Freddy Head va mettre un terme à sa carrière en fin d'année

19/09/2022 - Actualités
Quatre ans et demi après la cessation d’activité de sa sœur Christiane, Freddy Head a annoncé qu’il arrêterait d’entraîner lui aussi en fin d’année 2022. Une déclaration qui marque la fin d’une ère, d’autant qu’il est l’un des rares crack-jockeys à avoir eu autant de réussite en tant qu’entraîneur ! 
Freddy Head © APRH
 
Installé entraîneur à Chantilly depuis 1997, Freddy Head est l’un des plus grands noms de la profession en plat. À 75 ans, il a décidé de bientôt mettre un terme à sa phénoménale carrière : « L'âge nous rattrape tous et je travaille depuis que j'ai 16 ans ; il est temps pour moi de profiter d'autre chose. J'ai toujours pensé que 75 ans serait le bon âge pour arrêter et je suis ravi. C’est un métier où il faut de la chance, et j'ai eu la chance d'entraîner de très bons chevaux. Cela a été très agréable car lorsque j'étais jockey, j'ai toujours voulu entraîner. La relève est assurée avec mes enfants Christopher et Victoria, qui font un travail fantastique ! »
 
 
Freddy Head lors de sa victoire dans l’Arc en 1979 avec Three Troikas, entraînée par sa sœur Christiane pour le compte de leurs parents, Alec et Ghislaine Head
 
Pas facile de se faire un prénom quand on est le fils d’Alec Head, qui fut lui-même jockey avant de devenir un grand entraîneur (et un grand éleveur au haras du Quesnay !). Disparu le 22 juin dernier, Alec Head a transmis de bonne heure sa passion des courses à ses deux enfants, l’aîné Freddy et la cadette Christiane. Devenu jockey en 1963, Freddy Head a eu une carrière incroyable en selle : sacré Cravache d’Or à six reprises entre 1970 et 1980, il a remporté pas moins de 2.937 courses à l’international, dont plusieurs dizaines de Grs.1. À seulement 19 ans, il gagne son premier Arc de Triomphe avec Bon Mot en 1966, le premier d’une série de quatre (San San en 1972, Ivanjica en 1976 et Three Troikas en 1979). Riverman, Hector Protector, Green Dancer, Reine de Saba, Gold River, Youth, King’s Company ou encore Anabaa, la liste des gagnants de Gr.1 montés par Freddy Head est interminable.
 
Miesque et Freddy Head après leur premier succès dans la Breeders’ Cup Mile, en 1987 © Anne Eberhardt
 
Mais s’il fallait détacher un seul nom, il y en a un qui sort spontanément : celui de l’inoubliable Miesque (Nureyev), entraînée par François Boutin pour la famille Niarchos. Cette véritable crack a remporté dix Grs.1 sous la selle de Freddy Head, dont la Breeders’ Cup Mile et le Prix Jacques Le Marois à deux reprises. Meilleure 2 ans de l'année en France, meilleure 3 ans sur le mile en France et en Angleterre, meilleure femelle sur le gazon aux États-Unis ou encore meilleure jument d'âge en France, Miesque a reçu une pluie de distinctions au cours de sa carrière de course. Elle s’est tout autant distinguée en tant que mère en produisant six black types dont Kingmambo (Poule d'Essai des Poulains, Prix du Moulin de Longchamp & St. James's Palace Stakes, Grs.1), East of the Moon (Poule d'Essai des Pouliches, Prix de Diane et Prix Jacques Le Marois, Grs.1), Miesque’s Son (2e Prix Maurice de Gheest et Prix de la Forêt, Grs.1), Mingun (Celebration Stakes & Meld Stakes, Grs.3) ou encore Moon is Up (Prix de Lieurey, L. à l’époque).
 
