Netcam et le cross du Pont-Long, une histoire de famille

25/12/2020 - Actualités
S'affirmant de plus en plus comme l'une des nouvelles vedettes féminines du cross du Pont-Long, Netcam a fait aussi bien que sa grand-mère, Line Girl, en remportant brillamment le Prix Jospeh d'Ariste à son tour, hier, à Pau, mettant également à l'honneur les Clayeux père & fils, Dominique étant l'éleveur-propriétaire de cette fille de Network, associé avec Thomas et Emmanuel, entraîneur de cette dernière.

Emmanuel Clayeux et ses bottes de sept lieues, venu accueillir Nectam et Felix de Giles après leur victoire d'hier dans le Prix Joseph d'Ariste, à Pau (© Twitter Hippodrome de Pau)

 

Qui pouvait imaginer que, 25 années plus tard, celle qui remportait alors le Prix Joseph d'Ariste, Line Girl, allait voir sa petite-fille, Netcam, s'imposer à son tour dans cette épreuve, parfois utilisée comme tremplin en vue de la belle, le Grand Cross de Pau (L.) ? Car, hormis le fait que cette dernière ait gagné le jour du Réveillon de Noël et non de celui du Premier de l'An, face à des tribunes désertes, d'ordinaire richement fournies en spectateurs venus se délecter du spectacle des courses du Pont-Long avant de rentrer chez eux sabrer le champagne avec leurs proches, c'est exactement ce qui vient de se passer hier, au pied des Pyrénées, la représentante de la famille Clayeux faisant aussi bien que sa grand-mère, Line Girl, en 1995, en s'imposant très plaisamment dans ce Prix Joseph d'Ariste, sous la selle de son fidèle partenaire, Felix de Giles.

 

 

En grande adepte de la course en avant, Netcam s'est de suite retrouvée à la pointe du combat, en trois-quatrième position en début de parcours, avant de prendre les commandes de l'épreuve sitôt le premier franchissement de la nouvelle banquette, et de ne plus les quitter jusqu'au poteau d'arrivée, sautant à merveille une à une les différents obstacles du tracé et remettant un bon coup d'accélérateur sur le plat pour contrer la bonne attaque de Vif Ardent (Network), finalement second. Deuxième représentant d'Emmanuel ClayeuxLucky Net Love (Network), cousin de Netcam au demeurant, se comporte une nouvelle fois très bien, malgré avoir trébuché dans le tournant final, une faute qui lui coûte certainement de terminer plus près. Ce dernier s'empare donc de la troisième place, juste devant un autre de ses compagnons de boxes, Diesel d'Allier(Kap Rock), permettant au metteur au point de Vaumas de placer ses trois pensionnaires au quatre premières places de cette épreuve !

 

 

Une épreuve marquée donc du sceau de l'entraîneur de l'Allier, mais également de feu l'un des meilleurs étalons d'obstacle des temps modernes, le magnifique Network, à l'origine de tant de champions en obstacle ces dernières années - Sprinter SacréDelta WorkRubi BallThrillingTornade PrécieuseCrystal BeachVoiladenuo, etc. - et notamment des trois premiers de ce Prix Jospeh d'Ariste édition 2020 ! Malheureusement décédé à l'âge de 22 ans, au début de l'été 2019, au Haras d'Enki d'Estève Rouchvarger où il officiait depuis 2016, le fils de Monsun continue de faire parler de lui actuellement grâce à de nombreux vainqueurs des deux côtés de la Manche, le dernier en date, Emir Sacree, un "FR" lauréat d'un Handicap Hurdle le 18 décembre dernier sur les claies d'Ascot, en Angleterre.

 

Network, le père de Netcam, alors étalon au Haras de Cercy-La-Tour, dans la Nièvre

 

Née et élevée dans les prés bourbonnais de Dominique Clayeux, le père d'Emmanuel, dans les vertes et vastes prairies de Vaumas, Netcam est le troisième produit, et le seul victorieux à ce jour, d'Orlana, une fille de Robin des Champs n'ayant jamais foulé le moindre champ de courses, mais qui est une soeur de la bonne Line Love, lauréate de cinq cross, dont deux au Pont-Long, sous la férule de Jacques Ortet, en plus d'une troisième place dans ce même Prix Joseph d'Ariste, en 2005. Une épreuve sur laquelle leur mère respective, Line Girl, avait donc fait main basse en 1995, elle dont les sept victoires de sa carrière ont eu pour cadre le cross du Pont-Long, épinglant notamment les prestigieux Prix John Henry Wright, Hubert de Navailles (alors appelé le Grand Cross d'Automne à l'époque, ndlr), et Pierre Rivière d'Arc, à chaque fois associée à Steve-Patrick Haes.

