Prix Grandak : Bo Zenith et la percée de Zarak en obstacle

03/04/2022 - Actualités
Meilleur étalon français de première production, et grand espoir d'une nouvelle vague, Zarak réussit l'exploit de percer en obstacle dès sa première génération de 3 ans grâce à Bo Zenith. Ce poulain né d'une grande famille du Berlais pour le compte de Gilles Le Baron s'envole dans le très convoité Prix Grandak, et y sacre contre toute attente le fils de Dubawi et de la légendaire Zarkava. 

 

Bo Zenith, un Zarak à Auteuil ! (aprh)

 

Un Zarak à Auteuil ? Voilà qui paraissait il y a peu tout à fait farfelu, mais qui a pris un peu crédibilité quand on a vu le fils de Dubawi et de la grande Zarkava saillir quelques juments d'obstacle à ses débuts. Evidemment, les candidates ont été très peu nombreuses, et extrêmement bien nées, car le vainqueur du Grand Prix de Saint Cloud était destiné à briller en plat. C'est d'ailleurs ce qu'il a fait dès 2021 avec ses premiers 2 ans, qui ont fait un carton plein. Au delà des succès, cette première génération a révélé nombre de talents comme Lizaid, Times Square, Purplepay, Zarakhan, Haya Zark, Sabio Cen, La Parisienne ou encore Parnac, à savoir autant de jeunes chevaux qui auront à terme des ambitions à bon niveau. 

 

Zarak aux Aga Khan Studs 

 

Mais malgré cette production extrêmement réduite dans la discipline, Zarak réussit d'emblée l'exploit de sortir le vainqueur de l'une des courses les plus convoitées pour les 3 ans à Auteuil, le Prix Grandak. Souvent enlevée par des poulains de gros calibre, l'épreuve est cette année revenue à Bo Zenith, qui s'est montré parfait sur ses obstacles et a remis un coup de rein fort plaisant après la dernière haie. Ce poulain avait déjà fait l'actualité en réalisant le top price des stores de 2 ans à la Vente d'été ARQANA, où il avait été acheté 110 000 € par Paul Basquin (Génétique Obstacle). Confié à David Cottin, il met  finalement en exergue sur la piste tout ce que les éleveurs de sauteurs souhaitaient apporter à leur jument en allant à Zarak : vitesse et précocité... mais sur les balais de la Butte Mortemart !

 

 

Mais finalement, est-ce une réelle surprise de voir Zarak briller en obstacle ? Déjà, Bo Zenith n'est pas du tout un cheval de plat qui s'est reconverti par défaut. Sa souche maternelle, celle de Chica Bonita, est l'une des meilleures du genre, puisque de cette souche proviennent les Nikita, Bonito, Matilda, Byzance ou encore Bonita du Berlais. Voilà autant de sauteurs qui ont montré de la précocité, surtout liée à leur classe intrinsèque. La mère de Bo Zenith, Boréale du Berlais, avait elle-même débuté dans le Prix Auricula, la première course pour femelles de 3 ans à Auteuil, avant de se placer des Prix d'Iéna et Sagan. Achetée 210 000 € à ARQANA, le produit qu'elle portait est malheureusement mort dans sa prime jeunesse. Elle a ensuite attendu 2 ans avant de donner Bo Zenith. A noter que ses père et grand-père maternels, Presenting et King's Theatre, furent eux-mêmes des performers de plat qui se sont illustrés via leur production de sauteurs... Cela ne vient pas de nulle part ! 

 

Bo Zenith, présenté par Jérôme Gandon à la vente d'été 2021 ARQANA 

 

Pourtant pour cette sauteuse, Gilles Le Baron a décidé de miser sur un étalon de première production nommé Zarak. A noter que Bo Zenith, qui lui donne entièrement raison, est né et a été élevé au Haras du Hoguenet, avec qui Gilles Le Baron travaille étroitement. Il a toutefois été préparé et présenté aux ventes chez Jérôme Gandon, du Haras des Pierres Follets. Vrai cheval de 2400m, qui n'était dérangé par aucun terrain, Zarak est certes un fils de la légendaire Zarkava, mais aussi un neveu de Zarkandar, qui a été un sauteur de haut vol à la longévité impressionnante. Inbred sur Mill Reef, qui a un sang améliorateur pour l'obstacle, il a aussi une grand-mère par Kahyasi, que l'on retrouve fréquemment dans le pédigree de grands sauteurs. On peut aussi se dire qu'on essaye de trouver des raisons qui n'existent pas au succès d'un fils de Zarak à Auteuil... Une seule chose est sûre, c'est qu'il est déjà un étalon tout à fait remarquable ! 

 

Bo Zenith est précoce, mais a sans doute beaucoup d'avenir !


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Les femmes au pouvoir : Daniela Mele et Road Mix Tavel Présidentes de la République

Course toujours très attendue, le Prix du Président de la République 2022 se courait quelques jours avant l’élection politique française majeure. Cette année, les femmes ont pris de pouvoir, puisque c’est la surprenante Road Mix Tavel qui a déjoué les sondages. Cette fille d’Al Namix met également en avant sa mentor Daniela Mele qui ajoute également son nom au palmarès, elle qui avait fait confiance au très jeune Dylan Salmon pour monter sa jument. 

Gwen Richard : le premier coup de 3 d'un jeune jockey à la tête froide

Valeur montante dans les pelotons d'obstacle français, le jeune Gwen Richard signe à 20 ans son premier coup de 3, directement à Auteuil. Cet ancien des courses de poneys, neveu d'Armel Le Clerc et donc cousin de Baptiste, remporte avec des montes plein de sang-froid les importants Prix Rush et Auricula, et surtout le Prix d'Indy avec le champion en herbe Kyrov, qui lui avait offert un 1er Gr.1 dans le Cambacérès à l'automne dernier. 

Ken Beseder, un Argentin de souche à Auteuil

Fils de Kendargent et d'une mère black-type sur 1000m, rien ne prédestinait Ken Beseder à réussir sur les obstacles, encore moins à Auteuil ! Mais les mystères de l'élevage font parfois bien les choses pour ce poulain qui n'arrivait pas à grand chose en plat, mais qui s'impose aujourd'hui dans l'important Prix Varaville pour la marseillaise Brigitte Ré-Scandella, sous la selle de son neveu Geoffrey Ré. La souche du vainqueur vient même d'Argentine ! 

Prix Robert de Clermont-Tonnerre : Le "Monarch" bat la "Starlet" pour un triomphe 100% Devin/Nicolle

Dans le Prix Robert de Clermont Tonnerre, Happy Monarch a mis son encolure au passage du poteau pour devancer la jeune Starlet du Mesnil, mais le triomphe est complet pour François Nicolle et la famille Devin. Les 2 premiers sont en effet des élèves du Haras du Mesnil, qui ont posé leurs jalons pour le Grand Steeple Chase de Paris, qui prend une nouvelle dimension cette année avec les "Masters" et un bonus exceptionnel créé par France Galop.