Goodwood - le 31/07/2019
The Goodwood Sale
Le Pin au Haras - le 31/07/2019
National de l'obstacle

Camelia de Cotte, la princesse de Saône-et-Loire devient reine d'Irlande.

22/01/2019 - Focus éleveurs
 Née et élevée en France, Camelia de Cotte a remporté ce dimanche le « Order Of St George Coolmore NH Sires Irish EBF Mares Novice Chase », un Gr.2 sur le steeple irlandais de Thurles. Derrière cette jument révélée tardivement, se cachent 3 passionnés, natifs de Saône et Loire.

Camelia de Cotte, montée par Paul Townend, remporte un Gr.2 dimanche à Thurles.
 
 
Si vous vous intéressez aux courses, vous savez sans doute qu’il n’est pas rare de trouver de belles histoires d’élevage, avec des chevaux nés dans un certain anonymat et propulsés au sommet quelque années après. Vous n’êtes pas non plus sans savoir que les « FR » ne cessent de briller outre-Manche dans la discipline de l’obstacle. Camelia de Cotte peut désormais se targuer d’avoir sa place parmi ces belles histoires après sa victoire écrasante par 20 longueurs de ce dimanche dans le Irish EBF Mares Novice Chase à Thurles. La jument de 7 ans ne cesse de progresser, le feu des projecteurs est braqué sur elle, et pourtant, tout a commencé…dans une chapelle bourguignonne !
 
 
Georges Richardot au Chaser Day
 
 
Derrière cette jument, se cachent trois « gars » de la Saône et Loire. Le premier c’est Georges Richardot, kinésithérapeute passionné de chevaux, qui quand il ne soigne pas les hommes, s’occupe de ses juments à la Chapelle de Cotte, à la Vineuse, près de Cluny. L’élevage, c’est sa passion, lui qui a commencé par les chevaux de selle, avant de se tourner vers les courses dans les années 80.  Le deuxième c’est Jean-Luc Buiron, venant du concours hippique et qui a envie de mettre un pied dans le beau monde des courses. Le troisième, c’est Jean-Michel Duperret, et c’est par lui que débute la belle histoire de Camelia de Cottes, par la jument Hérouville.
 
 

Georges Richardot élève autour de la Chapelle de Cotte à côté de Cluny.
 
 
 
Hérouville, fille de Quart de Vin, de la lignée de la championne de la Butte Mortemart, Hyères III, ne connaît pas une carrière flamboyante, mais va se révéler au haras, tout d’abord grâce à son premier produit, Dom Halma de Valta, un fils de Dom Alco, entraîné par le regretté Marc Boudot. Ce cheval va se montrer un bon compétiteur, allant jusqu’à se placer troisième du prix Robert de Clermont Tonnerre en 2002 à Auteuil. Parmi les 12 produits de Hérouville, il y a aussi Harmonie Valtat, une fille de Video Rock, dont le meilleur poulain est Edgbriar, placé de Listed en Angleterre sur 3200 m. Elle a aussi produit Polka Valtat, mère du bon Valcroix, deuxième du convoité prix Pride of Kildare en débutant pour Guillaume Macaire, et placé de Listed par deux fois à Auteuil, avant de s’accidenter mortellement au printemps.Valcroix a été co-elevé par Jean-Michel Duperret et Jean-Charles Pallot, président du Chaser Day de Paray-le-Monial, encore une affaire de Saône et Loire…
 
 
Traviatat Valtat, la mère de Camélio de Cotte
 
 
Mais la jument qui nous intéresse ici c’est Traviata Valtat, le quatrième produit de Harmonie Valtat, une fille de Jimble. Ce dernier est le père de Willywell, étalon chez Xavier Brelaud au Haras des Chataigniers, et père de la championne Wildriver, gagnante du prix Alain du Breil. Cette Traviata Valtat, élevée par Jean-Michel Duperret, effectue une carrière de course honnête chez Emmanuel Clayeux, ponctuée par deux victoires à Pau et à Strasbourg, et elle est vendue à Georges Richardot pour la reproduction. Elle rencontre le tout bon Laveron, et de leur union, né en 2012…Camelia de Cotte !
 
 

Camélia de Cotte lorsqu'elle était foal
 
 
Vendue foal à Arnaud Chaillé-Chaillé, la jument débute par une troisième place en haies à Pau, et est ensuite exportée en Irlande chez le maître à sauter, Willie Mullins. Elle commence sa carrière irlandaise en haies à Tramore en pulvérisant l’opposition et la presse spécialisée en fait une championne en devenir, mais son année 2017 sera décevante. Cependant, en 2018, Camelia de Cotte, est dirigée sur les « fences », l’équivalent du steeple-chase, et c’est la révélation : 5 victoires en 6 courses, deux courses de Groupe, et des espoirs pour la suite. La jument est engagée dans deux Groupes I lors du Dublin Racing Festival de Leopardstown, le premier week-end de février et sera sans doute utilisée comme reproductrice dès la fin de la saison.
 
Depuis Camelia de Cotte, Traviata Valtat a donné la bonne Eclipse de Cotte, gagnante d’un prix Finot. Ses deux derniers produits sont issus de Tiger Groom, et elle est pleine d’Estejo, étalon à la Ferme de Jalogny, aux côtés de Rajsaman. Décidément dans cette histoire, tout tourne autour de la Saône et Loire, qui a beaucoup à offrir à l’obstacle français et européen, et nul doute que l’aventure n’est pas terminée pour les trois bourguignons partis à la conquête de l’Irlande.
 

    


On en parle dans l'article