07/04/2012 - Grands destins

Le Djebel pour French Fifteen...et le Qatar : l'histoire en détails...

07/04/2012
Gilles Forien, son éleveur, associé à son épouse Aliette, est un féru de ballon ovale. Sa passion a pris le dessus et c’est ainsi que le couple a nommé le fils de Turtle Bowl, XV de France (French Fifteen en anglais), quinze mois après la défaite des bleus en quarts de finale de la Coupe du Monde 2007 contre son ennemi juré, l’Angleterre.

 

L’originalité des nominations à la Reboursière

 Certains élevages dont ceux, entre autres, de S.A. Aga Khan, de l’Ecurie Wildenstein, du Haras du Quesnay ou même ceux stationnés en Allemagne ont choisi que leurs foals portent un nom débutant par la même lettre que celui de leurs mères.

A Nonant le Pin, l’originalité de la nomination des foals réside dans le fait que le Haras de Montaigu, ou plutôt selon les désirs de son défunt propriétaire Claude Guerlain, a choisi une lettre chaque année pour tout l’effectif leur appartenant. Heureusement que le pensionnaire de Nicolas Clément n’est pas né un an plus tôt, sinon il se serait peut-être appelé England Fifteen.
 
 
 
 
French Fifteen s'impose dans le Prix Djebel (photos APRH)
 
 
En effet, la lettre « F » était celle de l’année 2009. Les non-nommés sont en général les foals destinés à la vente l’année suivante et leurs futurs acheteurs ont donc toute liberté de les nommer comme ils l’entendent.
Prenons comme exemple la production de la matrone Rotina. Son premier produit, né en 1993 s’est appelé Priolina. Ce n’est donc pas un nom donné par hasard pour les futurs «black-type» que sont : Valentino (1999), Whortleberry (2000), Ysoldina (2002), Appel au Maitre (2004), Belle et Célèbre (2005), Causa Proxima (2006) et même, Etendard d’Or (2008), même si ce dernier est passé sur le ring d’Arqana.
 
 
 
Le clan des vainqueurs autour de French Fifteeen. De gauche à droite: Alban de Mieulle (entraineur au Qatar et Manager de l'écurie), Cheikh Abdullah Al Thani (propriétaire d'Umm Qarn Farm, frère de l'Emir du Qatar), Olivier Peslier (nouveau 1e jockey de l'écurie, voir ci-dessous) et Nicolas Clément.
 
 
   
Le Cheikh: ses provisions
 
 
L’émotion était palpable ce jeudi sur l’hippodrome des bords de Seine du côté de son entourage à commencer par son préparateur. Mais que dire du côté de son nouveau propriétaire, Cheik Abdullah bin Khalifa Al Thani (grenat, pois blancs, manches rayées blanc et grenat) et son conseiller qatari, Alban de Mieulle qui s’étaient déplacés pour l’occasion. Lié par contrat de monte avec l’équipe qatari, Olivier Peslier n’était pas en reste.
 
Olivier Peslier s’était imposé sur le père de French Fifteen, Turtle Bowl, dans le Prix Monténica (sur la même piste que le Prix Djebel) avant de remporter en juillet le Prix Jean Prat (Gr.1) à Chantilly.
 
 
 
Ecoutez l'interview l'Olivier Peslier au Qatar.
 
 
La rentrée du pensionnaire de Nicolas Clément était très attendue après son succès du Critérium International (Gr.1) monté par Thierry Thulliez pour les couleurs de Raymond Tooth qui l’avait acheté yearling 30.000 €. Rappelons que sa mère, Spring Morning, qui a couru pour les couleurs de la Mise de Moratalla, a été achetée, pleine de Turtle Bowl, par l’Agence FIPS (dont le patron était encore à l’époque Gilles Forien) pour 11.000 € en décembre 2008.
 
L’équipe qatarie est à la recherche d’un poulain «clés en mains» capable de courir les épreuves classiques en 2012 après une première et concluante expérience avec l’achat, à la vente de l’Arc 2010, de Lancelot qui vient de distinguer au plus haut niveau à Doha dans l’Emir Trophy. Ce 30 octobre dernier, devant son écran de télévision, Cheikh Abdullah, est, semble t’il, enthousiasmé par la performance de French Fifteen. Il charge son homme de confiance, Alban de Mieulle, de contacter aussitôt l’entourage du cantilien pour poser des jalons et savoir s’il était « à vendre ». Après quelques palabres, il n’a pas fallu longtemps pour convaincre son propriétaire londonien.
 
