La Teste - le 27/05/2020
Breeze Up Online en direct

Décès de l'éleveur de Cirrus des Aigles, Yvon Lelimouzin

20/01/2015 - Evénements
Figure bien connue de Chantilly, rendu célèbre dans le monde entier grâce à son phénoménal élève Cirrus des Aigles, Yvon Lelimouzin, s'est éteint dans sa 72e année des suites d'une longue maladie ce mardi 20 janvier 2015. Ancien jeune jockey vedette du Sud-Ouest victime d'un grave accident qui a ruiné sa carrière, puis responsable des pistes des Aigles, il avait pris sa retraite à Saint-Lô dans la Manche, près de son élevage. Il a produit Cirrus des Aigles avec une jument donnée par Elie Lellouche, Taille de Guêpe, et un étalon inconnu, Even Top. Lire toute l'histoire et revoir Yvon Lelimouzin en vidéo. Par Arnaud POIRIER (avec Xavier Bougon, Patrick Barbe, Lise Hallopé et Françoise Bertrand, Xavier Herblot et Fabien Cailler).


Au revoir Monsieur, et surtout merci pour tout ce vous nous avez donné. C'est sans doute ce que ceux qui assisterons à la sépulture pourrons prononcer comme dernière parole au défunt. C'est aussi ce que peuvent penser tous les amateurs de course. La cérémonie aura lieu  à l’Eglise Ste Croix. Place Sainte-Croix 50000 SAINT-LO Samedi 24/2 à 9h30, puis la  crémation à 12 h au crematorium des Estuaires 343 ROUTE DU MOULIN FLEURY 50800 VILLEDIEU LES POELES.

 

L'éleveur de Cirrus des Aigles, cheval de course complètement hors norme, sorte de John Henry des temps modernes qui est déjà devenu une légende du pur-sang avant même d'avoir terminé sa carrière, s'est éteint. Si son champion l'a rendu célèbre à travers le monde et auprès des jeunes générations alors qu'il coulait une paisible retraite, à Saint-Lo, Yvon Lelimouzin était déjà un homme à part bien avant cette divine surprise.

Natif d'Hudimesnil, un petit village près de Bréhal dans la Manche, d'un père agent des haras à St Lo, puis apprenti chez Henri Gleizes, si doué qu'il devint professionnel dès 17 ans, Yvon Louis Norbert Lelimouzin s'est ensuite installé à Bordeaux où il a été un des meilleurs jockeys de son époque en plat dans le Sud-Ouest, associé notamment à la casaque alors jeune et flamboyante de la Marquise de Moratalla dont les pensionnaires étaient confiés à Philippe Hovelacque. Malheureusement, un grave accident en course en obstacle à Tarbes le 17 octobre 1965 change sa vie. Il reste 8 mois en chaise roulante. Handicapé à 80%, il a une jambe si meurtrie qu'il doit passer le restant de ses jours avec une canne.

Malgré cela, après des années de rééducation et une expérience vaine d'entraineur, il a retrouvé une nouvelle vie du côté de Chantilly. Ainsi, il est arrivé au poste clé de responsable des pistes de Aigles, ce qui l'a placé au coeur de l'organisation des gazons de tous les cracks pendant près de 20 ans. Yvon Lelimouzin est devenu une sorte d'autorité d'autant plus respectée qu'il était pas nature affable, discret, dévoué et surtout riche d'une passion chevillée au corps.

 

Toujours capable du meilleur, Cirrus des Aigles a aligné 3 victoires de Gr.1 au printemps 2014 à l'âge de 8 ans : le Prix Ganay, le Prix d'Ispahan et ici la Coronation Cup à Epsom en Angleterre, toujours monté par Christophe Soumillon.

 

Ainsi, en parallèle de ses fonctions, il a monté un petit élevage dans son village natal de la Manche avec son cousin, Benoit Deschamps, qu'on ne connait pas publiquement mais qui est bel et bien co éleveur de Cirrus et de tous les autres "des Aigles", un suffixe donné à tous les produits pour des raisons évidentes. Yvon Lelimouzin a placé en location son 1e élève chez Corine Barande-Barbe en 1992, une yearling nommée Dame des Aigles, une fille du modeste Dastaan qui gagnera 2 courses. Les choses se poursuivront avec ses frères et soeurs (Rose, Glinka, Mandrin, Manager) ainsi qu'avec ses propres produits (Fille, Matin, Brume), alors que ses moyens financiers le contraignaient à rester dans des saillies bas de gamme.

