Rêves de cracks à...l'élevage Trinquet !

06/07/2020 - Focus Elevage
Marc et Olivier Trinquet sont à la tête d'une large jumenterie AQPS dans la Nièvre, sur de vastes terres traversées par l'Aron. Les éleveurs des champions l'Ami et Kelami, qui se sont illustrés dernièrement avec Houx Gris, Fred, Fox Pro, ou encore Destrier, vous présentent leur génération 2020, constituée en majorité de foals  "Made in Cercy". 

Marc et Olivier Trinquet, à la tête de la plus large jumenterie AQPS de France.

 

On peut affirmer avec certitude que Marc et Olivier Trinquet ont la plus vaste jumenterie AQPS de France. Les éleveurs nivernais sont à la tête d'un élevage constitué de 42 poulinières, un effectif impressionnant qui coule des jours heureux dans les prés traversés par l'Aron. Cette entreprise familiale a notamment un immense champ de 50 hectares, avec les yearlings, des vaches et des moutons, qui peuvent tous se baigner dans la rivière en cas de grosses chaleurs. La grande ère Trinquet a été celle de François Doumen, avec les champions Kelami et L'Ami, qui ont conquis l'Angleterre. Aujourd'hui, l'effectif est de plus en plus confié au prometteur entraîneur Sylvain Dehez, qui fait des merveilles. Récemment, Houx Gris s'est imposé dès ses débuts en plat à Cluny, tandis que de l'autre côté de la Manche, Fred, un ancien "Dehez" lui aussi, s'annonce comme un cheval de groupe après avoir brillamment enlevé ses deux dernières courses. L'an passé, c'est Destrier qui était passé tout proche d'une victoire de Gr.1 à Aintree. 

 

Les yearlings femelles traversent l'Aron. 

 

Cette année, l'élevage a fait naître une petite trentaine de foals, majoritairement issus des étalons du Haras voisin de Cercy La Tour. Le réservoir d'étalons y est fourni, et on retrouve des produits de Karaktar, Cokoriko, Free Port Lux ou encore Jeu St-Eloi. Par ailleurs, quelques juments sont suitées de d'autres reproducteurs, tels 2 foals par Nom de D'là, ou encore des produits de Conillon et Racinger, conçus au Haras de Vains dans la Manche. Tout ce petit monde grandit paisiblement à Verneuil, dans l'attente de suivre les traces des aînés, en France ou à l'étranger. Découvrons les en photos ! 

 

Commençons avec un fils de Karaktar et Vernyzienne, qui n'est autre que la tante de Destrier, 3e de Gr.1 en steeple à Aintree l'an dernier. Vernyzienne est une cousine de Realmont, 3e d'un prix Ferdinand Dufaure, et gagnant du René Couetil à Auteuil.

 

Un superbe mâle de Free Port Lux et Unibelle. C'est un petit neveu de Innox (2 vict. de Gr3 et deux fois 3e de Gr.1 dont la Haye Jousselin), et un cousin de Nitrat (prix Saint Sauveur listed).

 

Une solide femelle de Rail Link et Rafale d'Aron, qui est une nièce de plusieurs bons gagnants, championne provinciale de cross.

 

Ce mâle par Cokoriko est le frère de Gulip, gagnante en plat, et 3e du prix des Guilledines (Gr.3 AQPS). Sa mère Vultip est une soeur de Fulip (prix Richard et Robert Hennessy listed, 2e prix La Haye Jousselin Gr.1) et Illico II (Top Novices Hurdle Gr.2).

 

Encore un mâle, par Nom de D'là et Usine Nord. Cette dernière est une fille de Voix du Nord, et une soeur de Loustiq (Finale du Challenge AQPS OUEST) et Mig (prix Patrick Lec à Auteuil). C'est la souche des champions maison L'Ami et Kelami.

 

Terminons avec cette jolie femelle par Elliptique et Razia, une fille de Robin des Champs, qui a déjà produit l'excellent Destrier, 3e de Gr.1 sur le steeple anglais de Aintree.

 

VOIR TOUS LES FOALS NE EN 2020 CHEZ LES TRINQUET

 

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...