Willie Mullins : " j'ai remis mes 70 meilleurs chevaux au pré"

04/05/2020 - Actualités
 " Je crains que la prochaine fois qu'on se verra, ce sera à Longchamp ! " Willie Mullins nous a donné des nouvelles de son écurie leader sur l'obstacle européen, en pleine pandémie. En bon irlandais, le maître entraineur a su s'adapter à la crise. il a même repris le débourrage lui-même !


Willie Mullins avec Arnaud Poirier, avant le confinement...

 

Toujours très fier de son crack, Willie Mullins nous a appelé pour parler du reportage sur le retour d'Un de Sceaux au Haras de la Rousselière, car il souhaite une page spéciale d'hommage sur son site internet. Au cours de la discussion, il nous a donné des nouvelles de son écurie : " D'ordinaire, nous avons 200 chevaux à l'année. Là, vu les circonstances, on a diminué l'effectif. J'ai envoyé 70 de mes meilleurs sauteurs dans les prairies que j'ai achetées il y a quelques années à Kilcullen. Une partie de mon personnel est au chômage partiel. J'ai gardé à la maison un piquet de chevaux, surtout mes chevaux de plat, et aussi ceux qui doivent courir dans les petits hippodromes cet été. Et j'ai même recommencé à faire du pré-entrainement et même du débourrage, ce que je n'avais pas fait depuis de nombreuses années. Malheureusement, je ne pense pas que je pourrai revenir à Auteuil comme tous les ans au 1e semestre. Mes meilleurs sont en vacances. J'aurais peut-être quelques chevaux disponible, mais encore faudra-t-il qu'ils aient le droit de voyager, ce qui reste bien sûr incertain."

 

Image
Willie Mullins avec Un de Sceaux et une équipe réduite par la force des choses le jour du départ du crack. Notez la distanciation de tous les membres du personnel.

 

Le 1e ministre irlandais a annoncé un fin du déconfinement le plus strict au 18 mai, soit une semaine tout juste après la France. La reprise des courses, un secteur économique essentiel dans la pays, est envisagée aussitôt, mais à huis-clos. " Les portes des hippodromes ne pourraient  rouvrir qu'à partir du 27 juin. Heureusement, nos hippodromers sont en train de conclure un accord financier avec la chaîne SIS, car les bookmakers demandent à avoir des courses par tous les moyens. Les hippodromes pourraient donc recevoir 60 à 70.000 euros de droit TV par réunion, ce qui fait quand même un bol d'air pour nos  petits champs de course d'été (NDLR : Killarney ou Kilbeggan qui organisent des meetings estivaux très populaires sur la côte ouest). Mais tout de même, les hippodromes qui ont absolument besoin de la foule vont souffrir. Je pense notamment au festival de Galway. On a noté que notre gouvernement souhaite que les courses reprennent au plus vite. Mais nous devons aussi faire attention au fait qu'il pourrait nous être reproché de bénificer d'une situation privilégiee, comme une sorte de "cadeau fait aux riches qui font toujours ce qu'ils veulent." Vous voyez ce que je veux dire...En tout cas, je crains qu'on n'ait pas vraiment l'occasion de trinquer ensemble avant Longchamp !" 

 


Willie Mullins a pu acheter il y a 4 ans un domaine de 70 hectares de prairies à Kilcullen, près de Kildare, où il envoie ses meilleurs chevaux prendre l'herbe de printemps après les courses de l'hiver jusqu'à la reprise de l'entrainement en août.

 


Voir aussi...