Luxembourg, un digne héritier de la tradition Coolmore

24/10/2021 - Actualités
Il y avait Luxembourg et les autres dans le Futurity Trophy hier à Doncaster. 10 ans après son père Camelot, le poulain d'Aidan O'Brien a écrasé l'opposition et s'annonce comme le grand espoir classique de Georg Von Opel et la team Coolmore, qui vient d'acheter son frère 1,2M de Gns... alors qu'il est né et élevé chez les "lads" pour Benjamin Sangster, le fils de l'un des fondateurs de Coolmore Robert Sangster. 

 

Luxembourg, un digne héritier de Coolmore et Camelot 

 

Robert Sangster, l'un des plus grands propriétaires de chevaux de courses de tous les temps, est aussi un personnage qui a transformé l'élevage mondial. Celui qui a gagné plus de 100 Gr.1, dont 3 Arc de Triomphe (Alleged x2 et Detroit) et 2 Derby d'Epsom (The Minstrel et Golden Fleece), a fait la rencontre dans les années 70 d'un jeune éleveur irlandais, John Magnier, et de Vincent O'Brien, célèbre entraîneur. Ensemble, ils achetaient des yearlings aux Etats-Unis pour les exploiter en Europe et ensuite les faire rentrer étalons en Irlande. Coolmore était né, et est devenu depuis un empire mondial, notamment grâce à Sadler's Wells... un élève et représentant de Robert Sangster, qui a aussi investi dans les terres à travers le monde, de l'Angleterre à l'Australie en passant par la France. 

 

John Magnier (à gauche) et Robert Sangster à Tattersalls en 1988 (photo M.Cranham)

 

Bien des années plus tard, les relations entre la famille Magnier et la famille Sangster sont toujours au beau fixe, et l'entraîneur n'est plus Vincent, mais Aidan O'Brien, qui n'a d'ailleurs aucun lien de parenté avec le premier cité. La donne n'a pas changé, puisque le rêve est toujours de produire un cheval de Derby. Malgré une année mitigée avec ses 2 ans, Aidan O'Brien profite du dernier Gr.1 anglais pour les 2 ans, le Futurity Trophy (ancien Racing Post Trophy) pour sortir le favori du plus grand classique européen : Luxembourg. Invaincu en 3 sorties suite à sa démonstration dans la course de Doncaster, le poulain porte les couleurs de Georg Von Opel (Westerberg), qui fait partie des nouveaux associés de Coolmore (cf Tenebrism, la gagnante des Cheveley Park Stakes Gr.1). 

 

Luxembourg et les "lads" après son envolée à Doncaster 

 

Luxembourg fait partie des yearlings les moins chers achetés par M.V Magnier en 2020, à 150 000 Gns à Tattersalls au Book 1. C'était en quelque sorte un retour à l'envoyeur, puisque le poulain a été élevé à Coolmore, pour le compte de Benjamin Sangster, l'un des fils du fameux Robert. Les "lads" ont donc vu grandir ce joli spécimen, fils de Camelot descendant de la grande souche Wildenstein d' Arcangues et Aquarelliste. Le croisement entre Camelot et ces familles semble leur plaire tout particulièrement, puisqu'ils viennent d'acheter le top-price de la vente d'octobre qui est un fils du même étalon et de Board Meeting, une soeur de Bright Sky. Ce n'est pas la même souche, mais on reste dans le thème ! Luxembourg a d'ailleurs gagné la course 10 ans après son père, qui est le dernier à avoir réalisé le doublé avec le Derby d'Epsom l'année suivante. Avant cela, Motivator, Authorized et High Chaparral avaient aussi gagné à Doncaster avant de poursuivre dans le Derby. 

 

 

Poulain encore très immature physiquement, Luxembourg est donc annoncé comme un phénomène par son entourage, qui doit sacrément y croire puisqu'ils ont acheté son propre frère pour 1,2 M € à la Orby Sale il y a quelques semaines. Benjamin Sangster a donc continué de croire en Camelot. Avec ce 9e gagnant de Gr.1, il devient le meilleur fils de Montjeu au Haras, ce qui semblait déjà lui tendre les bras. Etalon ultra-classique, qui connaît également une immense réussite en Australie, Camelot a aussi été utilisé par les éleveurs d'obstacle. C'est un destin bien particulier pour ce champion exceptionnel qui avait failli gagner la Triple Couronne Anglaise, mais était tombé sur l'énigmatique Encke dans le St Leger. Rentré en grande pompe à Coolmore, ce cheval au physique de déménageur s'est rapidement imposé comme une référence européenne bien qu'il ne produise pas précoce. Après avoir débuté à 25 000 €, il trône aujourd'hui à 60 000 € la saillie, et porte fièrement le flambeau du classicisme !

 

Camelot devient grâce à Luxembourg le meilleur fils de Montjeu au Haras ! 

 Il lui manque toutefois un cheval de Derby Anglais, et Luxembourg semble être l'élu. Comme son père, il devrait faire sa rentrée directement dans les Guinées. Notons que la souche a été exploitée en France, notamment par Guy Pariente, qui avait une soeur de la mère de Luxembourg nommée Norwegian Princess. Petit fils de Montjeu avec une mère par Danehill Dancer, Luxembourg représente quant à lui tout le chemin parcouru par Robert Sangster et ses associés, transmis aux enfants qui poursuivent l'oeuvre d'un géant mondial... Le monde a bien changé, mais pas les objectifs : gagner le Derby. 


Voir aussi...

Vente de l'Arc 2021 : Blandford Bloodstock jette son dévolu sur Penja pour 1.200.000 euros

Organisée ce samedi soir à Saint-Cloud, comme de coutume par l'agence de ventes ARQANA, la vente de l'Arc a permis à 19 chevaux sur les 34 à être passés sur le ring de trouver preneurs. Parmi eux, la belle et bonne Penja, gagnante du Prix de Psyché (Gr.3) cet été à Deauville a été achetée 1.200.000€ par Stuart Boman (Blandford Bloodstock) pour le compte de l'un de ses clients allemands, Jürgen Sartori. 

Les Yorkshire Oaks pour Snowfall : risque de tempête de neige cet automne à ParisLongchamp !

Désinvolte lauréate de chacune de ses trois sorties avant ce jeudi cette année, notamment dans les Oaks d'Epsom (Gr.1) ainsi que dans les Irish Oaks (Gr.1), Snowfall a réalisé l'exploit de remporter dans la foulée les Yorkshire Oaks (Gr.1) à York, la représentante Coolmore, issue du croisement entre Deep Impact et d'une mère par Galileo, posant ainsi ses jalons en vue du prochain Prix de l'Arc de Triomphe (Gr.1), à ParisLongchamp.