Sealiway en lice pour la Saudi Cup 2022

24/11/2021 - Actualités
Le champion français Sealiway restera bien à l'entraînement à 4 ans, après avoir brillamment conclu sa saison par une victoire dans les Champion Stakes. Son premier objectif annoncé est la richissime Saudi Cup à Riyadh en février, qui aura toujours son allocation de 20M $, mais désormais un statut officiel de Gr.1 ! 

Sealiway, en route vers la Saudi Cup ! (photo Focus On Racing)

 

Alors que sa 3e édition aura lieu en 2022, la Saudi Cup et tout son meeting de courses sont devenus très prisés à l'international. Il faut dire que les allocations y sont mirobolantes, avec 20M $ dans la plus grande course de la réunion, la Cup, qui a été remportée cette année par l'européen Mishriff sur le dirt de Riyadh. Pour la première fois en 2022, la course aura le statut officiel de Gr.1, et devrait être le théatre de la première course de l'année pour le champion français Sealiway. Le cheval de la famille Chehboub et de Guy Pariente y lancerait sa campagne 2022, après avoir été étincellant dans les Champion Stakes (Gr.1) à Ascot. Sacré défi pour son entourage, qui a toutefois bien réfléchi à la chose, comme à leur habitude ! 

 

 

Pauline Chehboub détaille : " Il a fait une saison exceptionnelle, comme on l'espérait. Il a fait une superbe course dans le Jockey Club derrière St Marks Basilica, et a très bien couru aussi dans l'Arc avant cette grande performance dans les Champion Stakes. Nous avons toujours pensé que c'était un cheval de grande classe, et il a montré toute l'étendue de son talent à Ascot. Le meilleur est à venir avec Sealiway."

A la suite des Champion Stakes, l'invitation à la grande réunion de Hong Kong a été envisagée, avant que la décision ne soit prise de donner un break au cheval pour viser Riyadh: " Ce n'était pas facile de dire non à Hong Kong. Il a beaucoup progressé sur sa course d'Ascot et était en super forme. On a regardé le programme avec mon père et Guy Pariente, et nous avons pensé que la Saudi Cup était un bon objectif. Nous visons une campagne internationale. Nous ne sommes pas sûrs de tout encore, mais l'Arc en octobre est une course visée, et je suis sûre que nous retournerons à Ascot à un moment de la saison. Le premier objectif c'est la Saudi Cup, et nous aviserons ensuite, mais nous pensons que 2022 sera une grande saison pour Sealiway."

 

La famille Chehboub s'apprête à refaire un grand voyage...(photo Focus On Racing)

 

Plusieurs questions se posent concernant la course, notamment le raccourcissement de la distance sur 1800m et le changement de surface pour passer au dirt. Cela ne semble toutefois pas une inquiétude pour Pauline Chehboub : " Sealiway travaille sur le sable le matin, et est très impressionnant. On pense que la surface ne va pas lui poser de problèmes particuliers. C'est un cheval très polyvalent ! Il a beaucoup de vitesse, mais nous a prouvé dans l'Arc qu'il tenait aussi la distance. Nous sommes confiants sur le fait qu'il s'adapte à différents tracés et distances. Nous aimons le challenge ! C'est très excitant d'être en lice pour la Saudi Cup, et d'affronter tous ces champions venus des Etats-Unis et du Japon. Mishriff l'a gagné cette année, et est l'un des meilleurs chevaux de gazon en Europe, cela prouve que le défi est réalisable ! "

 

Nous avons donc hâte de retrouver Sealiway en piste le 26 février prochain à Riyadh, face à quelques-uns des meilleurs coursiers de la planète. Il pourrait ne pas y aller seul, car le Haras de la Gousserie envisage également les participations de Skazino dans le Red Sea Turf Handicap, ou encore de Kenway dans la Neom Turf Cup. A noter que les 3 chevaux sont des élèves de Guy Pariente, issus de ses étalons Galiway et Kendargent. Quelle vitrine pour notre savoir-faire français ! 

 

Sealiway pourra t-il succéder à l'européen Mishriff ? Réponse fin février !


Voir aussi...

Prix de l'Opéra : il n'y a pas à "Rougir" d'entraîner dans le Sud-Est

Appartenant au Haras de la Gousserie de la famille Chehboub, Rougir a laissé son coeur sur la piste pour parvenir à l'emporter dans le Prix de l'Opéra (Gr.1), par le plus petit des écarts, mettant à l'honneur son père, le top miler Territories, l'élevage ornais de Jan Krauze, mais aussi son metteur au point, Cédric Rossi, installé sur le centre d'entraînement de Calas, dans le Sud-Est, lui offrant ainsi sa première victoire de Gr.1.