 
 
Voir la vidéo de la grande réunion de courses au Qatar avec la victoire de Lancelot, entrainé par Alban de Mieulle.
 
 
Voilà un effectif de pur-sang anglais qui commence à être conséquent après les achats de 2 yearlings de Galileo à Newmarket quinze jours plus tôt (pour 260.000 et 300.000 Guinées) et 5 yearlings aux ventes Arqana en août, tous déclarés chez Freddy Head. Deux autres yearlings sont allés rejoindre les effectifs de Yannick Fouin. Ce dernier a entrainé Dunaden lorsqu'il courait sous la casaque d'Alban de Mieulle. Ensuite, Dunaden a réussi les exploits que l'on sait pour le compte du fils de Cheikh Abdullah...
 

Cheikh Fahad, fils d'Abdullah bin Khalifa Al Thani, est le propriétaire de Dunaden et Makfi. Son écurie s'appelle Pearl Bloodstock. "Pearl" est le nom de projet immobilier pharaonique qui a fait naître une ville de luxe sur la mer au Qatar.

 

 
Le Prix Djebel est, pour le trio à l’arrivée, un tremplin en vue des Guinées françaises ou anglaises. Son entraîneur opterait plutôt pour une suite à Newmarket, une épreuve en ligne droite avec du train et du rythme et sponsorisée par QIPCO, une société qatarie. Dommage pour Longchamp, mais après Allez France (ainsi nommée pour contrarier les anglais, selon Daniel Wildenstein), XV de France voudra venger les rugbymen sur leurs terres.
 
Alliant le plaisir au plaisir, Cheikh Abdullah restera en France lors de ce week-end, puisque féru, lui, de courses d’endurances (une discipline reine dans les Emirats), il participera en tant que cavalier au Festival Mondial d’Endurance de Compiègne aux côtés des cavalières confirmées, que sont les paloises Cécile et Eva Totain (l’épouse et la fille de Jean-Pierre).
 
 
 
L'Emir du Qatar, Hamad Al Thani, avec Olivier Peslier
 
  
Quelques mots de généalogie
 
Cheikh Abdullah bin Khalifa Al Thani est le frère cadet de l’Emir. Ses élèves courent au Qatar sous l’entité, Umm Qarn depuis 1988.
 
Un de ses fils, Fahad est le fondateur en 2010 de Pearl Bloodstock Ltd, managé par David Redvers.
Outre Dunaden, Pearl Bloodstock Ltd est le propriétaire de plus de 60 chevaux déclarés sur leur site dont une pouliche classique 2012, issue de Marju, achetée aux ventes de Goffs, Lightening Pearl, gagnante des Cheveley Park St. à 2 ans. Il est propriétaire également de Tweenhills Farm, haras situé dans le Comté de Gloucestershire où est stationné une centaine de poulinières et foals et Makfi, le vainqueur des 2000 Guinées et du Prix Jacques Le Marois 2010.
 
 
 
Visitez Aspire, immense centre sportif du Qatar.
 

Hamad, l’Emir, a épousé en secondes noces, Mozah bin Nasser Al Missned qui est, entre autres, la présidente de Qatar Foundation, partenaire du club de football, le FC. Barcelone.

 Leur fils Tamim, le prince héritier âgé de 31 ans, est l’actionnaire principal du PSG (son frère Jassim, avait déjà tenté en 2006 d’acheter l’équipe de Paris). Il est aussi le président du Comité National Olympique du Qatar et il est membre du Comité International Olympique, en quelque sorte le sportif de la famille (je passe sur tout le reste !).
 
Autre fils, Mohammed, est le Président du comité « Qatar 2022 » pour l’organisation de la Coupe du Monde de football.
Troisième fils, Joaan (né en 1984), avait acheté l’an passé aux ventes Arqana pour 350.000 € (le top-price, bien évidemment), l’avant-veille des courses de Saint-Cloud, la pouliche Al Nachmiya qui s’imposa dans le Qatar Arabian habillé de gris avec des épaulettes rouges. C'était son tout premier cheval de courses. Il vient de se distinguer en remportant le Kahayla Classic, le week-end dernier à Meydan avec TM Fred Texas.
 
