Vorda (Trophées Arqana) : l'embellie généralisée

20/01/2014 - Focus Elevage
Les temps ont soudainement changé, mais il ne fut pas facile tous les jours de s'appeler Velda jusqu'au printemps 2013 et l'explosion de sa fille Vorda. Celle-ci n'a été vendue que 9000 euros, un tarif plus qu'abordable qui était pourtant un exploit authentique pour cette branche de la famille

Vorda avec Olvier Peslier lors de sa victoire dans les Cheveley Park Stakes (Gr.1)

 

La mère Velda a été inscrite 3 fois sur le ring en 2010 et 2011 pour un bilan d'une absence et de 2 rachats à 10 et 12.000 euros. une yearling par Orpen est aussi rachetée 11.000 euros en octobre 2011. Enfin, le Haras du Thenney parvient à vendre une 2e fille d'Orpen, cadette d'un an, yearling en octobre 2012, pour 9000 euros au jeune entraineur du Sud-Ouest Philippe Sogorg et son propriétaire Raymond Picamau, qui avait eu quelques années plus tôt un excellent sauteur à Auteuil : Great Love.

Le top price de la famille

Ce jour-là, Philippe Sogorb avait insisté auprès de M. Picamau pour acquérir la fille de Velda, une gagnante de 2 courses en Italie, arguant que la pouliche lui plaisait physiquement et lui semblait précoce. Après ce sursaut d'intérêt, le calme plat est redevenu loi pour la vie de Velda. En décembre 2012, son foal par Dr Fong part en Allemagne pour 2500 euros. Et elle-même trouve enfin preneur, mais un preneur anonyme pour 1500 euros, l'enchère minimale acceptée, et part au Maghreb. D'un oubli certain, les souvenirs n'ayant pas eu lieu d'être, cette branche est soudainement devenue starisée.

Soudain, l'été dernier...

Vorda gagne en débutant fin avril à Chantilly dans une B, puis remporte le Prix la Flêche (Listed) et pulvérise l'opposition dans le Prix Robert Papin (Gr.2). Elle est dauphine de l'intouchable américain No Nay Never dans le Prix Morny. C'est une formidable aventure pour son entraineur Philippe Sogorb, ancien jockey vedette récemment installé à Mont-de-Marsan. Il n'a arrêté de monter en course qu'en début de saison 2013, et seulement 2 ans plus tôt en 2011, Frankie Dettori lui ayant été préféré, il avait du regarder depuis le vestiaire la victoire de Dabirsim, son partenaire jusque là habituel, acheté yearling à Deauville, dans ce même Prix Morny (Gr.1)...Il n'aura pas eu sa revanche sur l'hippodrome de La Touques, mais il y gagnera bien plus de l'autre côté de la Manche. Battre les anglaises chez eux ! Les pulvériser même dans les Cheveley Park Stakes. Entre, temps, Vorda avait été vendue à Gérard Augustin-Normand, puis cédée à Cheikh Mohammed Al Thani. Vorda et tout son entourage deviennent des stars, y compris sa famille, et surtout son petit frère par Dr Fong, celui qui avait été acquis 2.500 euros en décembre 2012, revendu pour 115.000 euros lors de la première édition de la v.2, en 2013 ! Bien qu'ayant subi un échec dans sa tentative américaine dans la Breeders' Cup de Santa Anita, Vorda marquera l'histoire des courses françaises.

 


Voir aussi...

Focus Elevage

Catcall (Tropheés Arqana): le grand écart

Acheté pour seulement 5.000 euros yearling lors de la session de décembre 2010, Catcall est un cheval de rêve. En 15 sorties publiques, le sprinter a gagné 5 courses et a été à 8 reprises « dans l'argent ». Repéré yearling par Gérard Samama, Catcall a tutoyé les sommets en 2013 pour la casaque de sa femme Mme Gérard Samama. Elevé par Fernand Krief dans l'Orne, Catcall a été placé chez Philippe Sogorb, jeune entraineur à réussite installé à Mont-de-Marsan.

Focus Elevage

Ectot (Trophées Arqana): le déménageur normand

L'un des meilleurs 2 ans de sa génération, Ectot n'a été battu que par Karakontie, le lauréat de Prix Jean-Luc Lagardère (Gr. 1), le jour de leurs débuts communs à Compiègne. Espoir classique après ses succès dans le Critérium Européen du Fond de l'Elevage (Listed), le Prix des Chênes (Gr. 3) et surtout le Critérium International (Gr. 1), Ectot est issu des ventes de yearlings d'Août 2012 où il avait été acheté 75.000euros par Sylvain Vidal pour le compte d'Elisabeth Vidal, sa femme, et Gérard Augustin-Normand. Ce dernier a déjà goûté aux joies d'une victoire classique grâce à Le Havre dans le Prix du Jockey-Club en 2009. Ectot, qui présentait déjà sur le ring un physique très impressionnant, suivra-t-il ses traces ?