Non Rien de Rien : la souche magique frappe encore plus fort

16/03/2020 - Zoom Etalon
La fameuse souche des "N" dont descend Non de Rien de Rien vient encore de s'illustrer la semaine dernière avec deux vainqueurs de Prix d'Essai des Poulains et Pouliches à Compiègne. Cette famille est capable de frapper dans tous les registres, même en plat, et y compris avec les sauteurs les plus précoces.


Nimes, le frère cadet de Non Rien de Rien, s'impose dans la Prix d'Essai des Poulains sous la casaque de David Lumet. (photos APRH)

 

Comme l'a si souvent raconté son créateur Jean-Paul Gallorini, tout à commencé avec une jument au physique repoussant, affublée d'immenses oreilles tombantes et qui n'avançait pas à l'entrainement. Pourtant, révélée en course, cette Néoménie, née en Irlande des oeuvres de Rheffic, issue d'une mère allemande importée par Daniel Wildenstein en 1968 en cours de carrière de course, est devenue une matronne extraordinaire qui a fait brillé la casaque verte de Mme Sylvia Wildenstein au plus haut niveau de l'obstacle pendant 5 décennies.

 


Divination, la nièce de Non Rien de Rien, remporte le Prix d'Essai des Pouliches (2e peloton).

 

Impossible de citer tous se grands vainqueurs tant ils sont nombreux, mais il faut évidemment retenir entre autres N'Avoue Jamais, la grand-mère de Non Rien de Rien, puisqu'elle a gagné Gr.1 à l'occasion du Prix Renaud du Vivier. Mais le plus étonnant dans cette histoire est que cette famile d'obstacle a su donner aussi des lauréats de très haut niveau en plat. Ainsi Nickelle, la mère de Non Rien de Rien, qui a remporté une Listed à Longchamp, le Prix de la Pépinière, un an après avoir remporté le Prix Wild Monarch (L) à Auteuil ! De même, No Risk At All a remporté le Grand Prix de Vichy (Gr.3) et La Coupe (Gr.3), se classant aussi 3e du Prix d'Ispahan (Gr.1).

 

 

Au haras, No Risk At All s'est tout de suite imposé parmi les leaders français sinon européens, et il vient d'ailleurs de remporter ses 2 premières victoires pendant le festival de Cheltenham.. Les 2 autres étalons de cette famille ayant des produits en âge de courir ont aussi très bien réussi, que ce soit Nickname, malgré sa mort précoce, ou le jeune Nom de D'là qui a très bien démarré. Non Rien de Rien est le 4e étalon de cette souche, et cerfainement pas le dernier.

 


Non Rien de Rien

 

En effet, la semaine dernière, un certain Nîmes, conservé précieusement entier dans la perspective évidente de devenir étalon, a gagné comme à la parade le Prix d'Essai des Poulains pour sa 1e sortie publique. Or, le pensionnaire de Guillaume Macaire n'est autre que le frère cadet de Non Rien de Rien par Saint des Saints ! Elevé par Bloodstock Agency, c'est à dire Melchior-François Mathet, il appartient pour moitié à celui-ci et pour l'autre moitié à David Lumet, l'homme des Ecuries de la Ridaudière, qui a débourré et pré-entrainé l'actuel étalon du Haras de la Courlais. David Lumet tenait en très haute estime Non Rien de RIen, et n'a pas hésité à le rentrer étalon après sa blessure pour son 1e essai à Auteuil dans le Prix Finot (Listed). Deux jours plus tard, le Prix d'Essai des Pouliches (2e peloton) a sacré Divination, qui n'est autre que la nièce de Non Rien de Rien. Acquise 47.000 € yearling par l'Ecurie Cerdeval à la vente de novembre 2018 Arqana, cette fille de Martaline et No News (Gentlewave) a été confiée à Joël Boisnard. Douée en plat à 2 ans, deux fois 3e à Angers et Deauville à l'automne 2019, elle a donc été dressée dans l'hiver et a fait tilt d'emblée sous la selle de Marc-Olivier Belley, le jockey d'obstacle d'un entraineur spécialisé dans le plat mais qui obtient toujours des résultats extraordinaires en obstacle.

 

 

Soeur de Non Rien de Rien par Gentlewave, No News a été une bonne jument de plat, gagnante de 3 courses chez Xavier Nakkachdji sous la casaque de l'Ecurie La Boétie (Steve Burggraff) qui l'avait achetée pour 34.000 € à 2 ans, lors de la vente de la succession de Sylvia Wildenstein en février 2012 à Deauville. Elle a été revendue 135.000 € en fin de carrière, en décembre 2015, à Guy Petit poour le compte du Haras de la Croix Sonnet et de la famille Hosselet. Excellente poulinière, elle a fait 3 produits pour l'instant, dont Divination est le 2e, après Messagère (Saint des Saints), lauréate du Prix Sagan (Gr.3) en 2019 à Auteuil, et avant Paradiso (Kapgarde), achetée 150.000 € par le Haras de Saubouas (Paul Basquin) en novembre 2019 à Deauville.

 

 


Voir aussi...