 
 
Al Nachmiya
 
 
 
Leurs autres frères :
 
-Cheikh Mohammed est le «patron» de Julian Smart. Aziz (vainqueur de l’Emir Sword 2012) porte ses couleurs (bleue, étoiles blanches). Son fils, (bleue, une étoile et bretelles blanches) est le propriétaire de Jafeer (vainqueur de la Kahayla Classic 2010 et 3ème de l’Emir Sword d’Aziz, toujours sous l’entraînement de Julian Smart, Ils élèvent au Qatar au Al Shahania Stud.
 
-Cheikh Mishaal est le « patron » de Georges Mikhalides qui vient de remporter l’Emir Trophy avec Al Mujahez portant les couleurs de Hamad, le fils du Cheikh Mishal (grenat, manches blanches et noires).
 
 
 
La Qatar tire sa fortune d'immense réserves de gaz situées dans le sous sol de son désert extrêmement aride.
 
 
Et quelques mots sur le partenariat
 
Le sponsor QIPCO Holding, créé en 1999 (Qatar Investment and Projects Development Holding Company) est la propriété de 6 frères de la famille royale. Il a un large éventail d'intérêts, y compris l'immobilier, la construction, les services liés au pétrole et au gaz, les finances et la santé.
 
Outre les Guinées et 35 autres courses plates à travers l’Angleterre, le groupe sponsorise le British Champions Series. Le 15 octobre 2011, il est le premier partenaire de  la nouvelle journée d’Ascot au cours de laquelle Cirrus des Aigles s’était imposé dans l’épreuve reine, les Champion Stakes.
 
J’allais oublier (mais vous aurez rectifié de vous-même) que le Qatar est le partenaire de France Galop dans l’organisation et surtout le financement des grandes épreuves de pur-sang anglais à l’automne et des grandes épreuves de pur-sang arabes tout au long de l’année. L’un des maîtres d’œuvre est le Cheikh Mohammed bin Faleh Al Thani, président du Racing and Equestrian Club (REC) (et de la Fédération qatarienne de Tennis), fils Faleh bin Jasim bin Jabor Al Thani (son grand-père est décédé en 1999).
 
 
 
 
 
Notes : Le premier ancêtre connu de cette belle famille serait né en 1788. A l’époque, ils s’appelaient Al Thamir. Leur nom aurait changé dans les années 1850 en Al Thani. Cet ancêtre, décédé en 1860 a eu cinq fils. L’ainé, Thamir est décédé de bonne heure et c’est en toute logique que le second, Mohammed, prend le pouvoir en 1868 pour abdiquer 10 ans plus tard en faveur de son fils Jasim. L’Emir actuel descend donc de ces deux piliers.
 
La dynastie Al Thani, assise sur un gisement de gaz géant, assure à l’Emirat le PIB le plus élevé de la planète devant le Luxembourg. L’hippisme français peut être reconnaissant de leur « manne » à coup de « gazo-dollars » comme l’avaient t été les « pétro-dollars » à une époque.

 


On en parle dans l'article


Commentaires

Céline Totain ? Belle documentation, quel crak ce fils de Turtle Bowl !
ChaignonJV - 07-04-2012 19:04
il faudrai rappeler que french fifteen a gagne le criterium de l ouest a craon sa fait du bien aux hippodrome de province que le nivau dans l ouest est releve merci
fouassier - 08-04-2012 09:13
Il est exact que FF a gagné à Craon. Mais nous l'avons déjà évoqué à 3 reprises. Par contre, il est utile de se remémorer que FF a aussi gagné à Wissembourg, hippodrome où une certaine.....Danedream s'est imposée. Merci à vous de suivre l'actualité. Nous avions aussi évoqué l'histoire de Saonnois. Il vient de vaincre dans le Prix La Force....
france-sire - 08-04-2012 14:54
Ysoldina est la mère de Gyrella (née en 2010), appartenant à la famille Forien (son nom commence donc par un G). Gyrella vient de s'imposer dans le Prix du Premier Pas à Chantilly. C'est la propre soeur de Torentosa (2e Critérium de Vitesse).
france-sire - 11-05-2012 14:29