Renaud du Vivier : Il Est Français en hommage à Pascaline

27/11/2022 - Actualités
Ce Renaud du Vivier était magnifique, mais il manquait quelqu'un sur la photo aux balances... Crack en herbe, machine pour qui tout semble possible, Il Est Français s'envole dans le dernier Gr.1 de la saison française en obstacle, et rend un hommage vibrant à Pascaline de Lageneste, qui l'a nommé lors de sa prime jeunesse au Haras de Saint Voir avant qu'il ne rejoigne l'effectif de la famille George. 

Il Est Français, une nouvelle étoile en hommage à Pascaline de Lageneste dans le Prix Renaud du Vivier (aprh)

 

Il Est Français, et bien plus que ça. Cheval de tous les superlatifs, il a été annoncé depuis ses débuts comme un phénomène par son premier entraîneur, et éleveur Nicolas de Lageneste. Un peu plus d'un an plus tard, le fils de Karaktar s'envole dans un Prix Renaud du Vivier de haute volée, au dessus de la mêlée, pour un succès qui a des allures d'hommage. En effet, Pascaline de Lageneste nous a quittés il y a maintenant deux semaines, et manquait cruellement sur la photo aux balances. Elle aurait sans aucun doute été très fière de ce "made in Saint Voir", nommé comme tous les autres avec une grande application et finesse par la patronne des lieux... C'était presque une évidence, il fallait qu' Il Est Français s'envole aujourd'hui, pour commencer à penser aux jours meilleurs. 

 

Il Est Français et son entourage : Tom George tout à gauche, et Noel George tout à droite ! (aprh)

 

Cette vieille souche AQPS d'origine "Cyprès-Couétil" a fleuri au sein du Centre-Est jusqu'à arriver à Saint Voir, et à la quintessence de ce que l'on souhaite chez un cheval d'obstacle. Soeur des bons Hard Rock, Sortie de Secours et Un Jour Ou L'Autre, la mère d' Il Est Français, Millésimée, a été conservée poulinière malgré une carrière de courses complètement anecdotique. Elle a sorti le graal en étant croisée à un étalon que Nicolas de Lageneste a repéré et soutenu depuis ses débuts au Haras de Cercy : Karaktar. Le "tornado" de la Nièvre, qui ne manque pas une occasion de se cabrer à chaque portes ouvertes du Haras, connaît une ascension irrésistible, et sort donc dès sa première génération un crack. De très bon augure pour la suite, car il faut toujours penser que le meilleur est à venir...

 

Karaktar

 

Ce Il Est Français illustre d'ailleurs l'avenir de l'obstacle français, sportivement bien sûr, mais aussi dans cette vision que les jeunes entraîneurs, propriétaires et éleveurs devront adopter. Très bon à 3 ans en plat, 2e du convoité Prix Jacques de Vienne derrière un certain Irish Point qui est à l'aube d'une belle carrière en Irlande, Il Est Français a tenu bon pour s'accrocher à son pays natal. Après son premier succès en obstacle en mars dans le Prix de l'Yonne, les offres ont été telles que personne ne pourrait normalement les refuser. Mais Nicolas et Pascaline de Lageneste voulaient absolument le garder en France, comme son nom l'y prédestinait. Une solution quasiment évidente s'est présentée à eux avec la famille George, et le jeune Noel George, un anglais de l'obstacle pur souche, qui veut pourtant faire sa vie aux pays des "frogs". Les temps ont bien changé. 

 

 

Noel George est le fils de Tom George, célèbre entraineur anglais installé non loin de la mecque de l'obstacle à Cheltenham. Travaillant depuis plusieurs années en France, il a décidé d'y passer sa licence d'entraîneur, ce qui est en cours de finalisation, et de s'installer à Avilly Saint-Léonard non loin de Chantilly, pour y travailler conjointement avec Amanda Zetterholm. Les riches propriétaires anglais de la maison, qui dépensent plus pour le plaisir de gagner des grandes courses que pour un but lucratif, se sont naturellement tournés vers notre pays, attractif pour ses allocations certes, mais permettant aussi de former un jeune cheval aux courses avant de l'envoyer au pays avec l'âge. Ainsi, Il Est Français devrait sans doute effectuer des navettes entre la France et l'Angleterre, et pourquoi pas dès cet hiver sur le steeple de Kempton. 

