Go Athletico à la Breeder's Cup: " On vit un rêve éveillé "

30/10/2020 - Actualités
Le pensionnaire de Philippe Decouz Go Athletico s'est envolé pour Keeneland afin de participer à la Breeder's Cup Juvenile Turf. A une semaine de la grande course, nous avons recueilli les impressions de ses co-éleveurs, Camille et Guillaume Vitse de Normandie Breeding, qui vivent un rêve éveillé, tout comme son co-propriétaire Tanguy Moreux, dont c'est l'un des tout premiers cheval de course...une histoire hors du commun !  

 

Go Athletico, le rêve d'une bande de copains dans la Breeder's Cup Juvenile Turf...(APRH)

 

Dans les plus grandes joutes hippiques au monde, il y a bien de la place pour les "petits", malgré les apparences. Loin des grosses puissances financières des courses, le 2 ans Go Athletico, entraîné à Chazey Sur Ain par Philippe Decouz, va affronter l'élite des 2 ans mondiaux la semaine prochaine dans la Breeder's Cup Juvenile Turf (Gr.1). Si vous aviez dit ça au début d'année à son entourage, il n'y aurait sans doute pas cru. Mais tout va très vite dans les chevaux, dans un sens comme dans un autre, et c'est ce qui permet aux "petits" de rêver de devenir grand. Son entourage le dit lui-même, l'histoire de Go Athletico: "c'est un rêve éveillé". A une semaine de l'évènement, le stress monte...

 

Guillaume Vitse de Normandie Breeding, co-éleveur avec sa femme Camille de Go Athletico (© Jérôme Guillemine) 

 

Commençons par les co-éleveurs, Camille Vitse et Philippe Decouz. Camille et Guillaume Vitse se sont associés à l'entraîneur sur la mère Byburg. Guillaume nous explique: " Je connais Philippe Decouz depuis plus de 20 ans. A l'époque, je travaillais au Haras du Mesnil, et lui chez Dominique Sépulchre. Nous étions très proches l'un de l'autre, et on s'est lié d'amitié. Avec Byburg, la mère de Go Athletico, c'est la première fois qu'on s'associe sur une jument. Il me l'avait proposée à la fin de sa carrière de course, et voilà comment a commencé l'histoire. Son premier produit, By The Way, a gagné, et Go Athletico est le 2e. Elle a un foal de Recorder et est pleine de Tornibush. Maintenant que Go Athletico a gagné à haut niveau, on va se poser la question de faire des croisements un peu plus commerciaux avec elle... Mais ce qu'on vit là est génial. C'est un rêve...éveillé car on ne dort pas trop en ce moment ! On a le droit d'y croire, vu les performances du cheval, qui a en plus beaucoup de vitesse, ce qui est important pour les parcours américains. Il est très facile et voyage bien, donc on ne s'inquiète pas de ce côté là."

 

La bande d'amis entourant Go Athletico après son succès de Gr.3. Camille Vitse, Minh Nguyen Moreux, Robin Mouterde, Tanguy Moreux ou encore Thibault de Seyssel. (APRH)

 

" La Breeder's Cup, c'est un rêve de gosse, le rêve américain. Je me rappelle que j'avais des photos d'Alysheba à l'époque, et s'y retrouver, en plus entre amis, c'est fou. On va tout faire pour aller sur place, même si la situation actuelle complique les choses. Philippe n'appuie jamais trop sur ses 2 ans, et on ne pouvait pas imaginer en arriver là avec Go Athletico. Il est né au Haras de la Huderie. C'est leur responsable, Béranger Bussy, un ami, qui s'en est occupé au début, et je le remercie énormément. Le poulain est ensuite arrivé chez nous en juillet, et on a dû le castrer, car il était très chaud ! Je l'ai retrouvé dans le pré de mes juments vides un jour... Ce n'est pas un regret, car avant le coup il n'avait pas de quoi être étalon, et il n'aurait pas pu montrer son vrai potentiel. C'est aussi une très belle histoire pour mon ami Tanguy Moreux, dont le cheval porte la casaque... Pour sa première année en tant que propriétaire, c'est incroyable d'en arriver là. "

Tanguy MOREUX (@TanguyMoreux) | ??????