 

Emmanuel Clayeux, à cheval tous les matins sur son centre d'entraînement de Vaumas, dans l'Allier

 

Outre Orlana et Line Love, Line Girl a également donné naissance à une certaine Line Lovely, la mère de la championne d'Auteuil Net Lovely, lauréate de quatre Gr.3 (Prix André Michel, Prix Robert de Clermont Tonnerre, Prix Ingré, et Prix Héros XII) sur la Butte Mortemart, en plus d'une deuxième place dans le Prix La Haye Jousselin (Gr.1) en 2012, déja pour l'entraînement d'Emmanuel Clayeux. Cette soeur de la très régulière Lovely Kiss, détentrice de sept victoires en haies et steeple en plus d'une troisième place au niveau Listed, sur les gros obstacles d'Aarau, en Suisse, et donc de Lucky Net Love, autre élément très régulier dans la discipline du cross et troisième, hier, de ce Prix Joseph d'Ariste, n'est donc autre qu'une cousine de Netcam, elle aussi née des oeuvres du phénomène Network. Quelle famille !

 

Net Lovely, championne d'Auteuil, et cousine de Netcam (© APRH)

 

Façonnée donc à Vaumas, par Emmanuel Clayeux, grand passionné de courses anglaises et fervent défenseur de la discipline du cross-country, Netcam a effectué ses premières classes en haies puis en steeple, brisant la glace à l'automne de ses 5 ans, sur les gros obstacles de Lignières-en-Berry. C'est d'ailleurs à la suite de cette première victoire que la fille de Network s'est essayée "sur la terre", déjà à Pau, lors du meeting d'hiver 2017-2018, terminant deuxième de la bonne Chouia dans le Prix de Saint-Vincent. Un premier bâton auquel viendront s'ajouter successivement cinq autres, obtenus entre mars 2018 et décembre 2019, sur les exigeants tracés de Lignières, Moulins (à deux reprises), Lyon-Parilly et Pau.

Bonne deuxième de Blason d'Or dans ce même Prix Joseph d'Ariste l'an dernier, Netcam a été jugée digne de participer au Grand Cross de Pau (L.) au tout début de l'année 2020, épreuve dans laquelle elle a malheureusement chutée au tronc d'arbre, envoyant son jockey d'alors, Alain de Chitray, au tapis, alors qu'elle suivait encore librement dans le sillage des animateurs.. Plus revue depuis, la représentante de Dominique et Thomas Clayeux a fait une réapparition victorieuse au tout début du meeting, dans un lot richement fourni de 16 partants, et a donc remis ça la veille de Noël, passant de nouveau le poteau en tête avec celui qui la connait mieux que personne, Felix de Giles, pilote anglais toujours redoutable chaque hiver sur l'hippodrome du Pont-Long, encore auteur d'un coup de trois au pied des Pyrénées pas plus tard qu'hier ! Well done, chap !

 

La bondissante Netcam et Felix de Giles, dans leurs oeuvres sur le cross palois (© Robert Polin)

 

Un tandem humain et équin formant une symbiose absolument parfaite, n'ayant jamais terminé plus loin que deuxième depuis le 20 décembre 2017 (!), et qui fait vivre à toute la famille Clayeux un magnifique conte de Noël, que l'on espère se prolonger jusqu'au dimanche 07 février 2021, où Netcam pourrait, peut-être, participer au prochain Grand Cross de Pau (L.), l'épreuve phare du meeting béarnais que son entraîneur, Emmanuel Clayeux, et son premier jockey, Felix de Giles, vont tenter d'épingler pour la première fois. Une coalition franco-anglaise - bien trop rare de nos jours - importée directement de Vaumas, dans l'Allier, et prête de nouveau à faire parler d'elle, à n'en pas douter. Affaire à suivre...


Voir aussi...

Portivy, Daniela Mele et Mathieu Delage rejouent "le Last Train pour Pau"

Vainqueur ce dimanche à Pau du Prix de Monein pour ses premiers pas en obstacle, Portivy a de nouveau mis à l'honneur le tandem Mathieu Delage/Daniela Mele au pied des Pyrénées, cette dernière ayant d'ailleurs réalisé un coup de trois au cours de cette journée, et semblant bien armée pour le futur avec ce fils de Last Train, ancien étalon du Haras de l'Abbaye de Jean-Charles Escalé, co-éleveur avec Guy Cherel de ce Portivy.

Valse de Rose, la plus belle danse de Caroline Gadomski-Brouqueyre

Après avoir ouvert son palmarès en steeple, à Pontchâteau, début novembre, face aux AQPS, Valse de Rose a remis le couvert ce dimanche à Pau, dans le Prix de Buros, face aux seuls Anglo-Arabes de 4 & 5 ans, que la reprséntante de Daniela Mele a remporté de la tête et des épaules, à la plus grande joie de son éleveuse, Caroline Gadomski, l'épouse de Jean Brouqueyre, le Directeur de la Société d'Encouragement des Pyrénées-Atlantiques.