Yukata comme une championne : que sont devenus les achats "Wildenstein" de Peter Brandt ?

24/11/2021 - Actualités
Le 18 novembre 2016, Peter Brandt, qui effectuait alors un grand retour dans le monde hippique après plus de 20 ans d'absence, achetait 10 juments de la dispersion Wildenstein pour un peu plus de 5M € à Goffs. 5 ans après, Yukata, une fille de Galileo et d'un achat de l'époque, Blue Kimono, fait une énorme impression en débutant sous ses couleurs... L'occasion de revenir sur les destins divers des achats de l'époque ! 

Yukata, un nouvel espoir classique pour Peter Brandt, sortie de la dispersion Wildenstein de 2016 (aprh)

 

Une pointe de vitesse à plus de 68km/h a cloué sur leur chaise la plupart des gens qui ont assisté hier à la course d'inédites de 2 ans disputée à Deauville. Entraînée par Jean Claude Rouget, la belle Yukata a ainsi fendu le peloton en quelques foulées, avec un jeu de jambes supersonique qui laisse entrevoir des espoirs classiques l'an prochain. La pouliche défend les couleurs de Peter Brandt (White Birch Farm), que l'on voit de plus en plus dans le paysage français depuis que l'hexagone a révélé son champion Sottsass, gagnant de l'Arc et du Jockey Club avant de devenir étalon à Coolmore. Il a aujourd'hui une quinzaine de chevaux déclarés à l'entraînement chez Jean Claude Rouget. 

 

 

Très fortuné, Peter Brandt est le propriétaire du deuxième plus gros fabricant de papier d'Amérique du Nord, mais également un collectionneur d'art majeur. Lui qui a connu un âge d'or des courses aux Etats-Unis dans les années 70-80 avec Just A Game et Gulch, mais aussi en tant qu'éleveur du champion du dirt Thunder Gulch, il avait complètement arrêté son activité hippique en 1990, alors qu'il était l'objet d'une enquête pour évasion fiscale. Mais en digne représentant de "l'American Spirit", il s'est relevé de ce crash et est revenu en 2016 dans les courses à coup de gros investissements, devenant un acteur majeur des deux côtés de l'Atlantique en quelques années, et réalisant donc son rêve de remporter l'Arc de Triomphe, auparavant impossible puisqu'il n'avait des chevaux qu'aux Etats-Unis et pas un seul sur le vieux continent. S'associant aujourd'hui avec Coolmore, tout en étant l'une des casaques emblématiques du turf américain, Peter Brandt avait surtout beaucoup fait parler en investissant massivement sur les juments issues de la dispersion Wildenstein en novembre 2016 à Goffs. 

 

Peter Brandt aux côtés de Sottsass après son sacre dans le Jockey Club 2019 (aprh)

 

A l'époque, le Castlebrigde Consignment présentait durant tout l'automne des yearlings, foals, poulinières et sorties d'entraînement issues de la galaxie Wildenstein, qui effectuait une importante réduction d'effectif. Cette vente, qui avait fait les gros titres à travers le monde, avait vu Peter Brandt, sous le nom de son entité White Birch Farm, acheter 10 poulinières et jeunes juments pour un peu plus de 5M €, dont la classique française Beauty Parlour pour 1,6M d'euros. Ces 10 juments ont connu des fortunes diverses, mais permettent aujourd'hui à Peter Brandt de rêver à une nouvelle aventure classique en France avec la belle Yukata. 

 

Blue Kimono, la mère de Yukata, lors de la vente Goffs 2016 où elle avait été acquise par White Birch Farm

 

Fille du roi Galileo, dont elle est d'ailleurs très signée, Yukata a pour mère Blue Kimono, qui avait été acquise en 2016 pour 675 000 €, pleine d'Australia. Soeur de Beauty Parlour par Invincible Spirit, Blue Kimono avait gagné en France chez Alain de Royer Dupré, et a produit maintenant 2 gagnants avec Yukata, après un 3 ans par Frankel, Poet Of Life, qui a vaincu 2 fois chez John et Thady Gosden. Il semble d'ailleurs être le seul représentant de la casaque Brandt à avoir été entraîné en Angleterre cette saison. Yukata semble être d'un autre bois, et a d'ailleurs une propre soeur qui est yearling, nommée Japanesque

 

La cour du Castlebrigde Consignment en 2016 à Goffs, qui regroupait toutes les juments de la dispersion Wildenstein 

 

