L'Histoire de DNA Pedigree : Rafha, petite mais costaude

10/09/2021 - Grand Destin
 Dans la lignée des Urban Sea ou Hasili, Rafha, pourtant elle aussi affublée d'un modèle peu engageant, s'impose actuellement comme la matrone la plus influente d'Europe via sa production tant en lignée femelle (Mischriff) qu'en lignée mâle, grâce aux extraordinaires succès au haras de ses 2 fils Invincible Spirit et Kodiac. Thierry Grandsir (DNA Pedigrée) vous conte l'histoire singulière de cette "naine" d'1,53 m, lauréate du Prix de Diane pour Sir Henry Cecil.

RAFHA (1987-2010), par Kris et Eljazzi (Artaius), montée ici par Willie Carson, le plus petit des jockeys de l'époque, avec une pouliche toisée à 1,53 m !

 

En cette fin d’hiver 1987, le Prince Faisal attend avec impatience la naissance de ses premiers foals en tant qu’éleveur, dans son nouveau haras anglais Nawara Stud. Eljazzi, qu’il avait acquise 92,000 Gns yearling, est l’une de ses premières juments maidens. Il l’avait choisie pour ses origines : son jeune père Artaius avait été le dauphin de Crystal Palace dans le Prix du Jockey Club (Gr.1) avant de s’adjuger les Eclipse St. (Gr.1) en temps record, et sa mère Border Bounty, troisième des Yorkshire Oaks (Gr.1), avait engendré Pitcairn (Petingo) qui venait tout juste de se classer tête de liste des pères de gagnants en GB et Irlande…

 

 
Certes, Artaius se montrera bien décevant au haras et Pitcairn s’avéra peu fertile (ils furent tous deux exportés au Japon), mais le Prince Faisal croyait beaucoup en Kris, étalon tête de liste dont Border Bounty était pleine. Le fruit de cette union tomba sur la paille le 19 février 1987, une pouliche ravissante et non dénuée de personnalité mais … minuscule !!!
 
Baptisée Rafha du nom d’une ville historique située au Nord de l’Arabie Saoudite, elle fut envoyée à l’entraînement chez Sir Henry Cecil qui la jugea digne de débuter le 2 juin de ses 2 ans sur 1200 m à Goodwood. Elle n’avait qu’une seule pouliche à battre ce jour-là et s’acquitta aisément de cette tâche, par deux longueurs et demie.
 
 
Prix de Diane 1990 :RAFHA devance Colour Chart (côté corde) et Air de Rien
 
 
Deuxième le mois suivant à Newmarket, à nouveau deuxième fin août à Epsom, Rafha retrouva le chemin de la victoire dans les Sirenia St. (Gr.3) début septembre à Doncaster, un succès acquis une longueur devant la future lauréate des Irish Oaks (Gr.1), Knight’sBaroness.
 
Pour toute autre pouliche gagnante de Groupe à 2 ans, Sir Henry Cecil aurait élaboré un plan de marche précis en vue des classiques de l’année suivante, mais pas pour Rafha. Toisée au mieux à 1,53 m au garrot, montrant quelques signes de caractère comme nombre de filles de Kris, il se souvenait encore de sa propre mère tournant au vinaigre après ses débuts victorieux à 2 ans. Il conseilla au Prince Faisal de la rentrer au haras, et se vit opposer un refus ferme et catégorique sur le sujet…
 
Sage décision, car Rafha demeura invaincue au printemps de ses 3 ans : une victoire par 10 longueurs dans les Princess Elizabeth St. (L.) pour sa rentrée à Epsom, suivie d’un court succès dans les Lingfield Oaks Trial St. (L.) devant Knight’s Baroness. Elle disputera donc le Prix de Diane (Gr.1) comme sa compagne d’entraînement sinon de couleurs Moon Cactus, autre fille de Kris.
 
 
 
 

Des deux, Rafha n’était pas la préférée de son entraîneur, arguant que sa très petite taille ne l’avantagerait guère sur le parcours si sélectif de Chantilly. Il demanda donc à son habituel partenaire Steve Cauthen de monter Moon Cactus et confia Rafha à Willie Carson, sans doute le plus petit (mais non le moins talentueux) jockey de sa génération. Au défilé, l’effet engendré par ce couple inédit était assez décoiffant, et plus d’un spectateur jugea utile de vérifierle réglage de ses jumelles…
 
Mais ce fut une toute autre histoire sur la piste où Rafha, attentiste au début, plaça une attaque imparable dans la ligne droite pour contenir ensuite avec beaucoup de détermination l’assaut final de Colour Chart dans les 200 derniers mètres. Moon Cactus fut promue deuxième suite à la rétrogradation de Colour Chart (jugée coupable d’avoir gêné Air de Rien), deux pouliches qui devinrent ensuite d’excellentes matrones.
 
 

Les ¾ frères INVINCIBLE SPIRIT et KODIAC, deux fils de RAFHA
 
 
Rafha leur sera supérieure, sa production ayant engendré 11 vainqueurs dont 8 black type !!! On citera parmi eux le très influent Invincible Spirit (Green Desert), lauréat de la Sprint Cup (Gr.1) à 5 ans avant de concevoir de nombreux gagnants de Gr.1 dont Charm SpiritKingman (d’où Persian King et Palace Pier), LawmanMagna GreciaMoonlight CloudShalaa, etc. Il établit d’ailleurs le record du nombre de gagnants à 2 ans en une saison en Europe (42 vainqueurs), exploit que seul son frère utérin Kodiac (Danehill) améliora depuis. En sus de ces deux étalons d’exception, Rafha érigea une famille de grand standing de laquelle émanent Nayarra (Cape Cross), Championne à 2 ans en Italie, et le classique Mishriff (MakeBelieve), vainqueur du Prix du Jockey Club (Gr.1) pour l’élevage et les couleurs du Prince Faisal !
 
MISHRIFF, un gagnant du Prix du Jockey Club issu d’une petite-fille de RAFHA

 
 
 
Rafha, qui s’est éteinte à l’âge de 23 ans, marquera encore longtemps de son empreinte génétique les plus beaux pedigrees classiques, comme le firent avant elle les toutes petites Hasili (mère de Dansili), Selene (mère de Hyperion), Tout Suite (mère de Hurry On) et bien d’autres…
 
 
 

 


Voir aussi...

L'histoire de DNA Pedigree : Nureyev, le danseur français

À l'instar du danseur russe dont il tient son nom, Nureyev a été une étoile tout au long de sa carrière, aussi bien en piste, sous la férule du légendaire François Boutin, qu'au Haras de Fresnay-Le Buffard de la famille Niarchos, dont le patriarche, Stávros, avait déboursé $1.300.000 (un record à l'époque) pour acquérir ce poulain né dans la pourpre et au très beau modèle. Une histoire signée Thierry Grandsir (DNA Pedigree) à découvrir dès à présent.