Darain, le yearling le plus cher de 2018 débute en fanfare

09/07/2020 - Actualités
En 2018, Darain avait coûté 3,5M de Guinées à Tattersalls, soit près de 4 M €. Hier, le fils de Dubawi a débuté comme un champion, et met à nouveau à l'honneur la superbe production de la championne Dar Re Mi, cette lignée étant représentée en France par son premier produit De Treville, mais aussi ses lointains cousins Hunter's Light et Puit d'Or. 

Darain, le yearling le plus cher de 2018 frappe fort pour ses débuts (©M3 Media Racing)

 

Qu'on se le dise !... Les acheteurs de yearlings millionnaires ont pris de sacrées branlées dans l'histoire des courses. Un des plus frappants et récents exemples est Parabellum, un fils de Dubawi acheté 2,6M € en 2015 à ARQANA par Godolphin, qui a fini par péniblement gagner son maiden, avant de passer en vente d'obstacle, après avoir été castré. Et oui, quand on achète cher, il est bien difficile de retomber sur ses pattes. Pourtant, et c'est tant mieux pour le marché, des jeunes chevaux continuent à se vendre des fortunes aux 4 coins du globe, comme en 2018, où Darain était alors "sacré" yearling le plus coûteux de l'année à Tattersalls, faisant afficher 3,5M de Guinées, soit prêt de 4M €, pour David Redvers et Qatar Racing. Hier, sur le champ de courses très sélectif de Newbury, cet imposant poulain a débuté comme un champion sous la selle de Oisin Murphy. 

 

  

 

3,5M de Guinées ça fait un sacré pactole, mais Darain a un pédigree à tomber de sa chaise. Fils du champion Dubawi, qui est lui-même une machine à millions sur les rings des ventes, il a pour mère la grande championne d'Andrew Lloyd Weber, célèbre compositeur de Broadway, Dar Re Mi. Cette gagnante de 3 Gr.1 dont la Dubai Schema Classic, est elle-même une soeur du double gagnant de Gr.1 Rewilding, et de Darazari (Ranvet Stakes Gr.1), et une nièce du grand Darshaan. Un adage dit que les très bonnes juments de courses ne font pas des miracles au Haras, car elles auraient perdu de leur superbe en piste. L'exceptionnelle Urban Sea dément complètement cette théorie, tout comme Dar Re Mi. Présentée bien évidemment au meilleurs étalons européens, c'est avec Dubawi qu'elle a fait des merveilles. Ses 4 produits par Dubawi ayant couru sont gagnants, et 3 sont gagnants de stakes: So Mi Dar (Musidora Stakes Gr.3, 3e de l'Opéra Gr.1), Lah Ti Dar (Gagnante de Gr.2, placée de 6 Gr.1) et surtout Too Darn Hot. Ce dernier a été le meilleur 2 ans de l'année 2018, invaincu en remportant les Dewhurst Stakes, puis gagnant de deux autres Gr.1 à 3 ans. Il a été l'un des jeunes étalons les plus demandé en Angleterre cette année, et aurait pu saillir plus de 200 juments s'il n'avait pas été limité pour être préservé par Dalham Hall Stud. 

 

La belle Dar Re Mi a été une grande coursière et est maintenant une grande poulinière (APRH)

 

Quand Darain a été acheté, Too Darn Hot venait de remporter son 1er Groupe, et son petit frère avait logiquement pris du galon. Cette famille incroyable à laquelle il appartient est représentée au haras en France, à commencer par De Treville, premier produit de Dar Re Mi par Oasis Dream, qui fut placé de groupe chez André Fabre, avant de démarrer au Haras du Thenney en 2018, puis d'arriver au Mézeray. Le confirmé Puit d'Or, père de Punch Nantais, est lui-même un cousin de Dar Re Mi. La lignée est aussi représentée avec un petit neveu de Dar Re Mi, le prometteur Hunter's Light, qui avec ses premiers 3 ans tient déjà une pouliche black-type et un gros espoir en obstacle : Mica Malpic. Pêle-mêle dans cette famille, ont été étalons avec plus ou moins de succès Darshaan, Darazari, Heron Island, Daliapour, Dalal, et Dariyoun. Il est trop tôt pour dire si Darain sera de la trempe de sa fratrie, mais c'est bien parti pour, la preuve que les grandes familles ne se tarissent finalement jamais ! 

 

De Treville, le premier produit de Dar Re Mi, a ses premiers yearlings cette année 


On en parle dans l'article

Voir aussi...