Un Temps Pour Tout (trophées Arqana) : le Saint-Voir masqué

20/01/2014 - Focus Elevage
Il porte un nom qui sonne bien le Haras de Saint-Voir, et pourtant Nicolas de Lageneste n'apparait nul part dans l'entourage du gagnant du Prix de Maisons-Laffitte (Gr.3) à Auteuil. L'homme de l'Allier a pourtant élevé le pensionnaire de François Nicolle (vendu depuis Outre-Manche), sans vraiment l'avoir décidé à la base... L'éleveur d'Un Temps pour Tout est Felix Talbot, un irlandais, et d'ailleurs, le fils de Robin des Champs porte le suffixe IRE. Mais en fait, il est arrivé foal non nommé en France.


Un Temps pour Tout après sa victoire dans le Prix de Maisons-Laffitte (Gr.3)

 

Mais qui est Felix Talbot ?

En effet, Un Temps pour Tous a grandi à la maison, explique Nicolas de Lageneste." C'est une histoire étonnante. J'avais vendu la mère en Irlande en 2008 pour le compte d'un client, qui avait alors amené 2 juments à la saillie de Robin des Champs, la Rougedespoir en question, et sa mère Annie d'Ecajeul. Les 2 juments ont été pleines, mais le client irlandais, victime de la crise de 2008 en Irlande, n'a jamais pu payer... On sait Nicolas de Lageneste avoir des principes, notamment celui d'être droit en affaire et d'aider son prochain. Il règle le vendeur, Daniel Torcheux, un homme venu de l'Eure-et-Loire, sur ses deniers personnels ! Felix Talbot m'avait promis de me renvoyer la mère suitée et repleine de Robin des Champs (NDLR : vendu entre temps par Saint-Voir à Rathbarry en Irlande) au printemps suivant." De fait, Rougedespoir avec son foal qui sera nommé Un Temps pour Tout, né en Irlande et officiellement élevé par Felix Talbot, arrive en Allier peu avant le sevrage.

 

 

Une bonne vieille souche, ou une souche bonne mais vieille

Mais pourquoi un tel intérêt pour une jument elle-même nulle en course (2 fois arrêtée en 2 sorties), issue du décevant Bonnet Rouge et d'Annie d'Ecajeul qui était aussi très nulle en courses (9 bulles pour 9 sorties !) et n'a eu que 4 produits en 14 années de carrière de poulinières dont un seul petit lauréat en steeple ? En fait c'est une bonne souche qui remonte aux familles d'Ecajeul de chez M. Bara. La grand-mère est soeur de Voy Por Ustedes, En La Cruz et Le Pero. La famille était tout simplement endormie car sous-exploitée depuis un bon moment. C'est plus facile à dire après. Et même si le nom Rougedespoir a sûrement touché Nicolas, qui est très attaché à cette couleur, sur le moment, il fallait quand même y croire et avoir la grandeur d'âme de payer un client dans ces conditions. D'autant plus que les choses n'ont pas été toutes roses ensuite. " J'ai présenté Un Temps pour Tout aux ventes qui étaient alors à Saint-Cloud. Je l'ai racheté 15.000 euros mais revendu à l'amiable pour la même somme à Pierre Boulard pour le compte de Sue Bramall. Il est alors parti au pré-entrainement à Richelieu chez Vincent Leroy, qui y travaillait avant de s'installer en Bretagne. Par contre, je n'ai pas eu beaucoup de chance avec la mère. Le poulain qui a été conçu en Irlande de Robin des Champs a du être euthanasié car victime de la maladie de chien. Ensuite, un autre mort d'arthrose, puis un avorté ! Actuellement, elle est pleine de Laverock, je me suis associé avec un ami." Partager les joies et les peines, ça ne vaut pas que pour les mariages...

 


Haras de St Voir - L'élevage de Nicolas de... par FranceSire


Voir aussi...

Focus Elevage

Catcall (Tropheés Arqana): le grand écart

Acheté pour seulement 5.000 euros yearling lors de la session de décembre 2010, Catcall est un cheval de rêve. En 15 sorties publiques, le sprinter a gagné 5 courses et a été à 8 reprises « dans l'argent ». Repéré yearling par Gérard Samama, Catcall a tutoyé les sommets en 2013 pour la casaque de sa femme Mme Gérard Samama. Elevé par Fernand Krief dans l'Orne, Catcall a été placé chez Philippe Sogorb, jeune entraineur à réussite installé à Mont-de-Marsan.

Focus Elevage

Ectot (Trophées Arqana): le déménageur normand

L'un des meilleurs 2 ans de sa génération, Ectot n'a été battu que par Karakontie, le lauréat de Prix Jean-Luc Lagardère (Gr. 1), le jour de leurs débuts communs à Compiègne. Espoir classique après ses succès dans le Critérium Européen du Fond de l'Elevage (Listed), le Prix des Chênes (Gr. 3) et surtout le Critérium International (Gr. 1), Ectot est issu des ventes de yearlings d'Août 2012 où il avait été acheté 75.000euros par Sylvain Vidal pour le compte d'Elisabeth Vidal, sa femme, et Gérard Augustin-Normand. Ce dernier a déjà goûté aux joies d'une victoire classique grâce à Le Havre dans le Prix du Jockey-Club en 2009. Ectot, qui présentait déjà sur le ring un physique très impressionnant, suivra-t-il ses traces ?