L'éclectique Busselton remporte le Kerry National en Irlande

22/09/2022 - Actualités
Avec ses 200.000 € d’allocations, le Guinness Kerry National Handicap Chase est la course la mieux dotée sur l’hippodrome de Listowel en Irlande. Cette année, c’est le français Busselton qui a gagné le gros lot dès sa première tentative sur 4.800 m, alors que rien dans son pedigree ne le prédisposait à tenir … et encore moins à sauter !

Busselton remporte aisément le Kerry National à Listowel, sous la selle d'un JJ Slevin fou de joie !

Âgé de 5 ans, Busselton (Mastercraftsman) s’est imposé brillamment de bout en bout hier face à ses aînés dans le Kerry National, faisant preuve d’une dureté incroyable sous la selle de James Joseph Slevin. Menacé par Hewick (Virtual) sur le dernier obstacle, le représentant de Michael Hilary Burke a profité de la chute de son rival pour filer au poteau en solitaire, laissant à presque trois longueurs le "Mullins" Recite a Prayer (Recital). C’est un autre français qui a complété le podium de cette course très prisée, le valeureux Darasso (König Turf), entraîné comme le vainqueur par Joseph O’Brien. Busselton est le premier 5 ans à inscrire son nom au palmarès du Kerry National depuis la victoire de South Lander en 1969, un sacré exploit !
 
 
Drôle de destin que celui de Busselton, qui était clairement destiné à une carrière de plat. Cet élève d’Aleyrion Bloodstock avait d’ailleurs été inscrit en 2019 à la breeze up de La Teste par Louis Baudron, qui l’avait finalement retiré de la vente. C’est sous l’entraînement de ce dernier que Busselton a débuté en fin d’année de 2 ans dans un maiden à Angers, terminant sixième. Transféré ensuite dans les boxes de David Cottin, le cheval n’a pas manqué ses débuts en obstacle en triomphant nettement dans le Prix Wild Monarch (L.), sous la selle d’Alexis Poirier.
 
Busselton lors de sa victoire à Auteuil dans le Prix Wild Monarch (L.), sous les couleurs de Herald Bloodstock © APRH
 
Exporté en Irlande après ce succès de prestige, Busselton a confirmé sa qualité en terminant deuxième du Knight Frank Juvenile Hurdle (Gr.2) dès sa première sortie pour son nouvel entourage, puis troisième du Spring Juvenile Hurdle (Gr.1). Il a été de tous les combats à 4 ans, une année ponctuée par trois victoires sur les fences irlandais. Deuxième du Turners Novices’ Chase (Gr.1) derrière l’intouchable Bob Olinger (Sholokhov), lors du dernier festival de Cheltenham, Busselton a même gagné en plat cet été à Roscommon, avant de décrocher sa deuxième victoire de l’année dans le Kerry National. En 17 sorties sur les obstacles, il n’est sorti qu’une seule fois des quatre premiers !
 
Mastercraftsman, un étalon bien plus réputé en plat qu’en obstacle
 
Busselton est un fils du regretté Mastercraftsman (Danehill Dancer), qui a gagné quatre Grs.1 sur 1.200 m, 1.400 m et 1.600 m de 2 ans à 3 ans avant de devenir un étalon remarquable à Coolmore, père de 60 gagnants de Groupe en plat. Sa mère, Blessed Luck (Rock of Gibraltar), a elle aussi fait preuve de précocité et de vitesse en s’imposant à 2 ans dans le Premio Dormello (Gr.3), sur le mile de San Siro. Outre Busselton, elle a donné trois autres gagnants dont Lucky Doe (Dawn Approach), qui a pris de nombreuses places en plat chez Pascal Bary avant d’être envoyée chez Marcel Rolland, qui a réussi à la faire gagner dès ses débuts en haies à Fontainebleau… Une performance qu’elle n’a pas confirmée. Blessed Luck est une sœur de Sunday’s Brunch (Indian Lodge), vainqueur à 2 ans du Premio Guido Berardelli (Gr.3). La quatrième mère de Busselton n’est autre que la championne Ma Biche (Key to the Kingdom), gagnante des Cheveley Park Stakes (Gr.1) et du Prix Robert Papin (Gr.1, à l’époque) à 2 ans, mais aussi des 1.000 Guinées et du Prix de la Forêt (Grs.1) à 3 ans… Les mystères insondables de la génétique !
 
Lucky Doe lors de sa victoire sur les haies bellifontaines, qu’elle n’a pas confirmée … contrairement à son frère ! © APRH

Voir aussi...

The Grey Gatsby sur la montante : un digne fils de Mastercrafstman

Parmi les jeunes étalons français, The Grey Gatsby fait figure de valeur montante, avec une production qui a brillé à 2 ans et qui semble devoir faire encore mieux cette année. On reconnaît là la marque de son père Mastercrafstman, disparu à seulement 15 ans l'an dernier. Même s'il a parfois évolué dans l'ombre des grandes stars de Coolmore, ce gris était un génie, et ses fils se font de plus en plus présents au Haras... notamment en France !