Un derby du Kazakhstan made in Bretagne à la sauce Haie Neuve !

22/09/2020 - Actualités
Aussi peu connu qu'il est curieux à regarder, le Derby du Kazakhstan, un pays où la culture équine est ancestrale, est tombé dans l'escarcelle d'un "Fr" ! Hurricane Princess est née et a grandi au Haras de la Haie Neuve en Bretagne, qui l'a vendue pour le compte de son éleveur Harry Parkes, un anglais transporteur équin très attaché à la France, malheureusement disparu l'an dernier. 

Le petite Hurricane Princess offre le Derby du Kazakhstan à l'élevage français !

 

En septembre, à l'extrémité sud-est du Kazakhstan, l'hippodrome d'Almaty, la plus grand ville du pays, accueille le Derby local. La piste ressemble plus à celle d'un centre d'entraînement, en sable assez lourd, et une belle tribune émerge au milieu des arbres un peu mal taillés. C'est le charme des courses "simplistes", pas dans le mauvais sens du terme, mais dans celui où on se retrouve au milieu de nulle part avec pas grand-chose si ce n'est notre passion du cheval. Le Derby du Kazakhstan est en cela rocambolesque, avec du public qui court au bord de la piste, une course menée à toute berzingue, loin des tactiques à la française ! Le Kazakhstan, bien qu'il ne soit pas connu pour sa défense des droits de l'homme et de la démocratie, est un pays qui a la culture équine chevillée au corps, venant des nomades peuplant les steppes. Là-bas, on peut retrouver des courses comme le Derby, mais aussi des marathons, des épreuves de 11 à 22km, courues au petit canter, parfois avec des chevaux achetés en France, comme ce fut le cas en novembre dernier à ARQANA (lire l'article). 

 

 

 

Bien loin du sable et de la chaleur kazak, le petit village d'irréductibles bretons de Mondevert accueille lui une toute autre entreprise équine, le Haras de la Haie Neuve. Très à l'aise avec les relations internationales, la Haie Neuve commerce avec l'Argentine, l'Irlande. Gagner un Derby est un rêve pour tout éleveur, et la Haie Neuve a déjà sorti Pedro Cara, vainqueur du Qatar Derby en fin d'année dernière. Cette fois-ci, c'est au Kazakhstan qu'un Derby est tombé dans l'escarcelle de Tangi Saliou et son équipe, grâce à Hurricane Princess, une pouliche achetée 2000 € à la vente d'Automne 2018 ARQANA par Andriy Ostapchuk (Imperial Bloodstock). Tangi Saliou se souvient: " C'était une très belle pouliche, que j'aurais même pu acheter dans d'autres conditions ! C'est amusant de la retrouver au bout du monde. C'est un peu la marque des produits de son père Hurricane Cat, qui a fait des vainqueurs quasiment partout. C'est une vraie star aujourd'hui en Argentine ! ". En effet, Hurricane Princess est issue de l'ancien sire de la Haie Neuve, qui est maintenant installé de manière permanente au pays des gauchos, à ne pas confondre avec "les gauchos", qui eux ne seraient certainement pas très bien accueillis au Kazakhstan... Hurricane Princess descend d'une belle famille Haie Neuve, où l'on retrouve Monatora, mère de Hurricane, Francesco Béré, et du très prometteur Mon Bel Canto

 

Tangi Saliou du Haras de la Haie Neuve

 

L'éleveur de Hurricane Princess, bien qu'elle soit née et ait grandi à la Haie Neuve, est un anglais, Harry Parkes, malheureusement disparu brutalement l'an dernier d'une maladie, à seulement 68 ans. Tangi Saliou nous en parle: " Harry était quelqu'un de très gentil, et sa femme a toujours 2 juments à la maison, dont Malacca Straits, la mère de plusieurs gagnants. Ils ont élevé Sumatran Tiger, qui avait laissé entrevoir de belles promesses à 2 ans. Harry était un client de longue date de la Haie Neuve, et connaissait très bien la France." En effet, Harry Parkes avait commencé en 1973 à Hipavia, aujourd'hui la STH, à travailler dans le transport équin, où il s'est fait une renommée. Il a ensuite fondé Parkes International Transport, qui emmène les chevaux de courses aux 4 coins du monde depuis l'Angleterre en avion. Godolphin notamment était un gros client de Harry Parkes. Passionné d'élevage, il avait acheté en 2015 Gwenelda, la mère d'Hurricane Princess pour 11 000 Gns, alors pleine de Zoffany, avant que ce dernier ne devienne l'étalon couru que l'on connaît. A l'image de son éleveur, Hurricane Princess a fait de grands voyages pour se retrouver à l'entraînement chez Nurzhigit Tabyldiev, que l'on connait évidemment tous, sous la selle du fameux Ramazan Tabyldiev, qui a célébré sa victoire par 10 longueurs comme s'il venait de gagner l'Arc ! Evidemment, c'est un accomplissement que de gagner le Derby local, et Tangi Saliou, alors même qu'il venait de sponsoriser une listed d'un tout autre niveau à Craon avec son nouvel étalon Le Brivido, apprenait grâce à France Sire qu'il avait élevé un gagnant de Derby de Kazakhstan...Une nouvelle idée de voyage ? 

 

Voici la seule photo que nous avons pu trouver de Harry Parkes


On en parle dans l'article

Voir aussi...