Doncaster - du 27/08/2019 au 28/08/2019
Premier Yearling Sale
Doncaster - le 29/08/2019
Silver Yearling Sale
Baden-Baden - le 30/08/2019
Jährlings Auktion
La Teste - du 03/09/2019 au 04/09/2019
Vente de Yearlings
Le Lion d'Angers - le 05/09/2019
Show AQPS Ouest

Hyapaxa, la connexion Lippens/Noue fait feu...en plat !

13/08/2019 - Focus divers
 Gagnante du Critérium de Vittel ce dimanche, Hyapaxa est restée invaincue sur cet hippodrome, montrant un beau passage de classe. Si la fille de Tai Chi est entraînée en Allemagne, elle a été élevée en France par un duo d'amis, Xavier Lippens de Dynavena et Pascal Noue du Haras de la Hêtraie, qui avait acheté la mère Phantasie pleine de la pouliche, en vue de produire pour l'obstacle...

Xavier Lippens et Pascal Noue, les 2 hommes derrière Hyapaxa !

 

Dimanche dernier se déroulait en Lorraine le Critérium de Vittel, une épreuve pour la jeune génération de 2 ans sur 1600m. La pouliche qui a dominé la course porte le drôle de nom de Hyapaxa, et est entraînée en Allemagne par Mario Hofer, un metteur au point bien connu qui n'hésite pas à traverser les frontières françaises pour en découdre, gagnant de gros quinté cette année avec Gamgoon. La pouliche de 2 ans est une fille du jeune étalon Tai Chi, qui fait lui aussi la monte Outre-Rhin, et sur qui nous avions fait un focus récemment, à la faveur des bons résultats et de la précocité de sa production. Pour couronner le tout, Hyapaxa est issue de Phantasie, elle-même fille du confirmé Kamsin, et soeur de 2 black-types par Samum, Pazifiksturm et Paradise. Malgré son papier germano-germanique, Hyapaxa a pourtant été élevée en France par 2 personnages que l'on connaît par coeur, Xavier Lippens, notre fidèle partenaire depuis tant d'années avec Dynavena, et Pascal Noue du Haras de la Hetraie

 

Hyapaxa avait ouvert de belle manière son palmarès déjà à Vittel...

 

 C'est à la vente d'été ARQANA 2016 que Phantasie est passée sous le giron des 2 hommes, qui l'avaient alors acheté pleine de Tai Chi pour la modique somme de 5000 euros. Un placement fructueux quand on connaît la suite de l'histoire...Ce choix n'a pourtant pas été un hasard comme nous l'explique Xavier Lippens: " J'ai toujours été fan des origines allemandes, et en 2016, Kamsin s'était mis en lumière en obstacle grâce à On The Go. Phantasie n'avait pas couru mais avait un bon papier, et un modèle très intéressant. On l'a acheté pour l'obstacle mais il se trouve qu'elle était pleine d'un étalon de plat. La pouliche est née et a grandi au Haras de la Hêtraie, avant de passer aux ventes d'automne à Deauville, quand elle était yearling." Présentée par Pascal Noue, Hyapaxa est rachetée pour la somme de 12 000 euros par les 2 associés, avant d'être cédée à l'amiable à Mario Hofer...Après avoir débuté dans un lot très correct à Saint-Cloud, 6ème, battue par l'estimée Simeen, elle sera 5ème très proche d'une classe 1 à Longchamp, gagnée ce jour-là par une autre 2 ans prometteuse, Afra Tsitsi. Hyapaxa avait brisé la glace à Vittel déjà en s'imposant pour sa 3ème sortie, avant de réediter dimanche, montrant un changement de vitesse très beau à voir dans le 100 derniers mètres.

 

Voici Hyapaxa étant yearling.

 

Cette Hyapaxa avait alors offert les premières victoires en tant qu'éleveur à Xavier Lippens, une petite surprise pour un homme qui élève plus pour l'obstacle en règle générale: " C'est assez amusant de gagner en plat avec une 2 ans, car je fais plutôt des croisements d'obstacles, et j'avais acheté Phantasie pour l'obstacle...D'ailleurs l'idée n'a pas changé puisque depuis, elle m'a donnée une pouliche par Great Pretender en 2018, et elle est suitée d'un mâle de Doctor Dino. Elle est actuellement pleine de Gémix. Tous ses produits sont co-élevés avec Pascal, mais à priori on n'en verra plus en plat...". En attendant de voir les rejetons de Phantasie sur les haies ou le steeple, l'assocation Lippens/Noue peut savourer les victoires précoces de Hyapaxa, et qui sait rêver peut-être d'un peu plus haut désormais...

 

Hyapaxa encore foal, en novembre 2017, au Haras de la Hêtraie.


On en parle dans l'article