Demain : Kill
November Foal Sale Part. 1
Demain : Deauville
Vente d'Automne
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals
Newmarket - du 02/12/2019 au 05/12/2019
December Mare Sale

Les tontons Red Dubawi et Martalin vous font voyager avec Air Italie !

29/09/2015 - Focus éleveurs
Les grands voyageurs Red Dubawi (7 ans) et Martalin (9 ans) s’étaient donné rendez-vous le week-end dernier en Italie. Non pas pour du tourisme mais pour ramener à leurs éleveurs respectifs un trophée de Gr.1 et de Gr.2. Red Dubawi a en effet remporté le Premio Vottorio Di Capua (Gr.1) San Siro pour le Haras des Sablonnets et l’ainé Martalin a triomphé dans le Premio Delle Nazioni (Gr.2) à Merano pour l’élevage de Jean Biraben. Par Loïc STECHER.
La douce Italie a offert un premier Gr.1 à l'ex français Red Dubawi monté par Andreas Suborics dans le Premio Vittorio di Capua ©DR
 
Ces lignes ne vont malheureusement pas évoquer « Les promenades dans Rome » de Stendhal. Il s’agit là d’un récit à portée biographique sur les deux nouvelles stars du turf italien. Des stars élevées en France au grand dam des sportsmen transalpins qui rêvent encore de Ribot, Tony Bin, Molvedo des lauréats du Prix de l’Arc de Triomphe entrainés en Italie. Et en parlant de rêve, quel éleveur n’a jamais souhaité avoir un cheval de la trempe de Red Dubawi ou Martalin ? Si le premier nommé compte 42 courses, pour 5 victoires et 17 places à son compteur, Martalin à quant à lui « donné » un peu plus pour 49 sorties, 8 victoires et 24 places. Les voilà désormais respectivement lauréats de Gr.1 et de Gr.2.
 
Voir la victoire de Red Dubawi dans le Premio Vittorio di Capua 2015
 
Honneur au lauréat de Gr.1. Red Dubawi est né en Irlande mais a été élevé en France au et par le Haras des Sablonnets. Sa mère Maredsous avait eu le privilège de rencontrer Dubawi suite à sa belle carrière sur les pistes aux bons soins de Dominique Sepulchre. Portant la casaque du Comte Hervé de Talhouët-Roy, le frère d’Antoine qui gère aujourd’hui les Sablonnets, Maredsous fut gagnante dès l’âge de 2 ans à Maisons-Laffitte jusqu’à 5 ans à Châteaubriant. Lauréate de Listed, le Grand-Prix de Nantes et multiple placée de groupe, Maredsous provient d’une famille centenaire des Sablonnets. Sa mère Tutti (née en 1984) et sa grand-mère Flor de Oro (1970) furent toutes les deux entrainées par Julien Brossais, non loin des Sablonnets.
 
Vendu yearling par ses éleveurs, Red Dubawi avait été acheté 75.000€ par Seamus Murphy dans le but de faire du pinhooking. Inscrit à la Breeze Up Arqana, le poulain n’y est finalement pas allé. Vendu entre temps à l’honorable Ronald J. Arculli de Hong Kong, Red Dubawi débute sa carrière chez Alain de Royer-Dupré. Il décroche très vite, dès sa troisième sortie, sa première citation black-type : 3ème du Prix Ridway (Listed) puis est lauréat du Prix Pelleas (Listed) pour sa quatrième sortie. Malgré sa compétitivité dans les Listed, ses performances suivantes restent en dents de scie. Racheté 190.000€ aux ventes de l’Arc 2012, le poulain change une nouvelle fois de main. Zalim Bifov s’en porte acquéreur à l’amiable et le coursier rejoint les boxes de David Marnane, le frère du pinhooker Con, en Irlande.
 
Ses performances restent plutôt moyennes mais changement de cap et le voilà désormais entrainé par Erika Mäder installée à Krefeld, au nord du Düsseldorf, proche de la frontière néerlandaise. Monté par le jockey français Eddy Hardouin, Red Dubawi s’impose dans un Gr.3 à Baden puis dans un Gr.2 à Hanovre avant de finir 5ème de Kingman dans le « Jacques Le Marois ». Souvent placé en 2015, il n’avait pas encore remporté de course cette année jusqu’à sa victoire dimanche ce dimanche 27 septembre dans le Premio Vittorio di Capua (Gr.1) à San Siro à Milan battant un autre français Bookrunner (entrainé par Mikel Delzangles).
 
La veille, le samedi 26, un autre « FR » a brillé. Non pas à Milan mais à Merano, l’une des principales stations thermales située au nord-est des Alpes italiennes. L’histoire de Martalin commence non loin d’une autre chaîne de montagnes, en France cette fois, au pied des Pyrénées. Fils de Martaline comme son nom l’indique et de Stanelme (Kashtant), ce poulain a vu le jour chez Jean Biraben qui l’a élevé non loin de Pau à Beuste. Cousin de Dom Paris (Prix Duc d’Anjou Gr.3 1999), Martalin a été préparé, comme Red Dubawi, pour les ventes de yearlings. Inscrit aux ventes mixtes Arqana 2007 et présenté par le Haras de Doumy, appartenant à Jean Biraben, Martalin y avait été acheté 12.000€ par Pierre Boulard. Le poulain faisait alors partie de la première génération de son père Martaline, une génération qui a compté 12 chevaux black type dont Dynaste, Akarlina, Nikoline, Sarisland, …
 
Ci-contre Patrice Quinton et Arnaud Cisel après la victoire de Martalin dans le Premio Delle Nazioni (Gr.2), une épreuve de la Crystal Cup ©Crystal Cup
 
Paris Or, une tante de Martalin, avait aligné 6 victoires consécutives dont 5 en cross. Mais revenons à l’intéressé c’est-à-dire Martalin. Avant sa victoire de Gr.2 à Merano, ce hongre bai doté d’une longue et fine liste en tête était connu pour avoir remporté deux éditions du Grand Steeple de Waregem en 2012 et 2013. S’il a vite été placé aux bons soins de Patrice Quinton à Dragey, signalons que Martalin avait débuté en plat dans une course d’inédits gagnée par Rendezvous, un frère de Pour Moi et Gagnoa, course dans laquelle un certain Cirrus des Aigles terminait 4ème.
 
 
Notes :
- Les aléas de l’élevage ont voulu que Red Dubawi et Martalin n’aient plus leur mère respective. Si Stanelme est morte en 2012, Maredsous n’est plus là depuis ce printemps 2015, morte au poulinage avec son foal de Poet’s Voice.
- Durant les dernières ventes de yearlings d’août Arqana, une fille de Kendargent et Maredsous a été achetée 65.000€ par Xavier Thomas Demeaulte.
- A l’âge de 4 ans, Martalin faisait partie des bons de sa génération s’étant adjugé en 2010 le Grand Prix de la Ville de Tourgeville, un handicap richement doté à Clairefontaine suivi d’une 2ème place dans la Listed d’Auteuil le Prix Alain et Gilles de Goulaine.

On en parle dans l'article