Le méconnu Prince d'Alienor signe sa 1ère victoire d'étalon à Pau

21/01/2021 - Actualités
Elle s'appelle Nuit d'Aliénor, et a gagné sa première course à Pau sous la casaque de l'écurie Pur-Sang d'Aliénor. Son père, le méconnu Prince d'Aliénor, guerrier des pistes ayant entre autres servi de leader à Intello, portait également ces mêmes couleurs en début de carrière, et était entraîné par Charles Gourdain comme sa fille, qui lui offre une 1ère victoire alors qu'il n'a que 5 produits déclarés sur France Galop ! 

Prince d'Aliénor sous sa première casaque, se distingue aujourd'hui comme étalon à Pau, un hippodrome qui fut son terrain de chasse (APRH)

 

Prince d'Aliénor fait partie de ces étalons qui n'ont pas eu le bonheur de beaucoup user leurs attributs avec ces dames. En tout, 14 saillies sont enregistrées sur sa page IFCE depuis ses débuts, avec 6 maximum en 2016, et aucune en 2017, année où il avait vraisemblablement été privé de dessert. En effet, peu de gens, si ce ne sont les turfistes spécialistes ou ceux qui l'ont connu à l'entraînement, se rappellent de Prince d'Aliénor. Il fut pourtant un vrai dur en piste.  

 

Prince d'Aliénor à Pau avec toute l'équipe de l'écurie Pur-Sang d'Aliénor et son entraîneur Charles Gourdain et jockey Charles Nora, en 2011 (APRH)

 

Acheté 27.000€ à l’âge de 2 ans par son futur entraîneur Charles Gourdain, Prince d’Alienor a gagné à Pau à 2 et à 3 ans pendant l’hiver 2010-2011. Au printemps de ses 3 ans, il se place pour la première fois de Listed dans le Prix du Pont-Neuf en battant entre autres l’excellent Blue Soave. Gagnant d’une courses à conditions à l’automne sur le mile de ParisLongchamp, l’une de ses 8 victoires au total, Prince d’Alienor a ensuite changé de casaque pour défendre celle de l’Ecurie la Boétie à 4 ans quand il gagne à Lyon et La Teste mais aussi quand il se place à l’arrivée de 4 Listed et 2e de Tin Horse dans le Prix Messidor (Gr.3). D’ailleurs, un an plus tard, Prince d’Alienor retente sa chance dans le Prix Messidor tout en ayant été le leader d’Intello qui gagne la course; Prince d’Alienor termine au pied du podium. Le fils de Verglas, lui-même un cheval extrêmement dur, a été acheté entre-temps par les frères Wertheimer pour servir de leader au gagnant du Prix du Jockey-Club en course comme à l’entraînement.

 

Prince d'Aliénor sous casaque Wertheimer, à l'époque où il servait de leader à Intello (APRH)

 

Le fait est que Prince d'Aliénor a été un cheval marquant pour ses premiers propriétaires, l'écurie Pur-Sang d'Aliénor, présidée par Florence Gourdain, la femme de Charles Gourdain, qui a été donc son premier entraîneur. Il est aussi le mentor de ses deux seuls produits vus en piste, Prince Mad, plusieurs fois placé, et Nuit d'Alienor, qui a gagné sa première course cet après-midi dans un réclamer palois, sous la même casaque que son père. Prince d'Aliénor a d'abord sailli au Haras de la Gesse, un pôle de reproduction près de Toulouse spécialisé dans le Lusitanien, le KWPN et les Hanovriens, mais moins dans les pur-sangs. Prince d'Alienor a ensuite fait une pause d'un an sans saillir en 2017, avant de rejoindre le Haras des Fontaines de Thierry Abadie, où il n'a pas pu trouver sa place auprès des éleveurs. Cette année, il a sailli 3 juments, dont une de selle, chez Mathieu Cotineau Mora dans la Creuse, qui vraisemblablement est celui qui en a la charge aujourd'hui. 

 

 

Ainsi Prince d'Aliénor, seulement soutenu par ses ex-propriétaires, a réussi à faire un gagnant avec seulement 5 produits enregistrés sur France Galop. Issu d'une mère par Anabaa placée de listed chez Criquette Head, et donc fils de l'illustre Verglas, il fait partie de ces coursiers durs et méritants qui ont eu une petite chance comme étalon. Prince d'Aliénor ne sera à moins d'un miracle jamais une tête de liste, mais la rareté de sa production rend cette victoire particulière, sans doute également pour Charles et Florence Gourdain, car entraîner les produits d'un cheval que l'on a connu avant qu'il ne soit étalon a une saveur toute particulière ! Prince d'Aliénor se rappelle à leur bon souvenir, et continue de faire plaisir aux gens qui l'ont entouré, c'est bien le plus important ! 

 

Nuit d'Aliénor, même casaque que papa, mais plus la même époque ! 

 


Voir aussi...

Honneur A Estivaux, et à deux grands noms de l'élevage d'Anglo-Arabes en France

Déjà victorieuse à Pau de cette épreuve en 2020 grâce à Galien de Lagarde, l'écurie Couderc a de nouveau inscrit à son palmarès l'important Prix Émile Lestorte, remporté cette année par l'estimé Honneur A Estivaux, un fils de Kapgarde entraîné par Daniela Mele et issu de la fantastique Noces d'Or A Estivaux, lauréate de deux Grand Prix des Anglo-Arabes à Longchamp parée de la casaque de feu Charles de Chaisemartin.

Trophée National du Cross - Haras du Lion : Bomari, et la passion de William Menuet pour le Cross

La 1ère étape du Trophée National du Cross Haras du Lion 2e édition nous a réservé un digne spectacle ! Malgré une météo affreuse, et la dérobade du petit mais bien malin Blason d'Or, l'arrivée a été spectaculaire. A la finale, c'est le doyen de 10 ans Bomari qui a remporté la course, se plaçant comme l'un des favoris du prochain Grand Cross de Pau, à la plus grande joie de son entraîneur fan de la discipline, William Menuet. VOIR LE REPORTAGE. 

Trophée National du Cross - Haras du Lion : bis repetita pour Blason d'Or dans la 1ère étape paloise ?

Comme lors de son lancement en 2020, le Trophée National du Cross - Haras du Lion aura pour première étape Pau et son Prix John Henry Wright, disputé ce dimanche 17 janvier. Une épreuve remportée l'an dernier par Blason d'Or, un représentant de Gabriel Leenders qui va devoir croiser le fer avec quatre autres élements de grande qualité cette année, que nous vous proposons de découvrir sans plus attendre !

Gareth de Larachi, la revanche d'un frère dans le Grand Cross des Anglo-Arabes

Son grand frère avait échoué du plus petit des "nez" dans ce Prix Jean Granel en 2019. Gareth de Larachi a fait plus que le "venger" cette année, s'imposant avec brio, à Pau, dans ce Grand Cross des Anglo-Arabes, à la plus grande joie de ses éleveurs berrichons de la Scea de l'Arachi, la famille Liut, et de son entraîneur de Dragey, Éric Lecoiffier, toujours aussi redoutable pour dresser les chevaux sur l'obstacle, notamment en cross.