Biguglia: les joyaux "Chop" brillent de mille feux sur l'île de Beauté

15/06/2020 - Anglo Actualités générales
Rien n’arrête Alain Chopard en ce moment ! Que ce soit avec ses purs ou ses Anglos, sa jeune garde ou ses vieux cuirs, dans l’Hexagone ou sur l’île de Beauté, l’homme à la tête du Haras des Faunes est sur tous les fronts. Preuve en est hier où il a réalisé le couplé gagnant dans l’épreuve des 3 ans sur l’hippodrome de Biguglia, juste avant que Readychope ne fasse sienne le Grand Prix des Juments.
 
Alain Chopard, pris en photo avec "son" Captain Chop dans son établissement du Haras des Faunes
 
 
 
 
22, v’là les « Chopard » ! Voilà ce que doivent actuellement penser la plupart des professionnels au moment d’engager leurs représentants face aux pensionnaires élevés par Alain Chopard dans son Haras des Faunes, près de Bordeaux. Il faut dire que l’ancien marchand de matériel agricole dans les Vosges connaît actuellement une magnifique passe, surtout depuis qu’il a, comme il le dit lui-même, « arrêté ses conneries d’entraînement » et « est revenu à son vrai métier de paysan ». Vingt-deux, tel est le nombre de succès glanés par ses représentants cette année, aussi bien en plat qu’en obstacle, avec les purs comme avec les Anglos. Car si ses plus beaux succès en 2020 ont été acquis par le truchement de Shakapon à Pau, au mois de janvier, dans le Prix Bernard de Dufau (L.) et de Livachope, lauréate pas plus tard qu’hier à Chantilly du Prix La Flèche (L.) où Winvalchope, une autre de ses pensionnaires, s’est également classée troisième, Alain Chopard a réalisé un dimanche de toute beauté en Corse, où deux de ses Anglo-Arabes, Loceanechope et Go Chop, ont réalisé le couplé gagnant du Prix de Furiani chez les 3 ans, avant que Readychope ne s’adjuge quant à elle l’épreuve phare de la journée, le Grand Prix des Juments de Biguglia.
 
 
 
Readychope et Marie Waldhauser, lauréates du Grand Prix des Juments hier à Biguglia (© Gaby-Photo)
 
 
Cinquième du Grand Show Anglo 2018, événement auquel ont également participé Loceanechope (non classée) et Go Chop (troisième) en 2019, Readychope a longtemps voyagé en embuscade, avant d’entamer son effort à l’amorce du tournant final et a magnifiquement soutenu son effort jusqu’au poteau d’arrivée, devançant de presque deux longueurs l’excellente finisseuse La Palombaggia (Major Grace), qui a longtemps fermé la marche et qui s’est montrée très courageuse pour priver Ecrya Pontadour (Jebeland Pontadour) du premier accessit.
 

Revivez en direct le passge de Readychope lors du Grand Show Anglo 2018...

 

Réputé pour avoir eu dans ses boxes des étalons capables de produire des gagnants dès l’âge de deux ans - Indian Rocket, Panis, Kheleyf -, Alain Chopard a également eu sous sa coupe deux étalons Anglo-Arabes en l’espèce d’Arès de la Brunie et de Fairplay du Pecos, père de Readychope pour le premier, et de Loceanechope et Go Chop pour le second alors qu’ils étaient tous deux stationnés chez ce dernier, du côté de Bordeaux. Ares de la Brunie fut le premier à poser ses valises au Haras des Faunes, où ce lauréat de huit courses, dont le Critérium des Jeunes, le Grand Critérium des AA, la Poule d’Essai, le Prix du Ministère de l’Agriculture, l’Omnium et le Grand National des AA à 37.5%, a sailli une dizaine de juments en 2015 dont la « pur » Red Ballerina, la mère de Readychope, sœur de Regatta (Prix des Sablonnets, L. et Prix des Lilas, L.) et proche parente des gagnants de groupe Robertet (Grand Prix de Deauville, Gr.2), Punctilious (Yorkshire Oaks, Gr.1) et Risk Seeker (Prix de Lutèce, Gr.3).
 
 

Ainsi que ceux de Loceanechope...

 

Et Go Chop lors du Grand Show de l'an dernier

Peu utilisé (à peine 75 juments saillies) avant de brutalement décéder en 2016 pour sa première saison en Corse, au Haras de Terra Vecchia, le champion de la famille Crouzillac peut néanmoins se targuer d’avoir produit plusieurs gagnants dont l’une des meilleures femelles Anglo-Arabes de l’histoire, Couleur Fauve, gagnante de 13 de ses 16 sorties, notamment dans trois Grand National des AA, ainsi que dans le Critérium des Jeunes, la Poule d’Essai, le Grand Critérium des AA et autres Grand Prix des Pouliches à 37.5%. Le bel alezan a ensuite été rejoint au Haras des Faunes par Fairplay du Pecos, lauréat de six courses dont le Grand Prix des Anglo-Arabes à Longchamp, devenu ensuite le père de 31 gagnants, et notamment de Croucracq, lauréat à six reprises pour l’instant, et ce dans certaines des plus belles épreuves de l’Anglo-Arabie comme la Poule d’Essai, le Grand Critérium, le Grand Prix d’Aquitaine, ou encore l’Omnium des 37.5%.
 
 
Ares de la Brunie, le père de Readychope
 

Aujourd’hui stationné en Corse chez Mme Santa Vanhove, Fairplay du Pecos voit ses produits bien se comporter sur l’île de Beauté, Loceanechope lui ayant d’ailleurs fourni ses deux premiers succès cette année. Les deux premiers d’une possible longue série pour cette dernière qui, après de bons débuts à Mont-de-Marsan en se classant deuxième de Fira, deuxième depuis du Critérium des Jeunes à 12.5%, vient de remporter avec brio ses deux premières courses pour l’entraînement de Jennifer Bia, la première de 30 longueurs, et plus de 15 longueurs pour la deuxième hier, pour le plus grand bonheur de ses nouveaux propriétaires, Catherine Leoni et Anthony Gabryszewski. À n’en pas douter, l’affixe « Chop » n’a pas fini de briller sous le soleil corse ! 

 

Fairplay du Pecos, avec son étalonnier de l'époque, Alain Chopard


On en parle dans l'article

Voir aussi...

La belle soirée tarbaise de Patrick Mirablon et de l'Élevage de la Rochette

Agent d'assurance de profession, Patrick Mirablon endosse également le rôle d'éleveur depuis 2012 et ce avec succès. Gérant un effectif petit par la taille, mais grand par la qualité, l'homme de Saint-Yriex-La-Perche, dans la Haute-Vienne tend à s'affirmer de plus en plus dans le paysage Anglo-Arabe français, trois de ses pensionnaires, tous diplômés du Show Anglo, ayant d'ailleurs fait parler d'eux hier soir à Tarbes.

Goken, étalon alliant vitesse et précocité "Made in France"

Si nos voisins anglais et irlandais restent les maîtrespour rentrer des étalons dont les premières générations sortent gagnantes dès l’âge de deux ans, la France peut aujourd’hui compter sur Goken, auteur d’un tonitruant début de saison, avec ses premiers produits déjà lauréats en piste. Un modèle de vitesse et de précocité, qui trouve ses racines dans une région faite pour produire des gagnants à deux ans : le Sud-Ouest.