L'histoire de DNA Pedigree: Bold Ruler, chef de race arthritique

05/03/2021 - Chef de race
Alors que la saison des poulinages bat son plein actuellement dans bien des élevages du monde entier, Thierry Grandsir (DNA Pedigree) tenait à vous faire part de l'histoire d'un certain Bold Ruler, né le même soir, à quelques mintues d'intervalle, qu'une autre légende des courses américaines, Round Table. Il est devenu ensuite un champion en piste puis au haras, malgré son arthrite chronique.

Bold Ruler (1954-1971), par Nasrullah et Miss Disco (Discovery)

 

Comme des milliers d’hommes et de femmes chaque printemps dans le monde, le veilleur de nuit de Claiborne Farm prend son service et se prépare à vivre une nuit chargée, comme il est de coutume dans ce grand haras du Kentucky. Plusieurs mères semblent prêtes en ce soir du 5 avril 1954 dont Miss Disco, une solide fille de Discovery titulaire de 10 victoires dont 4 Stakes qui s’apprête à délivrer son quatrième foal, et la triple gagnante Knight’s Daughter, une fille de Sir Cosmo en attente de son septième produit.

 

 

Pas d’inquiétude, les deux mères connaissent leur job sur le bout des sabots mais, bien évidemment, elles s’arrangent pour pouliner de concert. Le veilleur passe d’un box à l’autre sans relache et assure, en moins de trente minutes, la naissance de deux superbes poulains bais. Il transpire tout autant que les poulinières, mais il s’enivre de la joie intense d’avoir contribué à donner la vie. Accessoirement, les deux foals qu’il peut maintenant contempler sur la paille se nommeront Bold Ruler et Round Table, soit deux des plus grands Champions et étalons du XXème siècle…

Pour l’anecdote, ces deux naissances simultannées ont motivé de nombreux astrologues amateurs à proposer leurs services sur les places de vente, monnayant le thème astral des yearlings des catalogues !

Élevé par Wheatley Stable (Gladys Mills Phipps), Bold Ruler est un fils du Chef de Race Nasrullah. Grand poulain haut de terre, harmonieux et bien trempé avec une belle musculature, une arrière-main très développée et bien orientée lui conférant une grande amplitude de mouvement, il avait hérité de la vitesse naturelle des familles maternelles de ses deux parents. Une aptitude aux courtes distances qu’il ne tarda pas à démontrer sous la houlette de Sunny Jim Fitzsimmons et sous la selle de Eddie Arcaro en s’adjugeant 7 victoires à 2 ans, dont 5 entre les mois d’avril et de juin puis les importants Futurity St. (Gr.1) à l’automne !

 

Bold Ruler dans ses œuvres, de bout en bout et loin devant les autres…

 

Doté de beaucoup de courage et d’une grande générosité (motivant ainsi le port des œillères), Bold Ruler possédait une farouche volonté de vaincre et adorait la course en tête, menant grand train sans jamais céder un pouce de terrain. Une tactique qui lui permit de repousser ses limites en termes de distance (max. 2000 m) et de dominer des adversaires de grand standing : la génération née en 1954 aux USA comptait en effet en ses rangs les classiques Iron Liege (Kentucky Derby), Gallant Man (Belmont St.) et … Round Table, titulaire de 9 records de piste, du chrono record du Monde des 2000 m turf et du record de gains pour son époque !

Malgré cette opposition de choix, Bold Ruler s’imposa dans les Flamingo St. (Gr.1), les Wood Memorial St. (Gr.1 – en temps record devant Gallant Man), les Preakness St. (Gr.1 – deux longueurs devant Iron Liege), le Vosburgh H. (Gr.1 – neuf longueurs en temps record) et le Trenton H. (Gr.1 – devant Gallant Man et Round Table), d’où un titre mérité de "Horse of the Year" à 3 ans. Élu Champion Sprinter à 4 ans grâce à 5 succès de prestiges (ce sera à Round Table de recevoir le titre de Horse of the Year cette année là), Bold Ruler entra au haras à 5 ans à Claiborne Farm, auréolé par 23 victoires en 33 sorties.

Un palmarès qui tendrait à faire oublier les quelques imperfections de ce cheval d’exception, à commencer par l’arthrite chronique dont il souffrait et qui le contraignait à courir sous Bute (butazolidone), et une bouche délicate (il s’était presque arraché la langue dans son box à l’âge foal). Il fut également victime d’une élongation musculaire à 2 ans (d’où 3 mois de repos), fut sur la touche durant l’été de ses trois ans puis plusieurs mois à 4 ans (boulets douloureux) avant d’être finalement victime d’une fêlure du canon antérieur gauche qui mit un terme à sa carrière…

Bold Ruler n’en fut pas moins un reproducteur exceptionnel aux USA, huit fois tête de liste des pères de gagnants sans avoir eu plus de 35 produits par saison. Avec 82 gagnants de Stakes sur 356 foals (23% de sa production totale !) dont 11 Champions, vecteur de vitesse précoce, on lui doit le légendaire Secretariat, l’un des plus grands performers de tous les temps. Il s’est éteint à 17 ans, des suites d’un cancer à répétition.

 


Secretariat, une Légende signée Bold Ruler…

 

Mais Bold Ruler aura laissé derrière lui une grande dynastie d’étalons, d’abord dominante aux USA avant l’avènement de Northern Dancer puis de Mr Prospector, et à nouveau aux premiers rangs de nos jours grâce à la lignée Seattle SlewA.P. IndyPulpitTapit, ce dernier multipliant les titres d’étalon tête de liste. Une dynastie beaucoup moins efficace en Europe (malgré les excellents Big Shuffle et Areion), continent où les médications permettant de masquer les effets de l’arthrite et des saignements pulmonaires sont interdites…

Notre veilleur de nuit de Claiborne Farm peut en tout cas être pleinement satisfait de son travail, concrétisé par le pedigree d’un des plus grands Champions américains : le vainqueur de la triple couronne Seattle Slew, dont le père Bold Reasoning est un petit-fils de Bold Ruler et dont la mère, My Charmer, a pour grand-père Round Table !

 

 




Voir aussi...

Histoire de DNA : Ballymoss et l'architecte de la Maison Blanche

Dans la foulée de cette incroyable investiture du nouveau Président américain, le vénérable Joe "Robinette" Biden, et quelques jours après l'invasion du Capitole provoquée par Donald Trump, Thierry Grandsir fut interloqué par la révélation de Xavier Bougon. Celui-ci indiquait que le rénovateur de la Maison Blanche qui a finalement changé de locataire, mais aussi l'architecte du Pentagone, ne fut autre que le propriétaire du champion irlandais Ballymoss, lauréat de l'Arc de Triomphe !

L'histoire de DNA Pedigree: The Tetrarch, pas beau l'avion...

S'il n'est jamais bon de juger l'Homme par l'apparence, il convient également de ne jamais juger un cheval par la simple couleur de sa robe ! Thierry Grandsir (DNA Pedigree) l'a bien compris, et a trouvé là le prétexte idéal pour vous narrer l'histoire de The Tetrarch, cheval dont la robe pour le moins atypique fit l'objet de vives critiques et moqueries, bien vite éclipsées par la vitesse en course et la qualité des produits de ce dernier.