Dans le Poitou, le vent dans le dos du Haras du Berlais

22/02/2020 - Découvertes
Eleveurs en 2019 du champion d'Auteuil Goliath du Berlais, Cécile et Jean-Marc Lucas ouvrent grand les portes de leur domaine de 180 hectares proche de Poitiers, le Haras du Berlais, qui abrite une 60aine de poulinières. Installé sur de grandes terres d'élevage traditionnelles, le haras profite depuis peu d'une immense réserve d'eau. Bonne visite !

 
 
Son grand-père était un précurseur, un grand éleveur à l'ancienne et moderne en même temps. A la tête d'un vaste troupeau de mulassiers, il avait décroché le titre convoité de meilleure terre d'élevage en France à l'exposition universelle de Paris en 1900. " A l'époque, le Berlais, c'était presque un village entier avec ses artisans, son boulanger, etc..." La fibre cheval de Jean-Marc Lucas provient donc de la génétique, bien qu'il n'ait pas suivi la voie de son père, qui avait tout orienté vers la culture. " J'ai fait le chemin inverse et tout rebasculé vers l'élevage et vers les chevaux de courses, après avoir commencé avec les chevaux de sport. J'ai beaucoup appris avec M. de Laurrière, le père de Thierry de Laurrière, un grand homme de cheval. Aujourd'hui, j'ai 90% de clientèle étrangère. Le coup de TVA a été le coup de grâce pour mes français qui continuaient à faire de l'élevage hors sol. Ce sont toujours des amis, mais ils m'ont expliqué qu'ils devaient arrêter cette activité, ce que j'ai bien compris."
 
 

Jean-Marc Lucas produit son propre fourrage, sur 40 hectares réservés tous les ans à cet effet.
 
 
Qu'à cela ne tienne, Jean-Marc Lucas, le patron du haras mais aussi sa figure publique, possède une belle clientèle internationale qui lui permet d'avoir une 60aine de poulinières sur un haras qui bénéficie désormais d'un arrosage toute l'année lorsque nécessaire grâce à une immense réserve d'eau, un lac artificiel de 14 m de profondeur et de 125.000 m3 au total ! Quand à la surface totale, elle a été portée de 180 à 205 hectares en 2019 !
 
Le haras a connu une année 2019 exceptionnelle en obstacle. En effet, alors qu'au printemps, Goliath du Berlais est resté invaincu et s'est imposé comme le champion des steeple-chasers de 4 ans qui a ponctué sa carrière par un triomphe dans le Prix Ferdinand Dufaure (Gr.1). A l'automne, Nirvana du Berlais a pris le relais chez les 3 ans quand il s'est envolé dans le Prix Cambacérès (Gr.1). Les 2 chevaux sont devenus étalons, respectivement au Haras de la Tuilerie et au Haras de la Hêtraie. Ils ont rejoint dans le parc étalon français Castle du Berlais, entré au Haras du Lion en 2018 puis rejoint l'année suivante par Clovis du Berlais.
 
 
Goliath du Berlais. (photo APRH)
 
 
En plus du maréchal, du dentiste et des vétérinaires qui viennent sur place, l'équipe permanente est composée de 10 personnes, dont bien sûr la discrète mais indispensable Cécile Lucas, qui gère les chevaux au quotidien, notamment de la jumenterie au printemps. Celle-ci est partagée entre les PS et les Pur-sang arabes. S'il est facilement identifiable grâce au label "Berlais" et ses succès à Auteuil, l'effectif d'obstacle est en fait minoritaire, avec une douzaine de poulinières seulement.
Jean-Marc Lucas a d'ailleurs débuté comme étalon un certain Saint Preuil, excellent sauteur, mais il a arrêté l'étalonnage mais si cela l'oblige à faire de nombreux kilomètres pour emmener les juments aux saillies, les siennes et celles des clients. Il préfère avoir le choix et rayonner où il le souhaite à partir de sa base poitevine.