Battaash et Jim Crowley: du rail-ditch au bolide de Royal Ascot

16/06/2020 - Actualités
15 ans après s'être aligné au départ du Grand Steeple Chase de Paris et avoir passé le rail-ditch, Jim Crowley se retrouve aujourd'hui en selle sur Battaash, un des meilleurs sprinters des temps modernes. Le cheval, au sommet de son art, a pulvérisé ses adversaires dans les King Stand Stakes et gagne une place dans l'histoire. 

Battaash et Jim Crowley, sur une autre planète à Royal Ascot (©twitter)

 

A presque 41 ans, Jim Crowley peut être considéré comme un "vieux jockey", et pourtant l'anglais vit la meilleure période de sa vie, associé au dragster Battaash, un sprinter hors du commun des mortels. Alors qu'il courait il y a 15 ans le Grand Steeple de Paris, Crowley remporte aujourd'hui l'un des plus beaux sprints européens, les King Stand Stakes, avec un avion de chasse comme on en a rarement vu ! L'exploit se fait à quelques kilomètres de son berceau natal, puisque Crowley est né à Ascot. Jockey amateur de plat en début de carrière, Jim Crowley a ensuite fait sa carrière en obstacle en travaillant pour Sue Smith. En dessous des meilleurs dans la discipline, Crowley a monté près de 300 gagnants en obstacle, mais a aussi gagné le Grand Steeple de Merano en 2004 avec Masini, sur qui il s'est mis en selle un an après dans le Grand Steeple Chase de Paris, remporté cette année-là par Sleeping Jack. 

 

 

15 ans après, le voilà premier jockey de la célèbre casaque d'Hamdam Al Maktoum. En 2010, Crowley a viré de bord en revenant en plat, encouragé par sa victoire de Gr.1 dans le Jean Prat en 2009 avec Lord Shanakill. Vrai dur à cuire, Jim Crowley a fait parler son expérience acquise lors de saisons hivernales rudes et longues en obstacle, en étant champion du All Weather, puis champion jockey anglais en 2016, avec un mois de septembre à 46 victoires ! Hamdam Al Maktoum a fait le pari osé de l'engager comme première monte, choisissant l'expérience plutôt que la fougue de la jeunesse, avec une génération talentueuse de jockeys anglais. Crowley a depuis été le partenaire du champion Ulysses, et maintenant de Battaash, un sprinter de génie, un bolide de compétition qui rend cet exercice si particulier absolument enthousiasmant. 

 

 

Jim Crowley, une seconde jeunesse avec Shadwell (©thoroughbredracing)

 

 

Battaash est entraîné par Charles Hills, qui a signé le jumelé des King Stand Stakes avec Equilateral en seconde position. Installé depuis 2011 seulement, le fils de l'ancien entraîneur attitré de Shadwell Barry Hills compte déjà pléthore de grands succès, notamment dans les 1000 Guinées irlandaises avec Just The Judge, et connait bien les sprinters pour avoir eu sous sa responsabilité le bolide Muhaarar. Battaash est sûrement un cran au dessus. Super précoce, Battaash a gagné d'entrée en mai de ses 2 ans, avant d'échouer complètement à Royal Ascot, et d'être castré.

Cheval très fantasque, il alterne souvent les performances éblouissantes avec les décevantes, même si ses succès font oublier tous ses déboires. A 3 ans, il avait remporté chez nous l'Abbaye de Longchamp, et était tombé ces deux dernières années sur le crack Blue Point dans les King Stand Stakes, tant et si bien que les anglais affirmaient que Royal Ascot n'était pas fait pour lui. Pour un dragster comme Battaash, les 1000m d'Ascot sont le bout du monde, avec la légère montée. Pourtant, Battaash les a avalés aujourd'hui en 59 sec. Il avait fait encore mieux l'an dernier en assommant l'opposition dans les Nunthorpe Stakes (Gr.1). Il avait alors bouclé les 1000 m de York en 55''90 sec, améliorant le record de l'épreuve et de la piste de 26 centièmes de seconde, un graal détenu depuis près de 30 ans par Dayjur. Cette performance lui avait valu un rating de 126, le sacrant meilleur sprinter mondial de l'année. Dayjur portait également la casaque de Cheikh Hamdan Al Maktoum. L'épreuve était encore un Gr.2 à cette époque.

 

Fils du génial Dark Angel, qui est aujourd'hui installé à 85 000 € la saillie, Battaash avait été vendu 200 000 Gns yearling à Shadwell. Sa mère Anna Law, bien qu'inefficace en course, était la soeur d' Etlaala, gagnant des importantes Champagne Stakes (Gr.2) à 2 ans. En 2019, la propre soeur de Battaash s'est vendue à Newmarket pour 800 000 Gns, acquise par Shadwell. Comme son frère, elle a été élevée en Irlande à Ballyphillip Stud, dans le comté de Limerick. Jim Crowley la verra sans doute en course sous peu, et signe une superbe journée à Ascot, en remportant 3 courses pour la casaque d'Hamdam Al Maktoum. A 41 ans, il en a encore sous le capot ! 

 

Dark Angel cette année à Yeomanstown Stud.

 


Voir aussi...

Ascot Gold Cup 2019: Stradivarius le magnifique, Dettori l'extraterrestre

 Course la plus attendue du meeting de Royal Ascot, la mythique Gold Cup a couronné un véritable champion cette année. Déjà titré l'an dernier, Stradivarius est remonté sur la première marche du podium, et compte désormais 2 titres, à seulement 5 ans. Le célèbre tandem Gosden/Dettori a encore frappé. Lanfranco Dettori a d'ailleurs réussi une journée historique en remportant 4 des 6 courses de la réunion.