l'Ecurie Sagara ou le succès de la recette maison

06/06/2020 - Actualités
Elle caracole à la 4e place des propriétaires d'obstacle, avec 28 partants seulement depuis le début de l'année ! L'Ecurie Sagara de Luc, Florence et Baudouin Gabeur connaît une grande réussite en 2020 avec son entraîneur particulier Jérôme Larrigade. Un pari osé, mais qui se concrétise en piste, avec des résultats probants, et 5 partants dans les belles courses dimanche à Compiègne. 

 

Baudouin et Luc Gabeur de l'écurie Sagara

 

Créée en 2010 par Luc et Florence Gabeur et leur fils Baudouin, l'Ecurie Sagara s'est hissée au fil des années dans le top 20 des propriétaires d'obstacle, tout en changeant d'entraîneur plusieurs fois. En effet, on a connu les Sagara chez les plus grands: Guillaume Macaire, Jean-Paul Gallorini et François Nicolle. Chez chacun, ils ont eu de très bons chevaux, les Ivresse du Berlais, Equemauville, Pop Art du Berlais, Abakahn, Mon Nickson ou encore Roi Mage. Pourtant, 2020 est jusqu'ici le meilleur cru pour l'écurie malgré le confinement, puisqu'elle pointe à la 4e place du classement des propriétaires d'obstacle, seulement devancée par les casaques Papot, Saint-Voir et Bryant. La clef de ce succès ? Une réorganisation avec un rapatriement des troupes à La Teste de Buch tout prêt de l'élevage, et un nouvel entraîneur particulier, Jérôme Larrigade. Un pari osé, mais qui porte ses fruits jusqu'ici...

 

El Gringo a oeuvré au haut niveau tout au long du premier semestre pour l'écurie Sagara (APRH)

 

L'Ecurie Sagara a toujours préparé ses chevaux au pré-entraînement, les amenant dans des conditions de forme très avancée avant de les confier aux différents entraîneurs. Aujourd'hui, le travail du début à la fin est effectué sur le centre d'entraînement de La Teste de Buch, avec une équipe de 7 personnes, qui sont tous salariés de l'écurie Sagara. Travaillant en petit effectif avec une quinzaine de chevaux, la répartition est faite entre des chevaux achetés jeunes, les élèves maisons, et des éléments acquis à réclamer, souvent des pouliches bien nées destinées à être valorisées pour une future carrière au Haras. Ce fut le cas d'Ivresse du Berlais, acquise à Patricia Butel, avant qu'elle ne devienne une gagnante de listed et intègre aujourd'hui la jumenterie de Luc et Baudouin Gabeur. Récemment, Sagara a acheté à réclamer La Montagne Sainte, une fille de Hunter's Light qui est la soeur de la gagnante de groupe La Sardane (prix de Sandringham). Si la jumenterie s'est agrandie dans le but de compter plus sur les "faits maison" dans les années à venir, ce sont pourtant les achats de Sagara qui portent aujourd'hui le flambeau !

 

 

 

 

En effet, l'armada Sagara attaque Compiègne dimanche avec ses meilleurs éléments : 5 chevaux  courront tous dans des épreuves de listed ou de groupes. La seule élève maison du contingent, La Croix de Seguey, est une fille de Bathyrhon et Ivresse du Berlais, qui a débuté plaisamment, et va disputer le prix d'Iena (listed). Les autres chevaux ont tous été achetés jeunes, à commencer par Saint Patis et Gentleman Rider, qui vont courir les listeds. Quant aux bien connus El Gringo et Roi Mage, ils s'attaquent aux prix Hypothèse et Heros XII, les consolantes de la Grande Course de Haies d'Auteuil et du Grand Steeple, qui étaient leur objectif premier. Roi Mage a été l'an dernier 3e du Grand Steeple Chase de Paris, et vient d'effectuer une rentrée prometteuse sur le même tracé de Compiègne. Il peut mettre tout le monde d'accord ce dimanche, et ainsi parachever l'excellent premier semestre de la team Sagara. Ce serait un joli symbole, car le fils de Poliglote fut le tout premier gagnant de groupe de la casaque. 

 

Le beau Roi Mage sera au départ du prix Héros XII (APRH)

 

Cette forme se traduit avec une 4e place au classement des propriétaires d'obstacles, alors qu'il n'y a eu que 28 partants sous la casaque de Luc, Florence et Baudouin Gabeur, pour 5 victoires et 15 places. Ce travail de fond porte ses fruits, même si le centre d'entraînement de la Teste de Buch n'était jusque là pas une place forte de l'obstacle. Travailler en cercle fermé est un jeu à double tranchant, mais le pari est pour l'instant réussi par les Sagara, qui ont l'avantage d'avoir pu observer auprès des meilleurs, et de s'en inspirer avec brio. La machine est lancée, et même si rien n'est acquis, il faut profiter en ces temps difficiles des succès glanés...en espérant qu'ils continuent à pleuvoir ! 


On en parle dans l'article

Voir aussi...