Muhtathir, mort d'un pilier de l'élevage français

09/09/2020 - Zoom Etalon
Parmi les meilleurs reproducteurs du parc étalon français, père de nombreux gagnants de Gr.1 aussi bien en plat qu'en obstacle, Muhtathir s'est éteint dans sa vingt-cinquième année, ce mardi, au Haras du Mézeray, en Nomandie, où il officiait depuis maintenant plus de quatorze ans. L'occasion de lui rendre hommage, lui qui a tant apporté à l'élevage français et dont l'absence va laisser un grand vide désormais.

Muhtathir, miler de grande classe et étalon ultra-confirmé dans les deux disciplines du galop

 

C'est une bien triste nouvelle que nous avons apprise hier, mardi 08 septembre, en provenance du Haras du Mézeray de la famille de Moussac, en Normandie. En effet, Muhtathir, étalon vedette du haras et parmi les meilleurs reproducteurs du parc étalon français, s'en est allé paisiblement dans son box, à l'âge de 25 ans, comme nous le raconte Samuel Maupile, son étalonnier: "Lorsque je l'ai rentré du paddock ce matin, il était fringant et semblait en pleine forme. Ce n'est que plus tard dans la journée que je l'ai retrouvé sans vie, dans son box. Ça fait un choc". 

 

Muhtathir, avec son fidèle étalonnier et complice, Samuel Maupile (©Zuzanna Lupa)

 

Issu du croisement entre le double gagnant de Groupes Elmaamul et de la lauréate des May Hill St. (Gr.3), Majmu, Muhtathir est né en Grande-Bretgane le 25 février 1995 à Shadwell Estate Co. Ltd, la puissante entité d'élevage du Cheikh Hamdan Al Maktoum. Après avoir débuté sa carrière à 2 et 3 ans chez le grand John Gosden, pour qui il a notamment remporté les Hungerford Stakes (Gr.3) Newbury et le Tripleprint Celebration Mile (Gr.2) de Goodwood après avoir terminé deuxième de la Poule d'Essai des Poulains (Gr.1) de Victory Note à Longchamp, en 1998, le bel alezan a ensuite rejoint les boxes de Saeed bin Suror, passant sous pavillon Godolphin à la suite de sa deuxième place dans le Nad Al Sheba Mile (L.). Un changement d'air qui lui a été grandement profitable puisqu'il a réussi à glaner son premier Gr.1 à la fin de son année de 4 ans, dans le Premio Vittorio di Capua de San Siro, sous la selle du génie Lanfranco "Frankie" Dettori. Tous deux en gagneront un second ensemble, un an plus tard, dans le Prix Jacques Le Marois, la plus belle épreuve du meeting deauvillais.

 

Muhtathir et Lanfranco Dettori, lauréats du Prix Jacques Le Marois en 2000, à Deauville (©Scoopdyga)

 

Un miler de grande classe, lauréat de huit courses, qui a ensuite débuté sa carrière d'étalon au Haras des Chartreux d'Alain Brandebourger, l'une des plus vastes stations d'étalons de l'époque, regroupant entre 25 et 30 reproducteurs par saison. Cependant, les débuts de Muthathir en tant qu'étalon n'ont pas démarré sous les meilleurs auspices, passant de 70 juments saillies pour sa première saison de monte en 2001, à tout juste 25 en 2004. Ajouté à cela l'insuffisance de résultats de ses premiers produits en piste, l'équipe de Shadwell de l'époque émit le souhait de le rappatrier en Grande-Bretgane. Revenue sur son idée première, elle décida finalement de laisser le puissant alezan dans l'Hexagone, toujours en Normandie, au Haras du Mézeray de la famille de Moussac, qui entretient d'excellentes relations avec le Cheikh Hamdan Al Maktoum, le grand patron de Shadwell. 

 

Muhtathir, pris en photos lors de la Route des Étalons 2020

 

Porté par les premiers succès de Gr.1 de Satwa Queen (Prix de l'Opéra), Doctor Dino (2 fois le Hong Kong Vase en plus des Man O War Stakes) et Mauralakana (Beverly D. Stakes), issus de ses deux premières générations, la cote de Muhtathir auprès des éleveurs n'a eu dès lors de cesse de grimper auprès des éleveurs, aussi bien auprès des éleveurs de plat que d'obstcale d'ailleurs. En effet, ce dernier est devenu ensuite le père de plusieurs gagnants de Gr.1, et ce dans les deux disciplines de l'obstacle: Indonesienne (Prix Marcel Boussac) et Mille et Mille (Prix du Cadran) en plat, ainsi que Salder Roque (Prix Alain du Breil), Twinlight (Paddy Power Dial-A Bet Chase à Leopardstown, en Irlande), Quel Destin (Coral Finale Juvenile Hurdle, à Cheptsow, en Grande-Bretagne), mais surtout Envoi Allen, quadruple lauréat de Gr.1 en obstacle, le dernier en date dans le Ballymore Novices' Hurdle à l'occasion du festival de Cheltenham 2020.

 

Le quadruple lauréat de Gr.1, Envoi Allen, l'un des fers de lance en obstacle de son père, Muhtathir (©Edward Whitaker)

 

Excellent père de mères par ailleurs, révélé entre autres par les succès d'Holdthasigreen (Prix du Cadran, Gr.1 et Prix Royal-Oak, Gr.1) et Mkfancy (Critérium de Saint-Cloud, Gr.1) à plus haut niveau, Muhtathir compte également quatre de ses fils officiant comme étalons dans l'Hexagone, à savoir Phelps Win au Haras des Fontaines, Silas Marner au Haras de Saint-Vincent, Alhadab au Haras de Vains et Robin Of Navan au Haras de la Barbottière. Un cheval qui s'est affirmé au fil des années comme l'un des meilleurs reproducteurs du parc étalon français, et avait encore rencontré une quarantaine de poulinières cette année. Sa disparition va désormais laisser un grand vide dans nos coeurs, notamment de celui qui le connaissait sans doute le mieux, son fidèle étalonnier, Samuel Maupile: "Je suis triste de perdre ce fidèle cheval, qui était d'une extrême gentillesse, facile et avec un caractère en or. Il saillissait sans difficulté particulière et tout était simple avec lui. Un cheval de rêve pour tout étalonnier". 

 

Muhtathir, lors de la Route des Étalons 2016, en compagnie de Christine Dutertre et Samuel Maupile


Voir aussi...

Disparition d'Antoine Bozo : la planète courses en deuil

La triste nouvelle s’est répandue tout au long de la journée d’hier : Antoine Bozo est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à l’âge de 83 ans. C’est une grande figure des courses et de l’élevage français qui nous quitte. Issu d’une famille ornaise d’Alençon, il a consacré sa vie professionnelle aux chevaux. Christine Dutertre, sa collaboratrice au Haras du Mezeray pendant près de 16 ans, a rédigé ces quelques lignes en son hommage.