Mathieu Brasme gagne sa 1ère Listed au Lion d'Angers avec Nationalista, 1,55 m au garrot !

26/05/2021 - Découvertes
Elle grandit à 4 ans...pour atteindre la taille de 1,55 m. Toute petite mais très costaude, Nationalista a offert sa 1ère victoire de listed au jeune entraineur Mathieu Brasme dans le Prix Urban Sea - Haras du Lion le dimanche 23 mai au Lion d'Angers. Acquise à la vente Breeze Up d'Osarus 2019, l'élève du Haras de Montaigu, qui porte la casaque de La Flèche Racing, ne toise en effet que 1,55 m au garrot.


Montée par Fabrice Véron, Naturalista offre à Mathieu Brasme sa 1e victoire de Listed dans le Prix Urban Sea-Haras du Lion au Lion d'Angers, sous la casaque de La Flèche Racing. Photo J. Lemesle.

 

De mémoire, In The Wings, multiple gagnant de Gr.1 pour André Fabre dans les années 90 avant de devenir un étalon marquant, reste le dernier champion de toute petite taille de l'histoire contemporaine en plat. Il ne toisait que 1,55 m. C'est aussi la taille à laquelle a été mesurée Nationalista par son entraineur Mathieu Brasme, installé en 2018 à La Flèche dans la Sarthe, après sa victoire dans le Prix Urban Sea - Haras du Lion le dimanche 23 mai au Lion d'Angers. Et encore, elle a grandi depuis quelques mois puisque sa dernière toise prise l'an dernier n'atteignait que 1,53 m. Mais cela n'empêche pas la fille de Nathaniel de bouger les jambes très vite. La preuve, cette pouliche très genéreuse est capable de placer une pointe de vitesse fulgurante qui lui a permis de dominer un lot de tout 1er ordre dans cette épreuve considérée comme le Prix de Diane de l'Ouest.

 


Eleveur et copropriétaire Nationalista, Aliette Forien avait fait le déplacement au Lion d'Angers pour se retrouver à la photo des gagnants avec toute la "famille" de la pensionnaire de Mathieu Brasme. Photo J. Lemesle.

 

Cette épreuve a été créée et nommée en l'honneur d' Urban Sea, la championne qui s'est imposée au Lion d'Angers en juillet 1993, c'est à dire 3 mois avant son succès dans le Prix de l'Arc de Triomphe sous la selle d'Eric Saint-Martin. Objectivement; la star de Jean Lesbordes était affublée d'un modèle repoussant, ce qui ne l'a pas empêchée, après ses exploits en course, de s'imposer en son temps comme la meilleure poulinère du monde, mère de 4 gagnants de Gr.1 dont les cracks étalons Galileo et Sea The Stars. Son ultime produit, Born to Sea, 2e de l'Irish Derby et étalon d'obstacle très convoité aujourd'hui est chez Alain Chopard au Haras des Faunes.

 


Montée par Cash Asmussen, Urban Sea gagne au Lion d'Angers en juillet 1993, 3 mois avant sa victoire dans le Prix de l'Arc de Triomphe.

 

Ancien responsable chez Mikel Delzangles, en charge notamment du globe trotter Dunaden avec qui il a remporté la Melbourne Cup en Australie, Mathieu Brasme, né d'une famille de l'obstacle de la région de Dragey dans la Manche, s'est installé à son compte en 2018 sur le site de rêve  créé par Guy Henrot sur les bords du Loir à La Flèche. Il a été rejoint depuis dans cette vaste cour de 80 boxes par Edouard Monfort. Mathieu Brasme en occupe aujourd'hui 45 places.

 

 

 

" Mon écurie est actuellement pleine avec 45 pensionnaires et une douzaine de personnes dans mon équipe. J'ai commencé avec 4 ou 5 chevaux mais je suis vite monté à 20 chevaux, puis 30 en 2020. Dès mon installation, j'ai créé une écurie de groupe, sur le modèle de l'écurie Brillantissime de Sébastien Desmontils, qui s'appelle La Flèche Racing et qui comporte une trentaine de personnes, des proches m'ayant soutenu en mettant entre 3000 et 6000 euros. Cela m'a aidé à me lancer. Nous avons été heureux d'emblée avec une pouliche, Elle M'a Souri, vendue aux Etats-Unis après une bonne 2e place en débutant à Saint-Cloud. Nous avons aussi vendu à Coolmore un quart de part de Wootton Bassett dans laquelle nous avions investi et nous avons atteint le double du capital investi au départ."

 


Nationaliste en famille après une victoire à Angers.
 

 

Homme de cheval mais aussi fin gestionnaire, Mathieu Brasme a bien compris que la réussite en tant qu'entraineur est d'une autre dimension que celle du matin sur les pistes. C'est ainsi que Nationalista est arrivée dans ses boxes à 2 ans. " Cette pouliche avait tapé dans l'oeil de Nicolas de Balanda quand elle a fait son canter à la vente Breeze Up d'Osarus à La Teste en 2019. Rachetée sur le ring à 25.000 €, elle a été négociée à l'amiable et ses éleveurs, le Haras de Montaigu, en ont gardé 20%. Nous avons plusieurs associés, avec Patrice Durhone, l'Ecurie Brillantissime, moi-même, Sébastien Desmontils et aussi Markus Meier qui en a acheté 10% via Equibiz cet hiver."

 


Mathieu Brasme.

 

" Quand elle est arrivée à la maison après la vente, on s'est dit qu'elle manquait de taille et qu'on allait lui laisser du temps pour grandir. Mais elle n'a pas pris un centimètre jusqu'à 3 ans. Après du repos, elle devait débuter au printemps 2020 mais il y a eu l'arrêt des courses. Elle a finalement débuté en août de ses 3 ans." 2e à Saint-Malo, Nationalista, fille de la sprinteuse et black-type Rime à Rien (Amadeus Wolf), a enchaîné ensuite 2 victoires sur 2000 m et plus à Angers. Elle venait de conclure 4e de Listed à Longchamp. Enfin, elle a grandi un peu, de 2 centimètres. Dans le Prix Urban Sea - Haras du Lion, sous la selle de Fabrice Véron, elle a passé en revue le peloton en pleine piste pour s'imposer face à Control Tower et Très Valentine, qui avaient formé le jumelé du Prix Solitude (Listed) à Saint-Cloud en novembre 2020.

" Nationalista est très généreuse par nature. Il faut vraiment la tempérer le matin car elle a une énergie folle. Et quand elle peut se détendre dans le parcours, elle finit avec une action plus grande qu'elle. Désormais, on a un peu de choix. Soit on va sur un groupe, soit on court à nouveau une Listed avec une surcharge." Bon problème.

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...

La Poule d'Essai 1990 de Kendor : le crack très mordant de Maisons-Laffitte

Animal particulièrement féroce de caractère, Kendor reste comme le meilleur compétiteur de plat entrainé à Maisons-Laffitte des temps modernes. Vainqueur de la Poule d'Essai des Poulains en 1990, tenu en main par un apprenti nommé Thierry Gillet, l'élève de la famille Bader marque encore d'une empreinte profonde l'élevage en France. Mais diable qu'il n'était pas toujours aimable... C'est d'ailleurs pour cela qu'il est revenu d'Australie avant d'être vendu autour d'une table au Crédit Agricole. En partenariat avec France Galop.