Pivotal disparaît à 28 ans, son héritage vivra des décennies !

20/11/2021 - Grand Destin
C'est l'histoire d'une success story comme on en a peu vue dans l'étalonnage. Après 25 saisons de monte à Cheveley Park Stud, le fameux Pivotal avait pris sa retraite en début d'année, et vient de disparaître. Il laisse un conséquent héritage, tant via ses fils, dont le champion étalon Siyouni, que par ses filles, qui ont produit une flopée de cracks. Et pourtant rien n'était gagné au départ...

Pivotal, le tank alezan qui a mis tout le monde d'accord...(©The Owner Breeder)

 

L'année 2021 marquera, quoi qu'il arrive, un tournant dans l'histoire de Cheveley Park Stud. Début janvier, nous apprenions avec tristesse le décès de David Thompson, le mari de Patricia Thompson, qui avait acquis le haras de Newmarket dans les années 70. Quelques semaines après, ils annonçaient une heureuse retraite pour leur superstar Pivotal, qui concluait sa carrière avec 25 saisons de monte au compteur. Aujourd'hui, le vieux crack laisse un héritage conséquent à travers le monde. Rien ne le prédestinait pourtant à devenir ce phénomène.

Né en 1993, Pivotal a été élevé par Cheveley Park Stud, qui l'a conservé yearling et l'a mis chez Sir Mark Prescott. Après des débuts ratés et deux victoires mineures à 2 ans, son entraîneur avait fait le pari fou de le faire rentrer directement dans les King Stand Stakes (Gr.2 à l'époque), après 8 mois d'absence ! Il avait gagné à la surprise générale, avant d'offrir un 1er Gr.1 à son entraîneur dans les Nunthorpe Stakes. C'était aussi un premier bâton à ce niveau pour la casaque de Cheveley Park Stud. De  quoi marquer le début d'une ère...

 

Pivotal dans les Nunthorpe Stakes en 1996


Après 6 sorties, et une carrière courte mais flamboyante, Pivotal était rentré étalon en 1997 à Cheveley, au tarif de 6000 £. Malgré son palmarès, son pedigree manquait de vraies références. Il était issu de Polar Falcon, un étalon méconnu, dont la toute première saillie de sa carrière d'étalon a donné...Pivotal. ! S'il s'est avéré par la suite être le cousin de Le Havre, Polar Falcon n'avait pas et n'a d'ailleurs jamais eu la réussite de son fils. Immense cheval (1m68) alezan, et donc pas dans les standards de beauté anglais, Pivotal a malgré tout réussi tout seul, dès ses premières générations, qui comptait le crack sprinter Kyllachy, devenu un bon étalon. 

 

Revoir Pivotal en 2018 à Cheveley Park Stud 

 

Au fil des années, la réussite de Pivotal a été marquée par une polyvalence incroyable, capable de produire des gagnants de Gr.1 tout autour du monde, en allant du pur 2 ans au cheval classique, à l'image de la fantasque mais ô combien talentueuse Sariska. A ce jour, Pivotal compte 32 gagnants de Gr.1 individuels, parmi lesquels Addeybb, African Story, Lightning Spear, Farhh, Brando, Immortal Verse, Buzzword, Izzi Top...et bien-sûr Siyouni ! S'il n'a pas été son meilleur coursier en piste, il s'est avéré comme son meilleur continuateur, trônant aujourd'hui dans le top européen, et étant sans doute l'un des sires les plus "bankables" du moment. Comme son père, il avait commencé tout en bas, pour atterrir au sommet. Pivotal a lui même atteint le tarif de 85 000 £, et continuait malgré son grand âge de faire la monte de manière privée ses 3 dernières saisons. 

 

L'élevage français doit beaucoup à Pivotal, qui lui a donné le formidable  Siyouni

 

Aujourd'hui, tout le génie de Pivotal est d'être l'étalon le plus couru... comme père de mères ! Ses filles ont aussi grandement participé à sa renommée, étant à l'origine de Magical, Cracksman, Advertise, One Master, Rhododendron, Love, Defoe, Precieuse, Golden Horde, ou encore Olmedo. Le croisement avec la lignée de Galileo a notamment très bien marché, et le pedigree outcross de Pivotal était l'un des grands atouts de son succès populaire auprès des éleveurs. Cheval d'une consistance incroyable jusqu'à ses plus vieux jours, Pivotal était l'exemple le plus frappant du mal aimé devenu star, malgré tout ce qu'on lui avait prédit. C'est ça les grands étalons ! Pivotal n'aura malheureusement pas eu le temps de profiter d'une longue retraite, mais a terminé sa vie sur le théatre de ses exploits, entourés par tout ceux qui ont participé à sa success story... 

Pivotal dans son box à Cheveley


Voir aussi...

St Mark's Basilica, un rosbif à la Guiness très difficile à digérer par les petits estomacs anglais

Beau, bon, bien né, et auteur en 2021 du doublé Poule d'Essai des Poulains (Gr.1) - Prix du Jockey-Club (Gr.1), St Mark's Basilica est venu offrir un nouveau succès dans les Eclipse Stakes (Gr.1) de Sandown à la "team Coolmore", Ryan Moore et Aidan O'Brien, le fils de Siyouni faisant ainsi taire les commentateurs britanniques, estimant que s'il avait fait le voyage jusqu'en France, c'est qu'il ne devait pas être aussi bon qu'on le prétend...

Ioritz Mendizabal, besogneux pour les Français, classique pour les Anglo-Irlandais

Après avoir renoué avec la victoire dans les Gr.1 en 2020, en selle sur deux chevaux entraînés en Angleterre, Ioritz Mendizabal est parvenu à en enregistrer une nouvelle aujourd’hui, à ParisLongchamp. Le pilote basque, quadruple Cravache d’Or chez les jockeys de plat en France, a en effet mené au succès le rentrant St Mark’s Basilica dans la Poule d’Essai des Poulains, un fils du "FR" Siyouni entraîné en Irlande par Aidan O’Brien.