Prince Gibraltar (Trophées Arqana) : l'amitié entre les hommes

20/01/2014 - Focus Elevage
Si la chanson dit que les histoires d'amour finissent mal en général, les histoires d'amitiés à travers les chevaux se terminent souvent bien, autour d'un verre, et parfois autour d'un magnum de champagne et même plusieurs comme ce fut le cas pour Prince Gibraltar.

Prince Gibraltar avec Christophe Soumillon lors de sa victoire dans le Critérium de Saint-Cloud.

 

Un gagnant de Gr.1 à 2 ans portant bannière française n'est pas si fréquent. Mais attention, si on considère Jean-François Gribomont comme un porte-drapeau nationale tant sa casaque brille depuis des décennies en France, il ne faut pas oublier que l'homme est aussi belge que Christophe Soumillon, le jockey qui a découvert Prince Gibraltar dans le Critérium de Saint-Cloud (Gr.1) le 9 novembre et s'est envolé avec lui par 5 longueurs. Jean-François Gribomont avait acquis la mère de Prince Gibraltar, Princess Sofia à Cheikh Mohammed Al Maktoum alors qu'elle avait commencé à courir chez Alex Pantall, sans réussir grand-chose avec une 3e place à Evreux comme meilleure performance en 4 sorties.

Une mère aussi tenace que l'éleveur

Mais à force de ténacité, cette fille de Pennekamp, laissée à l'entrainement à Beaupreau, allait devenir une brave combattante gagnante de 5 courses et près de 90.000 euros. Ses 2 premiers produits seront un peu meilleurs sans être des classiques, mais le déclic est survenu avec le 3e produit, Prince Gibraltar, un fils de Rock of Gibraltar. Son talent n'était toutefois pas une évidence a priori pour la clientèle, d'autant plus qu'il est né très tard un 29 mai, puisqu'il a été racheté 40.000 euros en août 2012, présenté par la Reboursière et le Montaigu qui travaille depuis des lustres pour M. Gribomont. Ce dernier l'envoie donc chez Pantall. Le poulain alezan fait une telle sensation lors d'une victoire fin septembre à Maisons-Laffitte qu'il suscite des intérêts.

 

 

Vendu, mais pas exporté

Mais plutôt que d'être vendu hors de nos frontières, il devient l'objet d'une nouvelle association entre Jean-François Gribomont et deux hommes qui ont écrit de belles pages des courses depuis une dizaine d'années : Hervé Morin (Ecurie La Vallée Martigny) et Eric Pokrovsky. Le haut responsable politique, Président du Nouveau Centre, et l'ex PDG de Hertz France devenu directeur général France de Feu Vert, se sont lancés en achetant modestement un poulain à réclamer. Mais celui-ci, Poly Dance, confié à Jean-Claude Rouget qui ne recrute pourtant jamais à réclamer, allait gagner tellement de courses qu'il aura réuni un pécule suffisant pour acheter un yearling à Deauville...Literato ! Ce héros national, vainqueur des anglais dans les Champion Stakes est devenu étalon à La Reboursière et a donné à Hervé Morin une immense satisfaction plus seulement de propriétaire mais aussi d'éleveur avec les succès de sa fille Alterité, également lauréate de Gr.1. ce duo accorde depuis le début une confiance totale à Jean-Claude Rouget, ce que explique le transfert de Prince Gibraltar de l'Ouest au Sud-Ouest. Celui-ci tentera désormais de faire dans le Jockey-club avec Prince Gibraltar encore mieux qu'avec Literato, qui y avait conclu 2e de Lawman.

 

 


Voir aussi...

Focus Elevage

Catcall (Tropheés Arqana): le grand écart

Acheté pour seulement 5.000 euros yearling lors de la session de décembre 2010, Catcall est un cheval de rêve. En 15 sorties publiques, le sprinter a gagné 5 courses et a été à 8 reprises « dans l'argent ». Repéré yearling par Gérard Samama, Catcall a tutoyé les sommets en 2013 pour la casaque de sa femme Mme Gérard Samama. Elevé par Fernand Krief dans l'Orne, Catcall a été placé chez Philippe Sogorb, jeune entraineur à réussite installé à Mont-de-Marsan.

Focus Elevage

Ectot (Trophées Arqana): le déménageur normand

L'un des meilleurs 2 ans de sa génération, Ectot n'a été battu que par Karakontie, le lauréat de Prix Jean-Luc Lagardère (Gr. 1), le jour de leurs débuts communs à Compiègne. Espoir classique après ses succès dans le Critérium Européen du Fond de l'Elevage (Listed), le Prix des Chênes (Gr. 3) et surtout le Critérium International (Gr. 1), Ectot est issu des ventes de yearlings d'Août 2012 où il avait été acheté 75.000euros par Sylvain Vidal pour le compte d'Elisabeth Vidal, sa femme, et Gérard Augustin-Normand. Ce dernier a déjà goûté aux joies d'une victoire classique grâce à Le Havre dans le Prix du Jockey-Club en 2009. Ectot, qui présentait déjà sur le ring un physique très impressionnant, suivra-t-il ses traces ?