Les autres juments achetées par White Birch Farm en 2016 à la dispersion Wildenstein n'ont pas toutes le même destin. 2 ont changé de mains depuis, à savoir Peinture Rare, gagnante de groupe et soeur de Peintre Célèbre, mais aussi Parade Militaire, une cousine de Stradivarius. Achetée 270 000 € à l'époque, elle a été revendue 30 000 $ à Keeneland en novembre 2018, pleine du méconnu Mastery. Jeremy Brummit signait alors le bon pour le propriétaire de Stradivarius, Bjorn Nielsen, qui a refait le croisement avec Sea The Stars, pour donner une femelle en 2020. Elle a été achetée 70 000 Gns par Charles Gordon Watson au book 2 de Tattersalls cette année. Quant à Peinture Rare, elle a été revendue 42 000 $ à Glenvale Stud en 2019, pleine d'Air Force Blue, alors qu'elle avait été achetée 410 000 € en 2016. Son 2 ans, Siege Of Boston, a débuté 3e cet été aux Etats-Unis, dans le cadre d'une association entre Peter Brandt et Joseph Allen, qui est le propriétaire du père War Front

 

Stone Age, espoir classique pour Peter Brandt et Aidan O'Brien après sa probante 2e place dans le Critérium de Saint Cloud, issu d'une mère achetée à Goffs en 2016 (aprh)

 

Parmi les autres juments achetées en 2016, quelques-unes se sont illustrées avec leur production cette année. Bonanza Creek, soeur de Bright Sky achetée 270 000 €, est la mère du prometteur Stone Age. Ce 2 ans par Galileo, exploité en association avec la team Coolmore, a terminé sa saison par une excellente 2e place dans le Critérium de Saint Cloud (Gr.1) pour Aidan O'Brien. S'il est encore maiden, il peut assurément être qualifié d'espoir classique, et a une petite soeur yearling par Frankel. De son côté, Jean Claude Rouget a fait gagner en débutant un poulain intéressant nommé Agador, qui a ensuite terminé 3e d'une classe 2 en se montrant très bébé. Sa mère Marunouchi avait été achetée "seulement" 90 000 € à Goffs en 2016, et a un yearling par Siyouni qui est déjà à l'entraînement chez Jean Claude Rouget. Il entraîne également un 2 ans par Kingman et Amerique, une fille d'Aquarelliste achetée 975 000 € en 2016, qui a déjà produit la bonne Maqsad, gagnante de listed pour la casaque Shadwell. 

 

Revoir la championne Beauty Parlour à la vente Goffs en 2016 

 

Il y a enfin les cas particuliers de Rosa Bonheur et Beauty Parlour. Cette dernière, célèbre gagnante de la Poule d'Essai en championne pour Elie Lellouche, avait donc été achetée 1,6M par Peter Brandt, pleine de Kingman. Le poulain né l'année suivante, Edge Of Victory, a gagné son maiden en France pour Jean Claude Rouget, qui veille également sur la 2 ans par Galileo, nommée Bouffant. Beauty Parlour a également une yearling par Galileo, French Bob. Elle s'est surtout illustrée cette année avec sa première championne, Blowout, gagnante des First Lady Stakes (Gr.1) pour Chad Brown... et Peter Brandt ! Née en 2016, la fille de Dansili avait été achetée foal 450 000 € par White Birch Farm, quelques jours avant sa mère. Une inspiration payante vu la valeur qu'a pris cette Blowout pour un futur au haras ! 

 

Raging Bull, champion du turf américain pour Peter Brandt, qui l'avait acheté yearling quelques semaines avant sa mère Rosa Bonheur 

 

Rosa Bonheur, fille de la championne italienne Rolly Polly, a connu un destin similaire. A 80 000 €, elle était la poulinière la moins chère achetée par Peter Brandt à la dispersion Wildenstein. Quelques semaines avant, il achetait pour 90 000 € son yearling par Dark Angel à la Orby Sale. Le poulain est aujourd'hui connu sous le nom de Raging Bull, l'un des meilleurs chevaux du turf américain ces dernières années, triple gagnant de Gr.1 dont l'Hollywood Derby (Gr.1), et récent 4e de la Breeders' Cup Mile. Il va débuter étalon à Gainesway Farm dès la saison prochaine. Rosa Bonheur a ensuite donné naissance à 2 femelles qui n'ont jamais couru, mais aussi un propre frère de Raging Bull, Bobby D, âgé de 2 ans. Elle a donné un mâle par Dubawi en 2020, nommé Kubrick. Yukata est en tout cas le nouveau "Gr.1 prospect" de l'équipe, que nous avons hâte de retrouver sur notre sol l'an prochain ! 

 

On y croit avec Yukata ! A l'année prochaine ! (aprh)


Voir aussi...