Goodwood - le 31/07/2019
The Goodwood Sale
Le Pin au Haras - le 31/07/2019
National de l'obstacle

Non Rien de Rien, ils ne regrettent rien

07/01/2019 - Zoom sur
 Rendu célèbre par une grande dame de la chanson française, Edith Piaf, ce titre a donné son nom au nouvel étalon du Haras de la Courlais, Non Rien de Rien, cousin de Nickname et No Risk At All, dont l'arrivée au haras découle d'une histoire d'hommes.


Non Rien de Rien à Auteuil (photo APRH)

 

Restée longtemps anecdotique, la demande des éleveurs pour les étalons présentant un pur profil d'obstacle a explosé ces dernières années, et Non Rien de Rien fait partie de cette vague de jeunes chevaux débarquant sur le marché français, et tout l'objet de nombreuses sollicitations constrastant avec le mépris qui leur était accordé il y a encore peu. Il y a 10 ans tout juste, Nickname, le cousin de Non Rien de Rien arrivait au haras comme une exception. Le fils de Lost World avait réussi une carrière exceptionnelle couronnée de plusieurs victoires de Gr.1 en haies à Auteuil (Prix Renaud du Vivier), puis en steeple-chase en Irlande. Il était resté heureusement entier et est revenu dans l'hexagone, au Haras de Victot, car les éleveurs irlandais n'auraient jamais mis une jument à un étalon ayant couru en obstacle. Bien qu'il soit mort très jeune, après avoir donné seulement 3 générations, Nickname a remarquablement bien produit, dont le regretté As d'Estruval qui était un vrai champion. Frère cadet de Nickname, mais s'étant lui illustré sur le plat en gagnant notamment le Grand Prix de Vichy (Gr.3), No Risk At All a démarré en 2013 au Haras de Montaigu avec un soutien beaucoup plus fort, justifié aujourd'hui par ses excellents résultats qui le portent dans le top 10 national alors qu'il n'avait en 2018 que 2 générations à courir.

 

  

Entraîneur de toute la famille, Jean-Paul Gallorini en a tellement bien raconté l'histoire, que tout le monde connaît bien aujourd'hui le destin de la souche d'obstacle de Sylvia Wildenstein, descendent de Néoménie, un laidron tout mou à oreille tombante, qui s'est transformé en vedette d'Auteuil avant de devenir une star au haras, et dont le leg est immense. Longtemps, la famille est restée inaccessible puisqu'appartenant uniquement à l'épouse de Daniel Wildenstein. Ces dernières années, il a été possible de "toucher" la souche, mais presque seulement en étant proche de maître Gallorini, d'ailleurs propriétaire et exploitant du jeune étalon Nom de D'Là, le propre frère de Nickname.

 


Non Rien de Rien au haras

 

C'est ainsi que Melchior-François Mathet, fils de François Mathet, ancien entraîneur à Chantilly et désormais éleveur au domaine familial de Bourgfontaine, à Villers-Cotterets non loin de Chantilly, a pu recruter Nickelle, la future mère de Non Rien de Rien. Melchior-François Mathet s'est distingué l'an dernier en étant l'éleveur de Laurens, la championne lauréate entre autres du Prix de Diane. 

Fille de Sagamix s'est illustrée au plus haut niveau...en plat ! D'ailleurs, cette famille en or est capable de briller dans les deux disciplines, comme ce fut le cas avec No Risk At All. Ainsi, Nickelle a gagné le Prix Wild Monarch (Listed) à 3 ans à Auteuil, puis dans le Steeple-Chase de début à Enghien, mais contre toute attente, elle est revenue sur le plat ensuite pour s'imposer dans une Listed mais cette fois à Longchamp, dans le Prix de la Pépinière ! Dans la foulée, Nickelle terminait même 3ème du Prix Allez France (Gr.3), derrière les excellentes Macleya et Satwa Queen. Au haras, avant Non Rien de Rien, Nickelle a aussi donné avec Gentlewave une bonne pouliche de plat, No News, gagnante de course B à l'occasion du Prix Banassa à Saint-Cloud.

 

Résultat de recherche d'images pour "nickelle prix de la pepiniere"
Nickelle, mère de Non Rien de Rien, remporte le Prix de la Pépinière (Listed) à Longchamp après avoir enlevé le Prix Wild Monarch (Listed) à Auteuil.

 

Fils de Zamindar, un vrai étalon de plat, père de Zarkava, Non Rien de Rien présentait déjà très jeune un modèle assez fort pour sauter et il a été orienté vers le plat. Avant d'aller chez Jean-Paul Gallorini, comme toute sa famille, Non Rien de Rien a été débourré et pré-entraîné chez David Lumet, qui voyait en lui un avenir de champion tant il était impressionnant en piste. Malheureusement, il s'est blessé lors de ses débuts en obstacle dans le Prix Finot (Listed) à Auteuil, et n'a jamais pu recourir. Il était toutefois resté dans la mémoire de David Lumet, qui est aussi éleveur, et installé à quelques kilomètres seulement du Haras de la Courlais, chez Ophélie et Jérôme Delaunay. Et c'est ainsi qu'entre les Mathet, Lumet et Delaunay, Non Rien de RIen a trouvé sa place d'étalon débutant en 2019. Les premiers observateurs apprécient le cheval. C'est sûr, ils ne regrettent rien et peuvent aborder en confiance sa 1ère présentation officielle au public lors du Salon des Etalons du Lion le samedi 12 janvier, qui est une étape cruciale pour un jeune cheval dans l'Ouest.

 


On en parle dans l'article