 

Revoir le match historique remporté par Cirrus des Aigles devant Trêve dans le Prix Ganay 2014.

 

Il en fut de même pour Cirrus des Aigles. C'est Elie Lellouche, d'ailleurs coutumier du fait car il ne supporte pas d'envoyer un cheval à la casse, qui lui a donné une jument nommée Taille de Guêpe alors qu'il l'avait à l'entrainement mais qu'elle ne mettait pas un pied devant l'autre. Taille de Guêpe était une fille de Septième Ciel et Roots, elle-même fille de Funambule et Ruma, une soeur des bons Lou Biella et Banjer qu'un courtier débutant nommé Patrick Barbe avait alors acquis en tant que poulinière à la fin des années 70. C'était le printemps 2002 et la pouliche inédite n'avait que 3 ans. Yvon Lelimouzin met la jument dans le camion et part en Normandie. Il décide de la faire saillir immédiatement par un étalon alors en fin de carrière dans l'Orne après ses débuts dans le Gers, Neverneyev. Cela donnera un vrai bon cheval, Mesnil des Aigles, aujourd'hui étalon au Haras de Saint Roch après avoir remporté 7 victoires chez Corine Barande-Barbe. Taille de Guêpe fera ensuite 2 pouliches qui resteront très mauvaises avec Alamo Bay, faisant alors la monte au Haras National du Pin. Mais tout va changer avec son 4e produit, le crack Cirrus des Aigles dont il est inutile de revenir sur la carrière ici.

 

 

Pour fabriquer Cirrus des Aigles, Taille de Guêpe a rencontré en 2005 un étalon alors totalement obscur, Even Top (voir ci-contre), qui l'est d'ailleurs resté ensuite. Après une dernière saison de monte au Haras Nationaux en 2008, à la station d'Issé-Châteaubriant, Even Top a été vendu par l'Etat puis est mars 2009. Son pedigrée est complètement atypique, puisque c'est un fils de Topanoora (Ahonoora), un étalon réputé pour l'obstacle en Irlande, avec une mère par Niniski qui est partie en Arabie Saoudite peu après sa naissance. Malgré tout cela, Even Top, s'est révélé un remarquable miler. Il a même failli battre Mark of Esteem dans les 2000 Guinées (Gr.1). Devancé seulement d'une courte tête, il était alors 2e devant Bijou d'Inde, Alhaarth et Danehill Dancer. Tous les autres sont rentrés comme étalon en fanfare qui a ensuite totalement disparu pendant 4 ans...Puis un irlandais prénommé Ian Hanamy, commerçant aventurier, a acheté le cheval pour quelques pintes et a débarqué avec ce puissant étalon noir comme tout bagage pour conquérir la France en 2003 au Haras des Loges, qui a fait du chemin depuis. Peu après son arrivée, il parvient à revendre son Even Top aux Haras Nationaux. Mais les éleveurs ne veulent pas du grand noir, qui est transbahuté de Sartilly à Châteaubriant en passant par Compiègne et St Martin d'Arcé.

Et c'est en janvier 2005, lors de la 1e édition du Salon des Etalons du Lion d'Angers, que celui qui était alors une nouvelle recrue s'est présenté au public. Il a attiré l'oeil d'un observateur, Yvon Lelimouzin, qui cherchait un étalon pour sa jument Taille de Guêpe. L'histoire en fut changée.


Depuis Taille de Guêpe est partie au Japon, à Shadaï Farm, où elle a intégré le parc des 1000 juments de la famille Yoshida ! Pour la 1e fois, grâce aux 1e primes à l'éleveur conséquentes gagnées par Cirrus, Yvon Lelimouzin et son cousin s'étaient payés une saillie "chic" en 2011, celle du débutant de l'Aga Khan Siyouni. Le 28 avril 2012, est ainsi née Cirrus de Paris, qui a été exporté deux mois plus tard au Japon par l'intérmédiaire de Patrick Barbe en suivant sa mère Taille de Guêpe, alors agée de 13 ans et non saillie cette année là. Depuis, elle a eu un mâle de Deep Impact en 2014.

Quant à Cirrus de Paris, elle a été envoyée à l'entrainement chez M. Sumi, l'un des tops entraineurs du Japon, notamment vainqueur de la Japan Cup 2014 avec Epiphaneia, où elle devrait bientôt débuter à 3 ans car elle donne beaucoup d'espoirs.
 


La fille de Taille de Guêpe par Deep Impact née en 2014, photoghraphiée ici à Shadaï Farm, alors foal, en novembre.