L'histoire de DNA Pedigree: Shergar, moins chanceux que Fanfreluche !

30/01/2020 - Grand Destin
Une nouvelle semaine, une nouvelle histoire ! Cette semaine, Thierry Grandsir (DNA Pedigree) vous fait partager celle de Shergar, l'un des phénomènes de la casaque de Son Altesse l'Aga Khan qui avait pulvérisé l'opposition en remportant le Derby d'Epsom de dix longueurs ! Une histoire des plus passionnantes, à découvrir immédiatement !

SHERGAR (1978-1983), par Great Nephew et Sharmeen (Val de Loir)

A l’aube du printemps de l’année 1980, l’entraîneur Sir Michael Stoute supervise le travail de la deuxième génération de deux ans qu’il a reçu de S.A. l’Aga Khan. De retour dans sa cour à Newmarket, un jeune homme s’avance vers lui à peine descendu de cheval et lui lance, visiblement secoué par une intense émotion : « Celui-là, c’est celui que vous attendiez ! ». Le poulain s’appelle Shergar, et lui donnera raison…

Splendide poulain bai orné de quatre balzanes, une liste en tête et un œil cerclé de blanc, Shergar était par le miler Great Nephew comme le Champion Grundy, dominateur dans le Derby (Gr.1) cinq ans plus tôt, et la jeune poulinière Sharmeen, une fille de Val de Loir descendant en droite ligne de la flying filly Mumtaz Mahal. Il confirma ses travaux du matin en s’imposant pour ses débuts en septembre de ses deux ans avant de se placer deuxième des William Hill Futurity St. (Gr.1) à Doncaster.

Mais c’est au printemps suivant que Shergar dévoila toute l’étendue de son talent, sous la selle d’un jockey de 19 ans, Walter Swinburn : 10 longueurs dans le Classic Trial (Gr.3), 12 dans le Chester Vase (Gr.3) et 10 dans le Derby (Gr.1), la marge la plus importante jamais enregistrée dans l’Histoire de la course. A la radio, Peter Bromley déclara : « Il n’y a qu’un cheval, et pour voir les autres il me faudrait un téléscope ! ».

SHERGAR, vainqueur du Derby par dix franches longueurs…

Douze jours plus tard, Shergar désarçonna son jockey d’entraînement et traversa une haie pour trotter jusqu’au village voisin. Un passant le suivit et le ramena sain et sauf à Newmarket, et Shergar put ainsi reprendre sa série victorieuse en triomphant avec désinvolture dans l’Irish Derby (Gr.1) et les King George VI & Queen Elizabeth St. (Gr.1) avant un échec inexplicable dans le St Leger, d’où son absence au départ de l’Arc.
 
Une parade triomphale dans la rue principale de Newbridge (Kildare) scella son retour dans son Irlande natale,et Shergar entra au haras. Sa première saison de monte, en 1982 à Ballymany Stud, lui permit de concevoir trente-six foals dont le vainqueur de l’Irish St Leger (Gr.1) Authaal, conçus au tarif astronomique pour l’époque de £80,000.
 
Malheureusement, il n’y en eut pas d’autres. Le 8 février 1983, des hommes masqués et armés se saisirent de son groom et lui intimèrent l’ordre d’embarquer Shergar dans un van. L’IRA (Irish Republican Army) fut soupçonnée, et l’étalon fit l’objet d’une demande de rançon. Mais les négociations s’avérèrent stériles, car il avait trente-cinq propriétaires depuis sa syndication…
 
Dans l’entrefait, Shergar était devenu incontrôlable durant sa détention et se blessa gravement à une jambe. Le vétérinaire canin qui avait été enrôlé pour l’occasion refusa de le soigner (son épouse avait menacé de le quitter s’il participait à l’enlèvement !), et il n’y eut d’autre issue que d’abréger les souffrances du cheval. Shergar ne fut jamais retrouvé, d’où le refus des compagnies d’assurance d’indemniser ses propriétaires !

 

Tragédie d’un autre temps ? Malheureusement pas. En décembre 2019, un commando prit d’assaut un haras au Pérou pour s’emparer de quatre étalons. Leur objectif, vendre du steak d’étalons… Début 2020, six étalons furent enlevés dans un des plus grands haras lybiens, Al Shaal Stud…
 
Le vol de chevaux est une tradition ancestrale, amplifiée en périodes de guerre. La Championne Corrida en fut l’une des victimes les plus célèbres : enlevée à Fresnay-le-Buffard au lendemain du débarquement des alliés, elle disparut elle aussi sans laisser la moindre trace.
 
Heureusement, le dénouement du scénario n’est pas toujours aussi tragique. On se souviendra de Asteroid, un fils de Lexington invaincu en 12 sorties aux USA, enlevé par des confédérés en 1864. Son propriétaire, le Major Warren Viley, chevaucha plus de 50 km pour négocier avec les ravisseurs et, un revolver sur la tempe, argua que l’animal n’était qu’un simple cheval de compagnie. Convaincu, le commando accepta de les libérer contre $250, et Asteroid devint un bon père de mères aux USA !
 
 
La famille McPherson en compagnie de Brandy, alias Fanfreluche…
 
En juin 1977, année de la conception de Shergar, une poulinière manque à l’appel lors du retour au barns à Claiborne Farm (Paris - Kentucky). Son nom : Fanfreluche, fille de Northern Dancer et de Ciboulette, propre sœur de Night Shift. Ses états de service : Cheval de l’année à 3 ans au Canada. Sa situation : poulinière de 10 ans, pleine de … Secrétariat !
 
Le FBI fut aussitôt sollicité : les investigations mirent rapidement en évidence une brèche dans une clôture, et des traces de sabot faisant place, à l’orée d’un bois, à des traces de pneu. Aucune rançon ne fut jamais réclamée. Un appel à témoin fut lancé : Wanted, for $25,000 !
 
Cinq mois plus tard, Fanfreluche fut retrouvée chez Larry McPherson à Tompkinsville, 200 km plus loin. De bonne foi, l’homme expliqua qu’il avait récupéré cette jument errant près de chez lui, qu’il l’avait nommée Brandy et utilisée comme cheval de promenade et comme tondeuse à gazon dans sa modeste propriété. De retour à Claiborne Farm, Fanfreluche donna le jour quelques mois plus tard à un foal qui fut baptisé : Sain et Sauf !
 
 
 
Shergar

On en parle dans l'article

Voir aussi...

Grand Destin

L'histoire de DNA Pedigree: Flying Childers, le premier "champion"

Obtenir le titre de champion, ça se mérite ! Pour qualifier un cheval de champion, qu'importe le nombre de victoires gagnées ou le montant des gains engendré, seule l'impression visuelle de ce dernier en courses prévaut, surtout si cela vient à perdurer dans le temps et dans les esprits de tout sportsman et amoureux des courses qui se respecte. C'est ce que nous explique Thierry Grandsir (DNA Pedigree) cette semaine en nous contant l'histoire de Flying Childers, fils de Darley Arabian, l'ancêtre historique de la race pure, qui fût considéré comme le premier "champion" au XVIIIe siècle.