pour oncle le septuple lauréate en obstacle Vaniteux (Lightning Novices' Chase, Gr.2). Élevé quant à lui dans la Manche, par Guy Chérel et son entraîneur-propriétaire, Isabelle Pacault, Nambiti résulte de l'union entre Walk In The Park et Cheyrac, gagnante en plat d'un Prix Isola Bella (L.) à Saint-Cloud et propre soeur de deux chevaux d'obstacle ayant performé à Auteuil: Marminhac (3e Prix André Michel, Gr.3) et Marcilhac (2e Prix James Hennessy, L. et 3e Prix Duc d'Anjou, Gr.3).

Après plusieurs bonnes sorties en haies, en province, Nambiti et Ironique parviennent donc à briser leur statut de maiden sur les gros obstacles, qui plus est dans la même épreuve, faisant donc afficher "dead-heat" - ou ex-aequo, pour les latins purs et durs que nous sommes - à l'arrivée. Pour le plus grand bonheur du public et des parieurs présents sur l'hippodrome du Pin-au-Haras ce dimanche. Et surtout de leurs entourages.

 

 LE RÉSUMÉ EN IMAGES DE CE PRIX PIERRE LE PONNER DU PIN-AU-HARAS, GRÂCE À DAVID LE GUÉVEL

 

 Bienvenue à l'hippodrome du Pin-au-Haras

 

 Il y avait du monde ce dimanche 10 octobre 2021 dans les tribunes du champ de courses de la Bergerie

 

 

 Une belle journée de courses marquée également par le défilé de quelques "voitures" de collection, comme à la belle époque

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...

La 13e étape du TNC - Haras du Lion pour Twirling : aligner les "bâtons", il sait faire l'ami Serge Hamon

Vainqueur de ce Grand Cross du Pin-au-Haras en 2019, Twirling a encore réalisé un sacré numéro pour s'imposer de nouveau dans cette 13e étape du Trophée National du Cross - Haras du Lion, ce fils de Della Francesca mettant à l'honneur ses éleveurs, propriétaire et entraîneur, Chantal & Serge Hamon, qui remportent donc cette épreuve pour la troisième fois après le succès d'Ebel du Lion en 2001... qu'il avait lui-même monté !

Ile O Vent, le premier groupe du "cheval d'Arc" Karaktar... célébré le jour de l'épreuve, à ParisLongchamp !

Disputé hier à Moulins, le Prix Yves d'Armaillé (Gr.3 AQPS) a vu le couronnement d'Ile O Vent, une pensionnaire d'Emmanuel Clayeux dont la victoire a été célébrée par ses éleveurs-propriétaires, Guillaume de Saint-Seine, Andrée et Jacques Cyprès sur l'hippodrome de ParisLongchamp, le jour de l'Arc de Triomphe, auquel aurait dû prendre part le père de la pouliche, Karaktar, en 2015. Tout un symbole !

Roman en série de Guillaume Macaire : chapitres 30 et 31

Après une pause au mois d'août, nous reprenons le récit du crack entraineur avec la mort qui rôde...  L'infortuné Juan Bautista, jeune jockey espagnol en plein devenir en France, se retrouve enfermé au fond d'une cave par sa compagne un peu trop jalouse et vengeresse. Va-t-il pouvoir se sortir de cette sale histoire en échappant à cette diablesse de Bérengère ? Guillaume Macaire vous réserve de nouvelles surprises dans les deux paragraphes suivants.

Rentrée d'Auteuil : Au bon souvenir de Westonne et Queen des Places

Westonne et Queen des Places étaient des adversaires en course. L'une est devenue une matronne exceptionnelle pour Marie-Christine et Benoit Gabeur, tandis que l'autre restera la toute première championne de François Nicolle, bien avant qu'il ne s'installe en tant que leader de l'obstacle. Hier pour la rentrée d'Auteuil, leurs rejetons Want Of A Nail et Ironman des Places nous ont rappelé ces 2 grandes juments, qui luttaient aussi avec Santa Bamba, la mère de De Bon Coeur !