Aux origines de Laskaline

20/03/2013 - Grand Destin
Auteure d’un festival au cours du dernier meeting palois, Laskaline a rayonné dans le Prix Duc d’Anjou pour son retour à Auteuil. La réussite actuelle de la pépite de Guy Cherel, qui peut se prendre à rêver d’un sacre dans le Prix Ferdinand Dufaure, vient récompenser l’incroyable talent de reproductrice de sa mère Laskadya.
 
L’élevage Aga Khan en toile de fond
 
Si la réputation de Martaline, le père de Laskaline, n’est plus à faire, celle de sa mère, plus obscure, mérite que l’on s’y attarde. Née dans l’Eure le 24 février 1992, Laskadya n’a guère brillé sur les pistes, courant 28 fois de 3 à 4 ans sans parvenir à dépasser la barre des 15 000 euros de gains. Qu’importe sa faible efficacité en compétition. La baie a patienté d’entrer au haras, en 1997, pour y exceller en tant que poulinière : elle a mis bas 7 produits qui, à ce jour, ont franchi le poteau d’arrivée en tête….à 28 reprises ! Une réussite qui n’a rien de surprenant quand on examine d’un peu plus près ses origines.
 
 
Laskaline
 
 
Laskadya est une fille de Lashkari, un Aga Khan au pedigree riche en caractère gras. Son père, le top-étalon Mill Reef, fut élu Cheval européen de l’année 1971 pour avoir signé le prestigieux doublé Derby d’Epsom/Arc de Triomphe. Sa mère, Larannda, est une fille de Right Royal, multiple lauréat de Groupe I sur notre sol et outre-Manche. Célèbre pour sa victoire sur la championne All Along dans la 1e édition de la Breeder’s Cup Turf (Gr. I), Lashkari s’est fait remarqué au haras en tant que père de mère d’un certain Sinndar, auteur comme Mill Reef du doublé Derby d’Epsom/Arc de Triomphe. Lauréate et placée de Listed, Akadya, la mère de Laskadya, est une filled’un autre étalon de Son Altesse l’Aga Khan, Akarad. Fruit de l’union de Labus et Licata, le dauphin de Bikala dans le Prix du Jockey Club 1981 s’est adjugé le Grand Prix de Saint-Cloud et le Prix Niel.
 
 
Laskaline, chef de file d’une fratrie accoutumée au succès
 
Laskaline, qui s’apprête à fêter son 4e anniversaire, est née en Dordogne le 30 mars 2009. L’élève d’Alain Cheyrou descend de deux des plus grands étalons de l’ère moderne : Sadler’s Wells, père de mère de Martaline, et Mill Reef côté maternel. Si l’on excepte son échec pour ses débuts en plat, la représentante deM.L. Bloodstock Ltd a toujours fini dans les deux premiers. Vainqueur de Groupe III et triple lauréate de Listed, la fidèle partenaire de Cyrille Gombeau n’a jamais connu la défaite en steeple. Même si Laskaline est sans conteste la plus belle réussite de Laskadya, force est de constater que ses frères et sœurs lui avaient déjà tracé la voie.
 
Né en 1998 au Haras des Sablonnets, Hakadoun, premier produit de Laskadya par Smadoun a triomphé à 6 reprises sur 5 hippodromes différents et s’est placé 22 fois sur l’ensemble de sa carrière, disputée intégralement en plat. L’ancien protégé de Marcel Rolland s’est retiré de la compétition en 2006 avec un compte en banque avoisinant les 100 000 euros.
 
 
Hakadoun
 
 
Triple Agent a vu le jour un an après son frère aîné. Le fils d’Agent Bleu a ouvert son palmarès à 2 ans à Maisons-Laffitte où il devançait Sorpresa, future lauréate de Listed. Moins performant l’année suivante, son mentor Etienne Leenders l’essaie avec succès en haies puis en steeple. Malgré des blessures à répétition, ce brave serviteur a couru jusqu’à l’âge de 9 ans avec 5 victoires (dont 1 handicap à Auteuil), 24 places et plus de 130 000 euros de gains à son tableau de chasse.
 
 
Triple Agent
 
 
Fleur de Guérande, première fille de Laskadya et propre sœur d’Hakadoun, a débuté en compétition à 2 ans sous la férule du regretté Yves Lalleman. Guère à son avantage en plat, elle s’est reconvertie en obstacle, signant 3 succès d’affilée à Enghien dont 1 au niveau handicap. Passée dans les boxes de Jean-Paul Gallorini après avoir été acquise à réclamer, Fleur de Guérande renoue avec la victoire en plat sous la selle de Christophe Soumillon avant de quitter la compétition à 5 ans.
 
 
Yves Lalleman
 
 
Laskadoun est le premier produit de Laskadya à être né dans le Périgord Vert à Lanouaille, chez Alain Cheyrou. A l’instar d’Hakadoun et Fleur de Guérande, Laskadoun a pour père Smadoun. Mais contrairement à ses aînés, la carrière de course de l’ancienne disciple d’Yves Lalleman et Yann Barberot n’a pu s’inscrire dans la durée puisqu’elle n’a foulé les pistes qu’à 15 reprises (2 victoires, 3 places), prenant la direction du haras à la fin de sa 4e année.
 
 
Photo de famille autour de Laskadoun après sa victoire à Clairefontaine
 
 
Kinglaska n’a pas tardé à remettre les pendules à l’heure. Entraîné par Guy Cherel, comme Laskaline, le fils de Kingsalsa s’est révélé à 4 ans. Placé de Listed puis dauphin de Bel La Vie dans le Prix de Maisons-Laffitte (Gr. III) à Auteuil, Kinglaska décroche le premier Groupe de sa carrière dans le Grand Steeple Chase d’Enghien 2010. Toujours en activité, le représentant de la casaque Magalen Bryant, désormais âgé de 7 ans, totalise 3 victoires, 10 places et près de 270 000 euros de gains.
 
 
Kinglaska
 
 
 
Les produits de LASKADYA :
 
1998 – HAKADOUN, hongre par SMADOUN
6 victoires, 22 places en 58 tentatives, 93 328 euros de gains
 
1999 – TRIPLE AGENT, hongre par AGENT BLEU
5 victoires, 24 places en 44 tentatives, 132 568 euros
 
2003 – FLEUR DE GUERANDE, femelle par SMADOUN
5 victoires, 5 places en 29 tentatives, 127 445 euros de gains
 
2005 – LASKADOUN, femelle par SMADOUN
2 victoires, 3 places en 15 tentatives, 38 140 euros de gains
 
2006 – KINGLASKA, hongre par KINGSALSA
3 victoires, 21 places en 41 tentatives, 269 170 euros de gains
 
2009 – LASKALINE, femelle par MARTALINE
7 victoires, 2 places en 10 tentatives, 309 210 euros de gains
 
2010 – TURLASKA, femelle par TURGEON

Voir aussi...