La forme étincelante d'Isabelle Juteau, permis d'entraîner à Chazey !

03/08/2022 - Actualités
Titulaire d’un permis d’entraîner depuis 2015, Isabelle Juteau connaît une belle période de forme avec ses pensionnaires, puisque ses trois derniers partants ont tous franchi le poteau en tête ! Cet après-midi, He’s a Rock Star a triomphé pour la deuxième fois de suite sur l’hippodrome de Vittel, un peu plus de trois semaines après s’être imposé à Aix-les-Bains. 
He's a Rock Star entouré par Ambre Molins et Isabelle Juteau, après sa victoire à Aix-les-Bains
 
Installée à Chazey-sur-Ain, Isabelle Juteau n’est autre que l’ex-femme du jockey Richard Juteau et la mère de Manon Juteau, qui est apprentie à Chantilly chez André Fabre. Tous les matins, elle monte elle-même ses chevaux avant d’exercer son métier de préparatrice de commandes pour Veepee, une entreprise qui propose des ventes événementielles en ligne. Sa passion pour les courses remonte à loin, comme elle l’explique : « Mon père, Jean Apikian, avait des chevaux principalement chez Patrick Rago, avant que ce dernier ne devienne entraîneur particulier. J’ai monté à l’entraînement chez Patrick Rago et Bernard Goudot surtout, et aussi un peu en course en tant que cavalière. J’ai passé mon permis d’entraîner plus tard que je ne l’aurais voulu car étant mariée à un jockey, je n’avais pas le droit de m’inscrire au stage à l’époque ! Le statut de propriétaire qu’on acquiert automatiquement avec cette licence posait problème, mais la règle a heureusement évolué en 2014. Dès que je l’ai su, je me suis inscrite immédiatement, et j’ai commencé avec un cheval ou deux. »
 
Layman's Terms, le jour de son succès à Saint-Galmier
 
La réussite ne tarde pas à arriver puisqu’Isabelle remporte sa première course le 22 août 2015 à Saint-Galmier, avec Layman’s Terms : « C’était une jument que j’avais récupérée derrière Philippe Decouz, et qui avait eu des soucis de santé. Pour l’anecdote, lorsqu’elle a gagné à Saint-Galmier, je l’avais lâchée le matin même et elle était rentrée avec des atteintes : j’avais failli ne pas la faire courir ! Guilain Bertrand, qui montait pour la première fois pour moi, a dû se demander en voyant la jument à qui il avait affaire … Finalement, elle s’était imposée très facilement ! » Depuis, Isabelle a connu bien d’autres moments de joie. Notamment avec son cheval de cœur, Embajadores, qui lui a offert cinq victoires : « Embajadores, c’est le cheval de ma vie ! C’est lui qui m’a offert mon premier succès Premium à Lyon-la-Soie, en janvier 2020. J’ai eu la chance aussi que Cédric Boutin me confie Hodeng, qui m’a apporté trois victoires de suite en fin d’année dernière à Lyon-la-Soie sous la selle de Thomas Trullier, mon jockey fétiche ! »
 
Isabelle Juteau sur son cheval de coeur, Embajadores

Isabelle a d’ailleurs vécu des victoires en famille, puisqu’elle a permis à sa fille Manon de franchir pour la première fois le poteau en tête à Saint-Galmier avec He’s a Rock Star, le 25 mars dernier. Ce fils de Society Rock a gagné pas moins de quatre courses en l’espace de quatre mois et demi ! Isabelle s’est également imposée cette année à Divonne avec Sainte Rita, qui était montée par Richard Juteau. Pas question pourtant de se reposer sur ses lauriers : « J’ai actuellement deux chevaux à l’entraînement et il y en a deux autres qui vont bientôt revenir : je n’en ai jamais eu autant ! » Souvenez-vous bien du nom d'Isabelle Juteau, car vous n'avez pas fini d'entendre parler d'elle !

La relève est assurée avec Manon Juteau, ici gagnante d'une course AFASEC avec Magny Cours © APRH

 


Voir aussi...

Découvrez en vidéo le Centre d'Entrainement de Chazey-sur-Ain en région lyonnaise, avec la FNCH

Découvrez les infrastructures de Chazey-sur-Ain, le dernier né des Centres d'Entrainement publiques pour chevaux de courses. Plus de 200 galopeurs, répartis chez une vingtaine d'entraineurs dont Mathieu Pitart, Yoann Bonnefoy et Nicolas Bellanger, s'exercent tous les matins sur le plat et sur les obstacles. Le Centre d'Entrainement de Chazey-sur-Ain, voisin du Parc du Cheval, est présidé par Thierry Ravier. En partenariat avec la FNCH (Fédération Nationale des Courses Hippiques)