L'histoire de DNA Pedigree : Glencoe, vu par... Lord Glencoe !

07/07/2021 - Grand Destin
Récemment devenu l'un des plus grands propriétaires terriens des Highlands, en Écosse, Thierry Grandsir (DNA Pedigree) ou "Lord Glencoe" pour l'occasion, a de nouveau sorti sa plus belle plume pour vous conter l'histoire de... Glencoe, un gagnant de la Gold Cup d'Ascot et des 2.000 Guinées devenu ensuite l'un des tout premiers étalons parti officier aux États-Unis où il est devenu un père de mère sensationnel.

Glencoe (1831-1857), par Sultan et Trampoline (Tramp)

 

Glencoe est né en 1831 à Middleton Stoney (Oxfordshire), élevé par George Child-Villiers (5th Earl of Jersey) qui dût sa réussite à l’achat de la jument Web auprès du Duke of Grafton quelques années plus tôt. Propre sœur des gagnants de Derby Whalebone et Whisker, lauréate d’un "Match" à Newmarket, Web était issue de la Famille 1, numérotée ainsi car à l’origine du plus grand nombre de vainqueurs classiques. Si la branche 1-d avait été fondée par sa troisième mère Promise, la branche 1-e l’avait été par sa deuxième mère Prunella et la 1-o par sa génitrice Pénélope, Web étant elle-même la jument-base de la branche 1-s.

Sa fille Trampoline, gagnante des Windsor Forest St. et deuxième des 1000 Guineas (Gr.1), fonda la branche 1-t et engendra Glencoe, premier fruit de ses quatre unions avec Sultan. Un croisement outcross, du moins tel qu’on le concevait à l’époque : 4x5 sur Mercury, 5x5x5x5 sur Eclipse, 5x5x5 sur Herod, 5x5x5x5 sur Highflyer… En tout cas, George Child-Villiers ne s’était pas trompé sur le choix de Sultan, animal splendide et solide titulaire de 14 victoires (majoritairement à Newmarket sur longues distances et sous de lourdes charges) et deuxième du Derby (Gr.1). Tête de liste des pères de gagnants de 1832 à 1837 inclus, Sultan lui offrit quatre vainqueurs consécutifs des 2000 Guineas St. (Gr.1), tous entraînés par James Tiny Edwards, exploit jamais réédité depuis !

 

Sultan, père de 8 vainqueurs classiques dont Glencoe…

 

Le premier de ce carré d’as magique fut Glencoe, poulain doté de beaucoup de vitesse (héritage combiné de Sultan et de Tramp) et absolument splendide si l’on excepte un dos long et mou, et qui deviendra ensellé à l’extrême avec l’âge. Un sujet de moquerie pour le cheval et son jockey Jem Robinson, dès les débuts du poulain à 3 ans à Newmarket. "Avez-vous vu Jem ?" ; "Oui, il est assis quelque part au fond de la vallée !". Glencoe s’adjugea la course au canter…

Dès le lendemain, Glencoe affronta Plenipotentiary face auquel il dut s’incliner par 4 longueurs, mais il retrouva vite le chemin du succès en remportant sa sortie suivante au canter puis les 2000 Guineas St. (Gr.1) devant un lot relevé. Troisième du Derby (Gr.1) derrière Plenipotentiary, Glencoe renonça ensuite à affronter ce redoutable adversaire et ne connut plus jamais la défaite.

Vainqueur de l’Ascot Gold Cup (Gr.1), sa seule sortie à 4 ans, il entra au haras en 1836 en GB avec un palmarès éloquent (8 victoires et 2 places en 10 sorties) mais fut exporté dès l’année suivante aux USA … où il se classa huit fois tête de liste des pères de gagnants ! Il est considéré outre-Atlantique comme l’une des premières importations ayant durablement et positivement influencé la race pure américaine, et ce bien qu’ayant été stationné en Alabama et dans le Tennesse avant son arrivée au Kentucky.

Solide, la lignée mâle de Glencoe vécut un siècle aux USA, initialement relayée par son fils Vandal puis par le très chanceux Virgil, cheval d’une grande beauté qui remporta 6 courses à 3 ans avant de faire carrière sur les obstacles et d’être reconverti en cheval d’attelage. Virgil dût suppléer l’étalon du haras où il séjournait pour éviter que les dernières poulinières non saillies restent vides. Résultat : il se classa tête de liste des pères de gagnants aux USA en 1855 et conçut trois vainqueurs du Kentucky Derby (Gr.1) dont Hindoo (30 victoires), père de Hanover (32 victoires, 4 fois tête de liste) et grand-père de Halma, Hamburg, Yankee, etc. !

 

Stockwell, l’empereur des étalons, était issu d’une fille de Glencoe

 

Mais c’est surtout par ses filles que Glencoe marqua la race pure de son empreinte, et en particulier par Pocahontas. Née en 1837 en Grande-Bretagne, minuscule (1,50 m) et atteinte de cornage, utile en courses, Pocahontas devint la jument-base de la branche 3-m et engendra quatre étalons classiques : Rataplan, King Tom, Knight of St Patrick et surtout Stockwell, surnommé en son temps "l’Empereur des étalons" !

Stockwell est l’ancêtre direct de Northern Dancer et de Mr Prospector, ce qui fait de notre Glencoe l’un des maillons génétiques incontournables de nos pur-sang d’aujourd’hui. Mais ce n’est pas la seule motivation de cette petite histoire : votre serviteur étant récemment devenu propriétaire terrien à Glencoe Wood dans les Highlands (Écosse), il est officiellement en droit d’accoler à son nom le titre Lord of Glencoe… Ce qu’il fera sans hésiter ce jour, histoire de rendre hommage au cheval du même nom !

 

 


 


Voir aussi...

L'histoire de DNA Pedigree : Nureyev, le danseur français

À l'instar du danseur russe dont il tient son nom, Nureyev a été une étoile tout au long de sa carrière, aussi bien en piste, sous la férule du légendaire François Boutin, qu'au Haras de Fresnay-Le Buffard de la famille Niarchos, dont le patriarche, Stávros, avait déboursé $1.300.000 (un record à l'époque) pour acquérir ce poulain né dans la pourpre et au très beau modèle. Une histoire signée Thierry Grandsir (DNA Pedigree) à découvrir dès à présent.