Sully d'Oc, un anglo de Haute Vienne mate les purs à Punchestown

29/04/2021 - Anglo Actualités générales
Anglo-arabe de complément élevé en Haute Vienne par Jean Manuel Charmes, Sully d'Oc porte fièrement le drapeau de sa race à l'un des meetings les plus fameux au monde. Le fils de Konig Turf a remporté un gros handicap sur le steeple de Punchestown, réalisant un exploit peu commun sous les cieux irlandais. 

 

L'Anglo Sully d'Oc revient fièrement au rond des vainqueurs du festival de Punchestown

Si elle dispose d'un programme bien précis aux belles allocations, il est de notoriété commune que la race anglo-arabe est parfois et de plus en plus souvent capable de rivaliser avec les pur-sang et AQPS en obstacle. Prenez le champion Aragorn d'Alalia, déjà vainqueur de belles épreuves à Auteuil et leader incontesté de sa promotion, qui a encore gagné contre les purs à Compiègne aujourd'hui ! En bref, il vous faut un champion du genre. Un anglo-arabe qui gagne outre-Manche est encore une autre chose plus rare. Ainsi, on a connu Le Jaguar chez Paul Nicholls, et maintenant la bonne Manitopark chez Willie Mullins, mais ils ne sont pas légions. En remportant un gros handicap sur le steeple de Punchestown avec plus de 50 000 € au gagnant, Sully d'Oc a donc réalisé un petit exploit en Irlande. 

Jean Manuel Charmes, célèbre personnage des sports équestres et éleveur de Sully d'oc 

 

Elevé en Haute Vienne par Jean Manuel Charmes à Peyrrat de Bellac, Sully d'Oc porte aujourd'hui les célèbres couleurs de John Patrick McManus. Autrefois entraîné par Guy Cherel, il avait réussi à vaincre en plat contre les AQPS, avant de passer avec succès sur les obstacles. Invaincu en 3 sorties contre les anglos en haies, il n'était pas passé loin de vaincre à 3 ans à Auteuil face aux purs dans le prix de Beaugency, un exploit rare à cet âge. Après son envolée dans la Coupe des Anglos à Pau, Sully d'Oc a été happé par l'Angleterre quelle que soit sa race, avant d'être absent durant longtemps. Il n'est revenu qu'en mars 2019, étant arrêté, avant de reprendre du repos plusieurs mois. Trouvant peu à peu sa cadence en steeple, Sully d'Oc s'est épanoui dans les handicaps pour en remporter un premier à Ascot en octobre dernier, venant d'échouer d'un rien pour la victoire dans un Gr.3 à Aintree. Il remporte aujourd'hui sa plus belle timballe, lors d'un prestigieux rendez-vous, pour l'entraînement du méconnu mais efficace Anthony Honeyball

 

 

">https://twitter.com/HRIRacing/status/1387790376535273475?ref_src=twsrc%5Etfw">April 29, 2021

 

 

 

Né dans la pourpre au sein de sa race, Sully d'Oc est le meilleur produit de la championne Samarra d'Oc, qui avait gagné le Grand Steeple des Anglos pour Bruno de Montzey, avant de donner naissance au bon Dismoitout d'Oc, qui a été performant en plat, haies, steeple et même en cross. Sully d'Oc est suivi en dernier lieu par une 3 ans issu de  Jeu St Eloi, chez Bruno de Montzey comme la mère. Guy Cherel avait sans doute été intéressé par le profil obstacle du poulain, puisque croisé à son étalon Konig Turf. Après avoir très bien démarré en France avec ses premiers sauteurs, Konig Turf a connu un petit passage à vide mais revient en belle forme via sa production, et Sully d'Oc lui apporte un succès d'importance. Rappelons que Konig Turf est aujourd'hui en Saône et Loire à l'élevage Figerro, chez Géraldine Cillo. 

 

La championne anglo Samarra d'Oc à Enghien avec Arnaud Duchene (APRH)

 

Elle pourrait d'ailleurs reproduire le croisement, puisque Géraldine a récupéré chez Michel Parreau Delhotte sa bonne matronne Sixtees, notamment à l'origine du champion Shrek, étalon au Haras de Gelos. Jean Manuel Charmes avait en fait retrouvé la souche avec Samarie, la grand-mère de Sully d'Oc, qui était une soeur de Sixtees. Géraldine Cillo aurait donc l'étalon comme la poulinière pour reproduire Sully d'Oc... C'est tout le mal qu'on lui souhaite, car l'anglo de Haute Vienne commence à se faire un nom outre-Manche, et a encore du temps pour faire parler de lui !

 

Konig Turf, père d'un porte drapeau de l'anglo-arabie


On en parle dans l'article

Voir aussi...