Tanguy Moreux dans son quotidien d'entrepreneur, sans le masque pour quand même le reconnaître ! 

 

Tanguy Moreux justement, parlons-en ! Ce chef d'une entreprise informatique suivait depuis longtemps le monde des courses, mais de loin. Sa mère fabriquait des casaques, et c'est ainsi qu'il a connu Guillaume. A une semaine de la Breeder's Cup, il nous raconte cette folle aventure pour un tout jeune propriétaire: " C'est extraordinaire, j'ai beaucoup de chance. La Breeder's Cup c'est quelque chose de particulier. Je me rappelle qu'avec ma famille, on se faisait des soirées pizzas-Breeder's Cup. C'était tard la nuit, il y a une atmosphère particulière...et là on y est ! J'avais toujours suivi les courses de loin, et Guillaume m'a convaincu de s'associer. On a d'abord eu Mearas Style, qu'on a acheté foal et fait courir cette année. Pour Go Athletico, c'est encore une opportunité saisie. Je mangeais avec Guillaume la veille de ses débuts, et je lui demandais s'il avait un cheval sur lequel je pourrais m'associer. Il m'a proposé Go Athletico, qui a débuté sous les couleurs de Philippe Decouz, avant de passer sous ma casaque. Au début, on suivait les courses à distance à cause des restrictions. C'était un peu frustrant de vivre ça par procuration. Heureusement, pour la victoire du cheval dans le prix La Rochette, tout le monde pouvait être là, sauf Guillaume qui s'occupait du Haras. Ma compagne, aussi associée sur le cheval, était là aussi, et mon autre associé commence à s'intéresser aux courses. On a tout de suite eu la Breeder's Cup dans un coin de la tête après son Gr.3. Il est hongre et n'a pas trop d'options en Europe. "

 

Philippe Decouz vit aussi une grande première (APRH)

 

" A Longchamp, je me suis vraiment rendu compte de ce que l'on vivait. Entouré de tous les "classiques", on réalise que c'est possible d'arriver à haut niveau avec des moyens plus modestes. C'est le coeur des courses, de vivre ce genre de moments entre amis. On a déjà des autres projets d'investissements sur des yearlings avec la même bande. Ce serait génial d'aller à Keeneland, on a été invité, et on met tout en oeuvre pour y être. Si ce n'est pas possible, on vivra ça ensemble, à distance... mais bon, c'est déjà extraordinaire d'être au départ, qui plus est avec une chance. "

Go Athletico a en effet une vraie chance, puisqu'il est irréprochable, et a surtout battu lors de leurs deux rencontres son acolyte français Sealiway. Le rêve de Go Athletico, qui offre une grande première dans la Breeder's Cup à tout son entourage, est un conte de fées, comme il peut en arriver à chacun de nous dans les chevaux. Il faut de la chance bien-sûr, mais aussi y croire, relever les défis, et surtout s'entourer des bonnes personnes. La bande d'amis autour de Go Athletico réalise bien que ce qu'ils ont déjà accompli est exceptionnel...Espérons que le rêve continue à Keeneland...

 

Go go Go Athletico ! (APRH)


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Rêves de cracks... au Haras du Pley

Dimanche 26 juillet, sous le soleil du Bassin d’Arcachon, la casaque bleue écartelée rouge, manches rouges, de Mme Anne de la Motte Saint Pierre a brillé, pour la 1 ère fois cette saison, grâce à Kergrist, un représentant de l’élevage dirigé par Anne et Baudouin, son mari. Cette victoire tombe à pic pour vous présenter les petits de l’année que nous avons rencontrés, pour vous, ces dernières semaines. Direction l’Orne et la petite commune de Radon… 

Goken, étalon alliant vitesse et précocité "Made in France"

Si nos voisins anglais et irlandais restent les maîtrespour rentrer des étalons dont les premières générations sortent gagnantes dès l’âge de deux ans, la France peut aujourd’hui compter sur Goken, auteur d’un tonitruant début de saison, avec ses premiers produits déjà lauréats en piste. Un modèle de vitesse et de précocité, qui trouve ses racines dans une région faite pour produire des gagnants à deux ans : le Sud-Ouest.