 

 

La famille de Lageneste a donc laissé Il Est Français aux anglais... mais en France ! Richard Kelvin Hughes est rentré dans la propriété du cheval à moitié. Ce passionné de longue date qui a fait fortune dans l'immobilier est lui-même un ovni en son pays, puisqu'il est éleveur/propriétaire, une espèce rare en la perfide Albion. Visionnaire, il veut faire grandir ses propres champions, plutôt que de tous les acheter à prix d'or sur le marché anglo-irlandais, même s'il n'hésite pas à investir. Le meilleur exemple de sa réussite reste Santini, qu'il a fait naître et a gardé sous ses couleurs. Le cheval a gagné Gr.1 à Aintree, et est passé à une encolure de remporter la Gold Cup à Cheltenham en 2020... battu par le "FR" Al Boum Photo. Kelvin-Hughes est un peu un "Lageneste à l'anglaise", et la rencontre s'est faite tout naturellement. On notera la grande classe de l'homme, qui a laissé Il Est Français porter aujourd'hui son ancienne casaque rouge et blanche du Haras de Saint Voir en hommage à Pascaline... et quel hommage !

 

James Reveley et Richard Kelvin Hughes (aprh)

 

Venu en famille à Auteuil, Richard Kelvin Hughes a donc vu son champion en herbe faire voler en éclats le peloton du Prix Renaud du Vivier. Il s'impose sous la selle de James Reveley d'une dizaine de longueurs devant Ine Anjou, une autre fierté locale. Entraînée par le jeune Mathias Solier à Vern d'Anjou pour l'écurie Mustang, la femelle dure comme le roc avait fait se déplacer un car entier de supporters, affrété par ses propriétaires, qui ont reçu plusieurs entrées gratuites pour se rendre à Auteuil encourager la jument. On se serait cru dans un stade de foot de leur côté de la tribune. Il y avait donc de la joie et de la nostalgie pour ce dernier Gr.1 de la saison à Auteuil. Le bonheur est de voir deux jeunes entraîneurs lutter à l'arrivée d'une telle course devant les écuries mammouths. La nostalgie,  car on aurait tous préféré voir le sourire de Pascaline sur la photo aux balances... Mais même de là haut, ça devrait être beau !.  

 

Il Est Français...et les autres 

Le car de supporters d' Ine Anjou a débarqué en force à Auteuil ! 

On en parle dans l'article

Voir aussi...

Disparition de Pascaline de Lageneste : l'obstacle pleure l'une de ses grandes dames

Lundi, une grande femme des courses nous a quittés. Victime d'un tragique accident, Pascaline de Lageneste, la "bonne maman" du Haras de Saint-Voir a fait couler une larme sur le visage de tous ceux qui l'ont connue et aimée pour sa droiture et  sa profonde gentillesse. Pascaline était bien sûr l'épouse de Nicolas, la mère de Justine et Thomas, mais aussi une figure maternelle pour beaucoup de jeunes passionnés passés par Saint Voir. Bref, c'était quelqu'un de bien, une belle personne... et c'est déjà tellement ! 

Il est Français, un extraterrestre made in Saint-Voir

Cet après-midi, Il est Français a relevé haut la main le défi qui l’attendait dans le Prix Pierre de Lassus (Gr.3) en survolant l’opposition, pour sa troisième sortie seulement en obstacle ! Ce pensionnaire de Tom George a été façonné au haras de Saint-Voir par Nicolas de Lageneste, qui l’a non seulement élevé mais également entraîné en début de carrière, et qui en partage la propriété avec Richard Kelvin-Hughes.   

Goa Lil, un AQPS élevé par Jimmy Détouillon met en lumière un duo 100% british

Vendu à Simon Munir et Isaac Souede après une victoire en plat à 3 ans, l’AQPS Goa Lil avait réalisé une honnête carrière dans les gros handicaps anglais chez Nigel Twiston-Davies. Ce dernier l’a entre-temps racheté à ses propriétaires et placé chez son confrère Tom Goerge en vue de courir en France. Grand bien lui en a pris car l’élève de Jimmy Détouillon vient de remporter le Prix de Bensaçon, une Listed sur les haies de Compiègne.