Marchand d’Or, le premier champion entraîné par Freddy Head © APRH
 
Lorsque Freddy Head s’est installé entraîneur, il lui a fallu attendre neuf ans pour toucher un cheval de Gr.1, mais quel cheval ! Il s’agit du champion sprinter aux dix Groupes Marchand d’Or (Marchand de Sable), qui a notamment gagné trois fois de suite le Prix Maurice de Gheest (Gr.1) à Deauville pour les époux Giral, ses éleveurs-propriétaires. Un triplé historique qui a été égalé quelques années plus tard par la championne de George Strawbridge Moonlight Cloud (Invincible Spirit), entraînée par… Freddy Head ! Ce dernier est d’ailleurs le recordman de victoires dans l’épreuve avec sept succès, puisqu’il a également remporté l’édition 2018 avec Polydream (Oasis Dream).
 
L’extraterrestre Goldikova … © APRH
 
Mais en termes de palmarès, le meilleur cheval que Freddy Head ait jamais entraîné est l’incroyable Goldikova (Anabaa), qui défendait la casaque et l’élevage des frères Wertheimer. Lauréate de 14 Grs.1 de 3 ans à 6 ans en France, en Angleterre et aux États-Unis, Goldikova a surtout réussi à triompher quatre fois d’affilée dans le Prix Rothschild et trois fois de suite dans la Breeders’ Cup Mile, des records ! Grâce à elle, Freddy Head est devenu la première personne à avoir à la fois monté et entraîné un gagnant de la Breeders’ Cup : le cantilien a été rejoint depuis par Joseph O’Brien, qui a gagné la Breeders’ Cup Turf en tant que jockey avec St Nicholas Abbey (Montjeu), mais aussi la Breeders’ Cup Filly & Mare Turf en tant qu’entraîneur avec Iridessa (Ruler of the World). Parmi les nombreux exploits de Goldikova, on peut également souligner sa victoire dans l’édition 2009 du Prix Jacques Le Marois où elle s’était littéralement envolée, gagnant par six longueurs.
 
 
Et sa petite sœur Galikova, lauréate du Prix Vermeille en 2011 ! © APRH
 
Freddy Head a aussi brillé au plus haut niveau avec la petite sœur de Goldikova, Galikova (Galileo), qui lui a offert son premier Prix Vermeille en tant qu’entraîneur en 2011. Mais également avec Solow, TamayuzCharm Spirit, We Are, Queen’s Jewel, With You, Polydream… Son dernier succès de Gr.1 a été acquis en 2018 dans le Prix du Cadran avec Call the Wind (Frankel), un frère de We Are et With You qui avait débuté sept mois plus tôt par une troisième place à Machecoul : encore un exploit à la Freddy Head ! Ce grand professionnel n'a pas encore gagné de Groupe en 2022, mais il peut espérer remédier à cela avec In Crowd (Dubawi) ou encore Ilic (Iffraaj), qui semblent en avoir les moyens… Avant de goûter à une retraite bien méritée !
 
 
Call the Wind, gagnant du Prix du Cadran en 2018 © APRH

Voir aussi...

Karakontie sur les traces de son ancêtre Kingmambo aux États-Unis

Champion en piste pour la célèbre casaque Niarchos, Karakontie avait enlevé 3 Gr.1 sur le mile, dont la Breeders’ Cup. Entré étalon au Kentucky en 2016, l’arrière-petit-fils de Miesque a un profil qui rappelle forcement son illustre ancêtre Kingmambo, devenu une référence aux USA. Déjà père de plusieurs lauréats de Groupe, dont l’invaincue Spendarella, Karakontie est en train de sa faire un nom outre-Atlantique. 

Les partants possibles de la Saudi Cup : Call The Wind sur les rangs pour défendre son titre !

Disputée les 19 et 20 février prochains à Riyad, la richissime réunion de la Saudi Cup sera ponctuée par la course du même nom, dôtée de 20 M$. On retrouve le gagnant du Jockey Club Mishriff dans la grande épreuve avec notamment Max Player, le frère de l'étalon Seahenge. Côté français, Call The Wind et Freddy Head remettent leur titre en jeu sur la longue distance, accompagnés par des pensionnaires de Francis Henri Graffard, Elisabeth Bernard et Didier Guillemin. VOIR LA LISTE.